4472-B, rue Saint-Denis,
Montréal, QC, H2J2L1
Google Maps

Centre Québécois des Mariages internationaux 4472-B, rue Saint-Denis,
Montréal, Qc, H2J2L1
Google Maps

Vidéos femme russe

Comment la danse sociale peut nous apprendre des choses sur le Couple

Quand j’ai décidé de changer ma vie…J’ai pris la responsabilité de me remettre en question. C’est différent de l’attitude qui consiste à payer sur un site de rencontre et d’attendre patiemment que la femme de vos rêves vienne s’assoir avec vous dans votre salon. Je me suis directement exposé. J’ai décidé de sortir de ma zone de confort. Pour cela j’ai décidé de travailler à temps partiel et de consacrer plus de 50% de mon temps de travail à mon développement personnel. Autrement dit, j’ai décidé d’investir sur moi-même. Pour cela je me suis orienté dans 4 directions : la danse, le chant choral, improvisation théâtrale, la PNL (psychologie). Aujourd’hui nous allons parler de la danse dans cette première partie. Voyons ce que la danse sociale peut nous apprendre sur les couples...

Les prochains thèmes à étudier:

  • Le chant : développer sa voix et sa confiance en soi. Une forme d’affirmation
  • L’improvisation : déconner, faire n’importe quoi comme Aldo. Laisser le corps prendre le contrôle plutôt que la tête et les bienséances
  • PNL : Aborder des inconnues pour développer des techniques en séduction

 

Pour pouvoir séduire une personne du sexe opposé (ou pas) il faut en fait ne pas avoir besoin de cette personne pour être heureux. C’est quand notre vie à nous, nous plait, qu’elle peut potentiellement plaire à une femme. Quand une femme vous rencontre, elle se pose la question de savoir quel est votre univers émotionnel.

La danse : l’histoire de mon premier cours de danse swing un vendredi soir lorsque j’ai gravi courageusement les escaliers du Cat’s Corner. Dans la même soirée, j’ai dansé avec 30 ou 40 filles différentes du fait de la surreprésentation du sexe féminin aux cours de danse swing.

Sortir de sa zone de confort : On ne peut pas faire de progrès sans sortir de sa zone de confort.

Passage de la bible :

En vérité je vous le dis, lorsque le grain de blé que l’on sème ne meurt pas, il reste seul. S’il meurt, il donne naissance à beaucoup de fruits.

Attention, tout cela passe par des grosses remises en question. On ne parle pas vraiment d’échec. L’échec est un feedback pour changer.

La danse impose de respecter des règles pour le rôle de l’homme et de la femme

Lors de mes premières leçons de danse j’ai fait une énorme découverte, qui ne plaira pas aux féministes : L’homme guide et la femme suit. Il existe 2 rôles différents dans le couple de danseurs : celui qui guide et celle qui suit. L’homme dirige et la femme suit pour créer un dialogue dans lequel il existe un ordre établi par la nature.

Questions à vous poser avant de regarder la vidéo de Skye Humphries et Frida :

  • Pensez-vous que la partenaire de Skye s’ennuie ?
  • A-t-elle l’air de passer un mauvais moment ?
  • Voyez-vous des comportements différents selon si c’est la femme ou l’homme qui exécute un mouvement ?
  • Voyez-vous l’harmonie des mouvements et la complémentarité des 2 partenaires ?

L’ordre établi qui impose à l’homme de diriger les mouvements de danse, donne une structure à la danse dans laquelle chacun des 2 sexes peut s’exprimer à sa manière. Il n’est pas question de domination (rappelez-vous notre vidéo qui pose la question : la femme russe est-elle une femme soumise ?), de maltraitance et de frustration ou de revendication féministe ! Chacun y trouve son compte pour s’exprimer dans son plein potentiel.

Si la femme et l’homme dirigent tous les 2 en même temps alors l’ensemble s’écroule car il ne peut y avoir qu’un des 2 qui dirige. Certaines femmes décident donc de danser avec d’autres filles pour jouer le rôle de lead.

Si les 2 décident de diriger, la danse s’arrête : divorce

Si les 2 ont chacun une position clairement établie, la danse fonctionne.

L’absence de paroles : le corps ne ment jamais (psychologue Alice Miller)

Le soir ou j’ai dansé avec une jeune fille espagnole qui venait d’arriver à Montréal. On n’a pas parlé un mot et pourtant on a eu une connexion exceptionnelle sans échanger un mot. On retrouve l’expérience vécue par Jean-Louis en Ukraine qui indique ne pas avoir ressenti d’inconfort relié à la différence de langue.

À l’opposé, je peux avoir une attirance physique pour une fille qui se trouve sur le plateau de danse et lorsque nous dansons ensembles, il ne se passe absolument rien : absence de plaisir, pas de synchronisation, les suggestions ne sont pas suivies. Bref, la chimie se produit ou pas.

La danse déclenche des hormones de plaisir : le désir d’être en couple devient secondaire car on arrive dans un état d’euphorie.

Conclusion : C’est en prenant la responsabilité de notre bonheur qu’on peut changer et trouver l’amour.

Pour rebondir sur la vidéo des sites de rencontre, je crois sincèrement que la réussite appartient à ceux qui font des actions concrètes pour trouver leur partenaire de vie.

On n’a qu’une vie. Nos faiblesses, Marx nous dit d’en rejeter la responsabilité sur la société, Freud sur nos parents et l’astrologie sur l’univers. Alors qu’en fait, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même si tu n’as pas eu le courage de t’exprimer à fond, si tu n’as pas écouté tes désirs, si tu ne t’es pas servi de ce que tu avais à portée de main, si tu n’as pas exploité tout ton potentiel.  Joseph Campbell

La danse Swing est un laboratoire d’étude pour le couple

La danse c’est une miniature de la relation de couple. En 4 ou 5 minutes vous vivez des tas d’émotions reliées à une relation de couple entre un homme et une femme. Nous avons vu pourquoi.

Le voyage de groupe du CQMI c’est la même chose. Vous allez danser avec plusieurs adhérentes, vous allez vivre une expérience extraordinaire.  

Nous aurons 6 personnes pour le voyage de mai, il n’y aura pas de vidéos et on ne filmera pas de nouvelles candidates. On filmera les rapports des assistantes qui sont toujours très intéressants. Pour les voyages de cet été, que vous preniez les forfaits explorateur ou tout inclus, il est conseillé de commencer la communication environ 2 mois avant le voyage. Donc inscrivez-vous dès maintenant !

langue française

Sites de Rencontre ou Agence de Rencontre CQMI ?

En continuité avec la remise en question des forfaits et du fonctionnement de notre agence de rencontre, voici un autre volet qui m’a été suggéré par vous, nos fidèles auditeurs de notre canal YouTube. Ce sujet de vidéo m’est apparu très intéressant après avoir discuté avec un fidèle auditeur de notre canal CQMI au Québec. Cet homme trouve en résumé que nous faisons un travail extraordinaire, que nous sommes honnêtes, que nos adhérentes sont de qualité, mais… nous sommes trop chers. Dans le monde moderne, les gens se rencontrent sur internet sans avoir besoin d’aide de spécialistes en relations amoureuses. Il y a en effet tant de sites de rencontres gratuits sur internet. Nous abordons donc le thème de l’argent. Dans un souci d’offrir le meilleur service au meilleur prix, voyons ensemble si cet argument est recevable. La question du prix du service, est-elle une question essentielle ?

Retour sur la vidéo des Forces et Faiblesses de l’Agence CQMI

Vous avez été nombreux à nous faire part de vos commentaires suite à notre décision de réduire les présentations vidéo de nos voyages en Ukraine. Globalement, vous êtes tous pour la confidentialité en ce qui concerne les hommes, mais vous êtes nombreux à demander la prolongation des vidéos des adhérentes de femmes ukrainiennes. Y aurait-il un paradoxe ? La confidentialité ne s’appliquerait-elle que pour les hommes ?

Qui s’inscrit sur un site de rencontre ? Absence de contrôle

Selon les propres paroles de cet homme, plus de la moitié des profils sur les sites de rencontres sur lesquels il s’est inscrit, sont des profils fictifs. Scammer, escroc, fausses photographies, arnaque, tout y passe… Une fois que vous aurez franchi cette barrière, avec l’aide de trucs et astuces (envoyer un petit cadeau par la poste), vous allez trouver une belle proportion de personnes mariées ou en couple.  

Extrait de la lettre reçue :

Avec le directeur du site de rencontre en France, je regarderais la façon dont il se prend pour l'authentification de ses adhérentes car comme je vous dis, énormément de faux profils, c'est une grosse perte de temps pour des hommes qui sont sérieux dans leur recherche et qui ne savent pas comment les détecter. Pour moi une femme qui est elle aussi sérieuse dans ses démarches, elle doit avoir plus que juste un e-mail car cela ne mène jamais à rien et on est jamais sûr. Elle doit avoir Skype ou Facebook ou VK (Facebook russe) elle doit pouvoir communiquer son téléphone pour lui parler sur Viber ou Whatapps et après quelques échanges je lui demande son adresse et je lui envoie un petit cadeau via Ali express et elle se pose en photo avec. Voilà comment je m'assure de bien parler avec la bonne personne. Si la femme dit non, j'ai seulement un e-mail, cela sent l'arnaque car elle envoie de très belles photos avec un texte en anglais qui est parfait au bout de 2-3 échanges elle dit ne pas parler anglais donc je dois payer son service de traduction ou bien sa mère qui est malade en tout cas vous en avez surement entendu d'autre :) Bonne journée je continue à vous suivre. Vos vidéos sont très intéressantes.

Une autre technique d’arnaque est de mentir sur son âge, sur l’âge des photos.

L’homme se transforme en enquêteur, et certains aiment cela !

Un site de rencontre : vous payez par mensualité

Tous les sites de rencontre fonctionnent avec un mode de paiement mensuel. C’est leur modèle d’affaires. Pourquoi cela marche ? Parce que vous serez sur le site de rencontre à perpétuité. Tous les grands sites de rencontre se basent sur le postulat que vous ne trouverez pas votre partenaire. Ils ont intérêt à ce que vous ne trouviez pas de conjointes. Une mensualité, même faible, après plusieurs années, donne un gros montant. Regardez les gens qui achètent un paquet de cigarette chaque jour.

Le nombre de voyages en Ukraine

Le billet d’avion et l’hôtel représentent une somme importante d’environ 2,000 $ ou 1500 EUR minimale pour chaque voyage que vous ferez en Ukraine. Pour chaque adhérente que vous trouverez sur un site de rencontre, en admettant qu’elle soit honnête. En vivant en France vous aurez des frais autour de 600 EUR à chaque voyage. En admettant avec un peu de chance que le 3ème voyage soit le bon, faites le calcul.

La différence culturelle : un obstacle difficile à franchir

Un site de rencontre vous aidera pour trouver des belles photos, mais qu’en est-il de la différence culturelle, avant, pendant et après ?

Certains comiques diront : on regarde ton site pour collecter toutes les informations nécessaires pour réussir notre projet. Merci Antoine !

Et l’assistante CQMI dont Jean-Louis dit qu’elle a une importance de l’ordre de 40% dans le résultat final ?

La sécurité : l’aspect trop souvent oublié...

L’enquêteur à la recherche des faux profils finit par développer un a priori de suspicion. Il part sur le principe qu’elles sont toutes des menteuses et il cherche à démasquer les coupables. Est-ce la bonne approche ? Si vous abordez une femme sincère avec cette attitude, que va-t-il se passer ? Elle va se dire que vous êtes un malade…

Une femme ukrainienne qui a le choix de choisir un site de rencontre gratuit ou une agence matrimoniale sérieuse gratuite, que va-t-elle choisir ? Elle va adapter la solution la plus sécuritaire au même cout. Notre concurrent aux USA a atteint une telle réputation en Ukraine que les femmes se déplacent du Kazakhstan et de Saint-Pétersbourg pour venir rencontrer les hommes à Nikolaïev. Une femme sérieuse dans ses intentions va faire extrêmement attention à l’agence dans laquelle elle s’inscrit. Elle a déjà entendu des histoires d’horreur de mari violent, radin, alcoolique, etc… Elle devra quitter sa famille et sa culture. L’aspect sécuritaire est très important pour elle. Si elle se retrouve en pays étranger dans une situation dangereuse, vers qui va-t-elle se tourner ? Vers le propriétaire du site de rencontre ?

Dans notre cas, c’est à ce moment que Boryslava joue un rôle crucial tout au long du processus. Quand les filles se posent des questions (problèmes culturels) elles se tournent vers Boryslava.

En résumé si vous cherchez réellement une femme sérieuse, les chances de la trouver sur un site de rencontre gratuit sont assez faibles…

Conclusion, faites votre choix en prenant en considération tous les paramètres

Payer une agence de rencontre comme le CQMI, c’est vous donner une tranquillité d’esprit de ne faire que des rencontres qualifiées sur une courte période. Vous allez atteindre votre objectif plus rapidement et à moindre cout. Je prends le pari d’ici 3 à 4 ans avec cet homme qu’il aura dépensé plus d’argent que le forfait le plus cher du CQMI sans avoir obtenu de résultat. Par contre il aura certainement obtenu du plaisir dans sa recherche. Un certain nombre d’hommes adorent jouer aux enquêteurs.

langue française

Forces et Faiblesses de l'Agence de rencontre CQMI

Chaque agence de rencontre présente des avantages et des inconvénients. Tout n’est pas toujours parfait même si un certain nombre d’ingrédients de base doivent figurer dans la liste comme par exemple la transparence, la légalité ou l’honnêteté. C’est parfois difficile de faire sa propre autocritique mais les circonstances m’y ont aidé à l’aide d’une discussion avec l’une de nos concurrentes, une agence matrimoniale en France.

Témoignage de Nadia, assistante, en 2ème partie.

Introduction : retour sur les arnaques de femmes russes

Grâce à la vidéo dans laquelle nous expliquons les techniques d’arnaque utilisées par les agences en Russie et Ukraine, j’ai eu une discussion avec la directrice d’une agence matrimoniale en France qui avouait d’ailleurs directement que la grande majorité des agences locales en Ukraine font de l’escroquerie.

  • vidéo sur les arnaques : vous avez raison surtout pour les lettres.
  • C’est normal d’arnaquer les hommes de 50 ans et plus quand ces hommes cherchent à rencontrer des fillettes de 20 ans en Ukraine. C’est une forme de punition pour leur pulsion sexuelle vers une belle jeune femme russe.
  • Derrière chaque comportement il y a une justification !

Forces et Faiblesses de l’Agence de rencontre CQMI

Nos forces :

La vidéo sur YouTube est l’atout numéro 1 de l’agence de rencontre CQMI : qualité des vidéos, transparence, humanité qui se dégage comme me dit un monsieur cette semaine.

Les qualités qui ressortent sont la transparence, l’honnêteté, le dynamisme, la créativité.

Nos faiblesses :

Cette analyse nous conduit à réorienter nos services et nos vidéos en tenant compte de la mission du CQMI qui consiste à créer davantage de couples :

Nadejdha assistante CQMI fait un superbe témoignage

Le témoignage de Nadia concerne justement un client qui ne voulait pas qu’on le film et qui ne veut pas avoir de témoignage à son sujet. Son client Pascal est une personne introvertie qui tient à garder sa vie privée totalement confidentielle.

Notre conclusion : Filmer ou pas Filmer, telle est la question

Nadia parle des différences de caractère entre son client en Octobre Philippe et son client en février Pascal. On comprend, avec toute la diplomatie de Nadia, que les femmes ukrainiennes attendent que l’homme ouvre son univers émotionnel lors de la rencontre. Rappelez-vous la vidéo de Svetlana, qui est assistante CQMI.

langue française

Le Nouveau Forfait Explorateur de l'Agence de Rencontre CQMI

Vous connaissiez déjà nos 2 forfaits du Pack1 et Pack2 affichés sur la Page Prix et Processus de notre site internet. Voici la présentation du nouveau forfait, L’Explorateur, destiné aux hommes qui souhaitent une grande autonomie, une grande discrétion et un impact réduit sur leurs finances. On présente dans le détail le processus complet CQMI, de l’inscription à la rencontre de votre futur épouse ukrainienne à Kiev.

Introduction : Pourquoi pas une agence matrimoniale au Canada quand on habite en France ?

  • š Proximité, partenaires, arnaques
  • š Pierre en France pour vous servir
  • š Une réussite exceptionnelle: 5 mariages sont prévus cet été

Pourquoi faire une nouvelle tarification au CQMI ?

  • š Plus de vues YouTube en France sur notre canal YouTube qu’au Canada et trop peu d’inscrits en France
  • š Certains hommes ne veulent pas d’accompagnement, ils veulent 100% d’autonomie et discrétion
  • š Plus personne ne doute de la qualité, de l’honnêteté et de la transparence du CQMI mais c’est le prix du service qui refroidit certains.
  • š Nouveau : je veux l’indépendance mais je veux quand même une assistante CQMI
  • L’inscription, une étape obligatoire

š S’inscrire sur le site pour avoir un accès avec code utilisateur et mot de passe

  • š Remplir et signer le Précontrat CQMI (envoyer à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
  • š Prise de photo à Montréal sinon vous devez avoir de belles photos de vous (photos en chemise)
  • š Vous garantissez au CQMI que vous n’êtes pas marié et que vous n’avez pas d’antécédents criminels ( sans quoi le contrat devient caduc !)
  • š Rencontre en personne dans nos bureaux ou par Skype
  • š Fournir une pièce d’identité avec photo et date de naissance
  • š Frais d’inscription : 350 $ CAD ou 250 € toutes taxes incluses payable par Carte de crédit, chèque, virement, PayPal, argent comptant

À quoi sert l’inscription ?

  • š Vérifier que vous êtes bien qui vous êtes et garantir la sécurité des adhérentes !
  • š  Protéger vos informations personnelles
  • š Avec un code utilisateur vous pouvez faire la recherche avancée et choisir vos favorites
  • š Mais surtout l’inscription vous permet de demander aux adhérentes si elles acceptent de communiquer avec vous

Pack 1 : Contact sans engagement

  • š On vous donne les coordonnées Skype et Email de la dame qui a accepté
  • š Vérifications des adhérentes (passeport-âge-statut matrimonial-antécédents-psychologie)
  • š Prix par contact : 1 contact direct pour 200$ CAD ou 150 €

Pack 2 : L’explorateur

  • š 3 contacts Email et Skype
  • š Une assistante personnelle franco-russe à votre disposition pendant votre voyage
  • š Organisation de 3 rencontres à Kiev
  • š Coaching CQMI sur la durée du contrat
  • š Prix : 1,500$ CAD ou 999 €

š Paiement par mensualité (le prix du billet d’avion, le logement, les repas et cadeaux-transport des adhérentes non inclus)

Pack 3 : forfait voyage tout inclus

  • š 8 contacts Email et Skype
  • š 2 soirées organisées pendant votre séjour
  • š 8 nuitées à l’hôtel, taxi aéroport
  • š Une assistante personnelle franco-russe à votre disposition pendant le voyage
  • š Organisation de 8 rencontres à Kiev
  • š Coaching CQMI sur la durée du contrat
  • š Prix : 4,500$ CAD ou 3,000 € toutes taxes incluses

š Paiement par mensualité (le prix du billet d’avion, les repas et cadeaux-transport des adhérentes non inclus)

langue française

Les confidences de Ludmilla après ses rencontres CQMI à Kiev

Ludmilla est une jeune fille ukrainienne sans enfant, âgée de 32 ans, assez timide, originaire de la ville de Tcherkassy. Nous l’avons rencontré après ses 2 rencontres à Kiev lors du voyage romantique CQMI hivernal. Ludmila ne parle pas anglais et dans cette entrevue, on sent bien que la barrière de la langue est une réelle difficulté dans son cas. On sent qu’elle en fait un véritable obstacle dans sa recherche amoureuse avec un jeune homme étranger. Dans son cas, Ludmila n’envisagerait même pas de faire une rencontre sans assistante CQMI. Ses confidences vous donnent de précieuses informations pour réussir vos rencontres en Ukraine.

Profil de Liudmila, 32 ans de la ville de Tcherkassy

Retour sur les 2 rencontres de Ludmila à Kiev

Dès les premiers échanges, on sent bien que l’obstacle de la langue lui semble effrayant. Toutefois, sur ces 2 rencontres avec des jeunes hommes québécois, une des 2 lui a plu. Le premier n’était tout simplement pas son style. De plus, Ludmila a apprécié recevoir des questions sur les enfants et la famille avec un des 2 hommes, tandis que le premier n’a simplement posé que des questions en rapport avec le temps, la pêche, et absolument rien sur les relations de couple. Liudmila a beaucoup aimé ses rencontres en vrai, beaucoup plus intéressantes que les rencontres par Skype. Elle aurait aimé discuter un peu plus mais, même si elle apprend l’anglais, certains hommes ne parlent pas du tout l’anglais.

On remarque des points en commun avec Ruslana qui n’est pas une amatrice de Skype du fait de la barrière de la langue anglaise.

L’importance de l’assistante CQMI lors des rencontres

Ludmilla explique que l’assistante donne une aide. Également elle participe à la conversation. C’est encore plus important quand la conversation s’essouffle. L’assistante est également une aide critique pour aider lors du choix des questions à poser et également pour dépasser la barrière de la langue.

Se prendre dans les bras sur une première rencontre ?

Liudmila ne présente pas la même ouverture d’esprit qu’Inna qui a souri quand il était question de s’embrasser ou de se prendre dans les bras. Cette jeune femme est beaucoup plus réservée, elle n’est pas prête à faire preuve de familiarité sur une première rencontre ! Les effusions et embrassades ne sont possibles que lorsqu’on se sent plus proche avec la personne. En Ukraine, Ludmilla explique qu’une première rencontre consiste simplement à boire un verre de thé et discuter. Sur cette question sensible, Luidmila rejoint la position d’Anna que nous avons vu en vidéo.

Ludmilla est à la recherche de son Homme

Cette jeune fille s’est inscrite dans l’agence de rencontre CQMI pour rencontrer son homme avec qui elle se sentira à l’aise et confortable. Elle veut se sentir en sécurité avec cet homme, en ayant confiance en lui. Quand on lui demande si les hommes ukrainiens sont différents des hommes étrangers, Ludmilla répond que la différence ne dépend pas de la culture ou du pays mais de la personne.

Langue russe et française

La différence d’âge dans le couple entre un homme occidental et une femme slave

Qu’est-ce qui est acceptable lorsqu’on parle de différence d’âge dans un couple ? Avez-vous déjà entendu l’expression : l’âge n’est qu’un chiffre (« age is just a number » en anglais). Quelle est la position des instances gouvernementales en immigration sur le sujet ? Quelle est votre opinion sur ce thème qui peut rapidement mener à la controverse ? Dans ce reportage basé sur des exemples concrets, je propose de décortiquer cette question en incluant le témoignage de Kamilla, notre assistante qui a accompagné un client de l’agence de rencontre CQMI lors du voyage romantique hivernal 2017 à Kiev.

Introduction avec notre avocat en immigration : la position d’Immigration Canada

Étude de cas : histoire d’un homme québécois de 55 ans qui a gagné sa cause avec Immigration Canada car il a réussi à prouver que sa relation avec une jeune fille ukrainienne était fondée sur des critères rationnels et logiques. Cet homme quinquagénaire s’est marié avec une jeune femme ukrainienne de 25 ans, qui était enceinte lors de l’audition.

Étude de cas : nous avons vu un autre cas avec une femme québécoise dans la cinquantaine qui s’est mariée avec un homme tunisien dans la trentaine. Ce jeune homme d’Afrique du nord n’avait pas de profession, ni salaire, ni argent, ni éducation. Le mariage n’ayant aucune justification logique aux yeux de l’immigration, la demande n’a pas eu de réponse positive.

L’immigration au Canada demande des explications logiques et j’aime cette approche car elle n’est pas bornée. Les différences d’âge sont possibles si elles ont une explication concrètes.

Le paradoxe de la différence d’âge dans un cas concret

Nous allons décrire le cas d’un jeune homme qui dit être clairement attiré par les jeunes filles ukrainiennes sur les profils car elles semblent faire des métiers plus dynamiques, en rapport avec ses propres intérêts. Il dit au départ préférer la mentalité des jeunes femmes slaves plutôt que les femmes de son âge. Après quelques semaines, il m’appelle pour me dire que les jeunes filles ne répondent pas ou démontrent peu de motivation. Les jeunes filles ne seraient pas sérieuses. Bref, conviennent-elles vraiment ?

Il semble qu’un critère important pour ce jeune homme semble être que la femme s’occupe de lui et qu’elle passe du temps avec lui, ce que les jeunes femmes slaves ne sont pas prêtes à faire…

Cas de Kamilla et son client quinquagénaire lors du voyage romantique hivernal à Kiev

Le client de Kamilla est un homme de 55 ans qui souhaite rencontrer des très jeunes femmes entre 20 et 25 ans. Donc on parle de différence d’âge qui oscillent entre 30 et 35 ans. Nous avons regretté d’avoir accepté ce client. Pourquoi ? Pour comprendre les regrets il faut revenir à la mission de notre agence matrimoniale.

Quelle est la mission du CQMI ?

La mission du Centre Québécois des Mariages Internationaux est de former des couples stables, des unions sérieuses à long terme, conduisant au mariage. L’objectif est que tous les matins vous vous réveillez aux côtés de la femme que vous aimez et qui vous aime. L’objectif n’est pas de faire un téléchargement de votre femme par internet ou de fantasmer sur des photos de profils de femmes russes en ligne. Idéalement, notre objectif est que vous soyez toujours en couple avec la même femme dans 10, 20, 30 ans. Une fois que l’objectif est clairement positionné, nous allons voir comment la différence d’âge est effectivement un critère important pour la réussite de votre couple.

L’âge n’est qu’un numéro ("age is just a number") : Un slogan pour vous arnaquer !

La différence d’âge fait une énorme différence sur plusieurs aspects critiques de la vie quotidienne :

-       Le rythme biologique

-       Les références culturelles, politiques

-       Les amis

-       Activités

Ce n’est pas parce que vous êtes physiquement en forme que vous avez le même corps qu’une jeune fille slave qui a 20 à 30 ans de moins que vous.

Approfondissez le sujet avec ce sujet du magazine Psychologie.

Mais alors pourquoi certaines jeunes filles en Ukraine acceptent de tels écarts ?

Une jeune fille slave qui accepte un tel écart le fait pour plusieurs raisons :

-       L’absence du père dans son enfance (pensez-vous que la relation va marcher si vous êtes un substitut psychologique du père absent ?)

-       Un gout pour l’argent, le luxe. La jeune fille russe n’a pas envie de passer des années à construire une vie professionnelle pour vivre de manière confortable. Elle préfère prendre un raccourci.

-       L’envie de voyager : certaines filles rêvent de rencontrer un homme qui va leur faire découvrir le monde. Elles sont prêtes à faire ce sacrifice.

Retour sur la mauvaise expérience avec le client de Kamilla :

-       Préambule sur chaque rencontre avec la jeune femme slave : « tu ne vas pas pouvoir m’arnaquer, car je suis un homme intelligent qui sait détecter les arnaques de femme russes »

-       Lors de l’achat de fleurs, il force son assistante à marchander le prix des roses. Or c’est une pratique contraire à la culture ukrainienne.

-       Il fait des remarques à la fille parce qu’elle se commande à manger sans lui demander l’autorisation (besoin de contrôler).

Conclusion sur la différence d’âge dans le couple

Qu’est-ce qu’un âge acceptable ? Nous avons vu dans cette vidéo que l’agence de rencontre CQMI ne se positionne pas comme la parole de l’évangile en donnant une mesure précise. Par contre, les statistiques prouvent qu’une différence de 10 ans est acceptable dans les pays de l’Europe de l’Est. On voit même des différences de 15 ans entre l’homme et la femme sans que cela ne pose de problème. Quand vous vous orientez vers des différences de l’ordre de 20 ans et plus, vous rentrez dans une zone grise plus difficile à appréhender. Une telle différence d’âge est-elle justifiée et raisonnable ? Avez-vous des explications rationnelles à donner aux différents services d’immigration qui vont évaluer votre dossier de parrainage ? Voici des questions que je vous conseille de vous poser avant qu’on ne vous les pose. En conclusion, pour faire référence à notre article vedette, trouver l’amour après 50 ans c’est possible, oui mais pas forcément avec une fille de 20 ans…

Rappelez-vous les conseils sur la différence d'âge avec la vidéo d'Irina, jeune femme médecin.

langue française

Le phénomène des Stalkers à Tchernobyl - Vera Assistante CQMI

Voici le témoignage de Vera notre assistante CQMI, qui avait accompagné Serge en été 2016 lors du voyage romantique. Cette fois-ci, Vera a accompagné un jeune homme québécois de 36 ans qui a reçu un succès incroyable à Kiev. Il aura été difficile pour lui de faire son choix parmi toutes les candidates CQMI, comme je l’explique dans le Bilan du voyage hivernal à Kiev. Vera est enseignante de français à Kiev et avec ses élèves, elle se passionne de l’histoire de la centrale Tchernobyl et plus précisément du phénomène des Stalker. Ces personnes, inspirés par le jeu vidéo du même nom décident de franchir la frontière de la zone interdite. Dans le texte ci-dessous, réalisé avec ses élèves ukrainiens, Vera présente des témoignages de personnes qui sont allés dans la zone au péril de leur vie. Dans un 2ème texte, toujours réalisé avec ses élèves, Vera nous parle de la ville fantôme de Pripiat, une épine dans le pied pour les autorités ukrainiennes. Fait intéressant à noter, Serge et Galina vont se marier en Ukraine cet été, à suivre !

Attention Stalker !

Il y a peu d'endroits sur Terre où naissent tant de légendes et de rumeurs que (dans) la zone contaminée de Tchernobyl. Les récits sur les monstres qui se reproduisent, les sorties courageuses des stalkers, les récits sur les produits radioactifs contenant un danger mortel, parmi toutes ces choses, y a-t-il une seule goutte de vérité ?

Nous avons décidé de comprendre ce qui se passe en réalité dans cet endroit légendaire, ainsi nous avons parlé avec des personnes qui ont visité cette zone clandestine, surtout maintenant que l’État Ukrainien a interdit les visites touristiques officielles (du fait de la dangerosité de la zone).

Beaucoup de gens cherchent une possibilité de visiter cette zone en cachette, surtout les jeunes qui veulent se procurer des poussées d’adrénaline, ils font donc l'impossible pour visiter cet endroit interdit. Les grandes étendues coupées, fermées du territoire sont enclavées depuis 25 ans, isolées de toute activité humaine, de l’omniprésence de l'homme. Ce territoire s'est peu à peu transformé en un monde unique, les zones enclavées de Tchernobyl forment un des complexes les plus intéressants d'Ukraine, et deviennent un lieu attirant, fascinant. L'intérêt social pour ce site, pour ce territoire exclu augmente également grâce à l'apparition de jeux vidéo où la ligne du sujet est bien visualisée, où les concepteurs ont lié harmonieusement le monde réel de la zone au monde imaginaire du jeu. De plus, ce qui augmente l’intérêt pour la zone exclue, c'est la série de livres intitulée « Stalker », éditée par la maison d'éditions EKSMO.

Ce qui « attise » l'intérêt des gens ordinaires, c'est l'abaissement du contrôle de la surveillance des entrées et sorties dans la zone et puis bien sûr le désir, le souhait de chaque jeune de se sentir un « vrai mec », d'être un vrai homme, un vrai stalker, de courir vraiment dans la zone et pas seulement de rester passif devant son ordinateur !

C’était donc intéressant pour nous de contacter des gens qui sont entrés dans la zone sans être vus. Il nous faut préciser que seulement quelques personnes ont accepté de parler à visage découvert.

Le mot « stalker » a été inventé par des écrivains soviétiques, les frères Strougatski, dans leur livre « Pique-nique au bord du chemin ». Dans ce livre, il était question d'une profession criminelle.

stalker 2

Les visites dans la zone portaient un caractère plutôt pragmatique. Le but était de prendre, de voler quelque chose (un artefact, un objet artificiel archéologique) et de le vendre ensuite.

Plus tard, la figure du stalker a été popularisée et a reçu une nouvelle continuité grâce au film du même nom d'Ândreï Tarkovski. Le cinéaste nous donne une toute autre interprétation de cette notion, car, ici, le stalker est déjà l'homme de la zone. Il la connaît, la comprend, il a rendez-vous avec elle.

La société du dernier siècle a commencé à créer, à se construire sa propre mythologie de l'ère post-industrielle et la figure du guide dans la conscience des masses commence à s'appeler « Stalker ».

Il faut remarquer qu'il y a de grandes différences entre les gens qui pénètrent dans la zone contaminée, exclue

A/ Les premiers sont les joueurs maniaques de jeux vidéo, qui sont très curieux de s'aventurer dans la zone, de la rencontrer réellement

B/ Les deuxièmes seront appelés, surnommés « ceux qui sont guidés par une idée ».

A/ Ce sont les jeunes gens qui ont des connaissances de base sur la zone contaminée et qui ont reçu leurs savoirs grâce aux jeux vidéo et à internet. C'est la manie du jeu, le divin, l'obsession d'aggraver, d'amplifier la perception sentimentale, sensible, émotionnelle du sujet du thème, cela devient la cause de la pénétration dans la zone exclue.

stalker

En général, l'âge moyen de cette catégorie est entre 20 et 23 ans. Dans la plupart des cas, ces gens ne font que pénétrer dans la zone, ensuite, ils calment leurs ambitions.

Les maniaques de jeux, souvent, ne franchissent même pas la frontière de la zone exclue. Pour eux, cela suffit de voir les constructions abandonnées de la zone d'exclusion, car ces constructions ont déjà l'air assez apocalyptiques.

B/ La 2ème caste est constituée de ceux qui, sous l'influence d'une idée, pénètrent dans la zone de trente kilomètres de périmètre et restent là-bas quelques jours, et parfois jusqu'à une semaine.

L'entrée dans la zone exige de l'expérience et l'habitude de faire des randonnées en solitaire et demande une certaine préparation, rester quelques jours dans un régime tout à fait autonome est extrêmement difficile. De plus, le temps passé dans la zone contaminée leur donne un statut de hors-la-loi, d'être en infraction avec l'ordre et le système.

Ce qui doit bien entendu susciter certains inconforts, certains problèmes moraux.

En franchissant la limite, quel est leur but ? Qu'est-ce qui les attire ?

La réponse la plus complète et la plus intéressante nous a été fournie par un stalker, « il est difficile de trouver les mots pour décrire les sentiments qui me remplissent pendant ma visite de la zone. Et, j’ai même parfois commencé à penser que cela, c’est le diagnostic. La zone est un endroit unique sur notre planète, un immense territoire dont tous les habitants sont partis. Visiter ces villes et villages est très intéressant, mais, d’un autre côté, tout ce qui l’entoure est tellement vide, funeste, qu’on ressent un sentiment de peur, de frayeur.

Mais l’essentiel, c’est que là-bas, je me sens vivant et c’est la cause principale de la popularité de la zone. »

Il faut mentionner un troisième groupe de gens qui visitent cette zone exclue, ceux pour qui la pénétration dans Sa zone est une affaire ordinaire dans leur vie quotidienne. Il s'agit de la population des villages qui se trouvent non loin de la zone fermée.

Assez souvent, les gens utilisent les sites, les lieux abandonnés comme source de matériaux de construction gratuits, de métaux et d’autres choses qui peuvent rapporter quelques revenus. C’est la manne locale...suite avec l'article de paris match,..)

Revenons au stalker. Chaque catégorie a un objectif différent de pénétrer dans la zone et à partir de cela, leurs équipements sont différents.

Les « fous » de jeux vidéo utilisent dans la plupart des cas des vêtements pour la randonnée dans la forêt, parfois tout simplement des vêtements de sport. Ils n’utilisent pas les appareils dosimétriques.

stalker 3

Par contre, presque tous les stalkers qui sont guidés par une idée, qui ont un but, savent très bien où ils vont, ils sont très bien préparés et possèdent et maîtrisent toutes les techniques et les règles sur la sécurité radiologique.

Ces stalkers ne laissent aucune poubelle derrière eux (boîte de conserves, papiers, ils prennent tout avec eux). S’ils pénètrent dans la zone en groupe ; ils utilisent des talkies-walkies.

Voilà ce qu’on trouve à l’intérieur de leur pharmacie de secours:

-de la bande élastique -des bandes stériles -de l’eau oxygénée -de l’iode

-des anesthésiques

Les stalkers ne parlent pas volontiers des endroits de pénétration dans la zone, ils donnent l’impression que chacun de leur itinéraire est, de telle ou telle manière, unique.

Ils cachent et gardent secrètement les « trous » car la popularisation de la pénétration dans la zone augmente rapidement. Mais par contre, pour ceux qui connaissent la zone, leurs itinéraires et les endroits de pénétration, c’est facile de les définir, parce qu'on trouve sur internet beaucoup de photos des lieux de passage, des « portes » de pénétration dans la zone.

Après avoir fait les analyses de tous ces matériaux, on peut conclure que la visite secrète de la zone est dangereuse non seulement à cause du risque de recevoir une forte dose de radiation, mais aussi parce que de grands prédateurs (ours, loups, lynx,...) peuplent désormais territoire fermé depuis vingt-cinq ans. Personne n’est sûr de ne jamais les rencontrer. De plus, ces gros animaux portent souvent des maladies dangereuses, comme la rage. Il y a également beaucoup de nids de frelons dont la piqûre peut être fatale.

La décision de pénétrer dans la zone à travers les « passages » appelés, surnommés « trous » ne résout pas le problème. Assez souvent, la zone est contrôlée par les « organes (police, milice) et les groupes d'intervention rapide Si l'on aperçoit le stalker, on commence à lui faire la chasse et dans le cas où il est « capturé », il sera jugé devant un tribunal et condamné. De plus, dans la zone, il y a beaucoup de bandits, de hors-la-loi si bien que la rencontre avec les animaux sauvages peut être souvent moins dangereuse qu'avec les êtres humains. Tous les scénarios sont possibles, on peut vous amener à la milice, prendre tout ce que vous avez avec vous, et aussi vous priver de votre santé, voire de votre vie. La dernière variante est malheureusement fréquente, ce n’est pas une chose rare dans cette région, et il ne faut pas oublier que le territoire lui-même, sans compter le facteur de radioactivité, a beaucoup de dangers.

Le plus typique, ce sont les différentes cavités (les puits, les caves, les fosses septiques,...). En 25 ans, tout a été recouvert par la verdure et c’est difficile de percevoir ces trous immédiatement.

Les pièges, les collets, et les fosses sont toujours un problème, ils ont été installés par les samosioly (les gens qui sont revenus dans la zone, ceux qui se sont installés d'eux-mêmes en ukrainien), les braconniers et les squatteurs. Si vous avez besoin d’aide médicale, il faut la demander à la centrale elle-même, qui est relativement éloignée. Tous ces facteurs sont connus par les stalkers, mais malgré tout cela, la zone les attire. Ils appellent cela le « diagnostic ». Dans le monde entier, ces endroits ont toujours existé, existent et existeront toujours, ils sont tellement insolites que les hommes eux-mêmes ne peuvent expliquer leur nature.

Il y aura ceux qui les glorifieront et en feront les louanges, ceux qui en auront peur, ceux qui essayeront de les détruire, de les éliminer, et ceux enfin qui accepteront cette réalité et commenceront à s’adapter à ces nouvelles conditions de vie.

On appelle ces endroits des zones atypiques, anormales, et les gens de la dernière catégorie des stalkers. Comme nous a dit un des visiteurs de la zone, « un stalker est quelqu’un qui va dans la zone sans attacher d’attention, ni d'importance à ses étrangetés et ses dangers propres. Le stalker y va même quand il n’a pas de but privé ou personnel, il y va à l’appel de la zone, il y va car il ne peut pas ne pas y aller. » (à vérifier !)

Il est poussé par le désir de franchir, de dépasser la maladie de la radiophobie qui se déchaîne à l’intérieur de nous et de nos âmes, et de toucher à la tragédie non seulement d’une ville ou d’un pays, mais de toute l’humanité. C’est à chacun de construire son propre jugement, mais tant que la zone existera, il y aura toujours des stalkers qui désireront découvrir ses secrets.

pripyat abandoned city

Histoire de la ville fantôme de Pripiat

Le 13 février 2013 une partie des murs et du toit qui recouvrent la centrale sinistrée de Tchernobyl s’est effondrée, il s’agit d’une partie du sarcophage du 4ième bloc de la centrale. La surface endommagée est d'environ 600 mètres carrés.

À nos yeux, c’est tout à fait logique. L’effondrement du mur, situé sur un territoire contrôlé où des gens travaillaient, était prévisible. Que peut-on dire alors de la ville, en détérioration depuis 26 ans et qui, elle, n’était sous aucune supervision ?

La zone de Tchernobyl est devenue le symbole de l’Ukraine alors que Pripiat est devenu l’exemple éternel de l’orgueil de l’Homme/l’impétuosité humaine.

Bon nombre de personnes viennent des quatre coins du monde pour visiter les bâtiments typiquement soviétiques avec un sentiment ému comme lorsqu’on visite des vestiges archéologiques péruviens. Mais si ses monolithes se conservent avec le temps, le béton et les briques n’ont pas cette capacité de résistance. Sans présence humaine/ abandonnés des hommes, les bâtiments de Pripiat se détériorent. La ville délaissée est soit condamnée à une mort lente, soit à une mon rapide du fait de l'intervention humaine.

Au moment de l’explosion du 4ième réacteur, il y avait à Pripiat 160 HLM, 26 foyers, 15 écoles maternelles. 5 écoles ainsi que beaucoup d’autres immeubles. Après l’évacuation de Pripiat, on a installé 4 millions de kilomètres de barbelés autour de la ville.

Pripiat n’est pas morte tout de suite. Après l’évacuation de la population, les services d'entretien communaux sont restés et les laboratoires expérimentaux ont continué de fonctionner. Peu de gens savent qu’à Pripiat, jusqu’à aujourd’hui, fonctionnent encore un atelier de décontamination des habits de travail et des garages pour les véhicules transportant Ses déchets nucléaires. En gros, sur le territoire contaminé, travaillent jusqu’à 70 personnes par roulement.

Tout d’abord simple lieu de résidence Pripiat s’est transformée en un lieu de travail et ce changement de statut a modifié la relation qu’avalent les habitants à cette ville. Aujourd’hui la ville est définitivement vide de toute présence humaine. Les bâtiments et les constructions, déjà entrées dans un processus de dégradation inéluctable, la ville est perdue à jamais. Les bâtiments de briques s’écroulent et dans les H.L.M en béton, les pluies traversent toutes les chapes, du toit au rez-de-chaussée. Cela signifie que bientôt ces constructions en piteux état ne pourront plus soutenir la charge colossale de ces bâtiments à plusieurs étages.

L’aile de l’école numéro 1 a été le premier bâtiment à subir une destruction naturelle. D’abord des trous sont apparus dans la toiture. L’humidité du toit a envahi peu à peu le 4ième étage de l’école. Puis à cause de l’humidité constante et des changements de température, la peinture et le plâtre ont commencé à tomber. Les briques se sont fissurées. Les infiltrations ont atteint le mur porteur qui alors ne pouvait plus supporter la charge des poutres métalliques, soutenant la chape de béton à chaque étage. Les quatre étages se sont alors effondrés.

pripiat 4

Quels facteurs ont amené à la destruction de la ville ?

  1. L’Homme. Malheureusement la plupart des destructions sont sur sa conscience.
  2. L’eau et les changements de température. À cause de la pénétration et parfois la stagnation de l’eau, la corrosion et l’érosion se répandent. Le ruissellement des eaux érode les fondations. L’eau qui gèle dans les pentes démolit sans résistance le béton et les briques. Ce sera le facteur le plus rapide de destruction totale de cette ville, à moins que l’homme ne le fasse avant.
  3. Les organismes vivants. Cela va des microbes, en passant par les arbres jusqu’aux animaux.

Dès le moindre amoncellement de poussière, de sable ou d’eau venus de tous côtés, tout de suite apparaissent des spores et des graines de plantes diverses. Il est difficile de lutter contre cette action. Comme chacun le sait, même les verres optiques et les assemblages d’acier subissent l’effet de la bio-corrosion. Et comme il est impressionnant de voir un arbre détruire un bâtiment simplement à l’aide de ses racines !

  1. La qualité des matériaux de construction d’origine.

Ce n’est pas par hasard que nous avons mentionné ce point en dernier. On a construit cette ville avec le souci de la qualité. La plupart des bâtiments étaient faits en brique blanche, un matériel de haute qualité. Tout le monde connaît la Grande Roue qui n’a pas eu le temps de procurer de Sa joie aux gens car son inauguration était prévue pour le 1er mai 1986. Mais ce qui est intéressant, c’est que la couleur jaune du plastique des cabines, au fil des deux décennies, n’a pas perdu de sa vivacité. Comme les murs des HLM qui, malgré la pluie et la neige, ont gardé leur blancheur. La plupart des bâtiments, à première vue, ne semblent pas délabrés.

Il existe encore un facteur qui alimente la destruction de Pripiat, ce sont les maraudeurs. Après l’évacuation de la ville, il y a eu des tentatives de pillage mais un détachement spécial avait été prévu pour surveiller cette zone. L’enceinte de la ville était gardée telle une frontière avec un dispositif de détection de toute pénétration sur ce territoire. Mais avec la chute de l’URSS, on a baissé le contrôle et la détection a disparu. Les maraudeurs pillaient tout ce qui pouvait leur procurer un revenu, des équipements électriques aux métaux non ferreux. Les radiateurs de chauffage central ont été découpés, jetés par les fenêtres. Les planchers et les portes ont été démontés pour leur bois. Tout ce qu’on pouvait abattre a été abattu.

Tout ceci est lié à l’absence dans le code pénal d’article concernant le maraudage. Cet article est apparu bien plus tard.

Encore un problème : les déchets. On dit que la ville de Pripiat est absolument dépourvue de toute présence humaine. On compte cependant plusieurs excursions, les travailleurs de la station qui travaillent par rotation, les habitants locaux. Les poubelles sont toujours là où il y a de l’activité humaine, mais dans des conditions normales il existe toujours des services communaux responsables de la propreté de la ville. A Pripiat, ce n’est pas tout à fait pareil, même si vous êtes une personne civilisée et que vous avez emporté avec vous tous vos déchets au point de contrôle en sortant de la zone, vous aurez des problèmes. Il est interdit de ramener quoi que ce soit de la zone et les détritus doivent être abandonnés sur le territoire, à l’intérieur de la ville.

De plus il y a les gens qui, débarquant à Pripiat, n’ont pas la notion de leur destination. Pour eux, Pripiat est comme une porcherie : un lieu où l’on peut dessiner, casser abattre, piller. Combien de sauvagerie y-a-t-il dans les gens, en comparaison avec la forêt qui attaque la ville avec sa seule force naturelle, sans dévaster tout sur son chemin. Aujourd’hui on considère Pripiat comme un lieu de distraction, l’endroit où l’on peut être époustouflé, comme une marque. Tout ça n’a rien à voir avec le fait de se soucier de cette ville. Récemment le pouvoir ukrainien, représenté par Dimitri Bobro, a annoncé l’idée de mettre à plat Pripiat. C’est soi-disant nécessaire, du fait de l’insalubrité des bâtiments et de la menace qui pèse sur la vie des gens. La démolition des bâtiments est pour les fonctionnaires locaux la seule possibilité et le seul moyen de protéger la vie de ceux qui pénètrent illégalement sur le territoire de Tchernobyl. Dimitri Barbo constate que si un seul bâtiment s’écroule, il n’y aura aucun dommage, mais avec l’effet domino une poussière radioactive poussée par les vents pourrait atteindre la zone de la station atomique.

Combien de moyens sont nécessaires pour enterrer Pripiat, pour l’instant personne ne le sait. On trouve que le choix le plus intéressant est le démontage des bâtiments qui serait effectué par une technique et des ouvriers spécialisés, tous protégés. Une question cependant subsiste : que faire des bâtiments démolis ? La technologie n’est pas adaptée.

La deuxième position, c’est de la faire sauter, mais les écologistes protestent. Leurs arguments sont la poussière radioactive, son élévation dans les airs polluera en plus non seulement la zone des 30 kilomètres mais pourra la dépasser.

Il existe encore une alternative, c’est la construction d’un mémorial, mais dans ce cas il ne s’agirait pas de toute la ville mais de la conservation de quelques bâtiments uniquement.

L’opinion la plus répandue serait de créer un tourisme éducatif parce que pour la plupart, y compris es étrangers, Tchernobyl est l’endroit le plus connu d’Ukraine. On montre la zone de Tchernobyl comme quelque chose de perdu à jamais. Voilà pourquoi on parle beaucoup de la nécessité d’un changement de paradigme. Il faut créer un parc naturel national dédié à la préservation de la Mémoire où viendront non seulement les touristes mais aussi les scientifiques, les étudiants, les écologistes, les historiens. Même l’enfouissement des déchets planifié dans la zone pourrait être l’objet de démonstrations pour que les gens se rendent compte de l’utilisation des technologies sécuritaires non dangereuses.

Nous ne croyons pas que la question de la sauvegarde de Pripiat ou de sa transformation en Mémorial puisse attirer des milliers de personnes. Même si tous pensent que Pripiat est un laboratoire à ciel ouvert, les villes sont comme les gens, vivants ou morts mais chacun a sa durée de vie. Pripiat jouait auparavant un rôle et désormais un autre : nous faire penser è la valeur de la vie et avec ça, sa détérioration naturelle n’a pas dévalué son rôle.

On s’attendait à la chute de ce mur dans la salle des machines, qui a d’ailleurs eu un immense écho dans les médias à travers le monde. Désormais, il faut avoir une attitude plus sévère par rapport à la visite de la ville. La disparition de la peur qui était auparavant provoquée par la radioactivité et le laxisme des autorités vis-à-vis des visites de la zone, mèneront obligatoirement vers une tragédie. Chaque visiteur entrant dans la ville morte doit avoir peur, mais non pas de la radioactivité mais de son comportement irréfléchi. Mieux vaut prévenir que guérir.

langue française

Anna fait une Ode à la femme Slave

28 ans et très active depuis sa tendre enfance, Anna est née à Kharkov mais elle vit à Kiev dans la capitale ukrainienne depuis 4 ans. Cette belle jeune femme slave a les yeux qui pétillent. Elle est diététicienne ou nutritionniste de formation, et avoue bien gagner sa vie. Elle aime le voyage, les promenades en forêt, la nature et les animaux. Elle se dit une excellente cuisinière autant qu’une femme de carrière active. Dans la dernière partie de son témoignage, Anna nous explique qu’il n’existe pas de différences entre les femmes russes et ukrainiennes. Elle fait un vibrant hommage à la femme slave qui possède toutes les qualités de la femme parfaite : belle, féminine, maternelle, orientée vers la protection de la famille, qui sait s’occuper de la maison et qui a également une éducation supérieure avec plusieurs diplômes universitaires. Probablement la plus belle Ode à la femme slave que j’ai entendu.

Anna et la vision de la famille slave

Profil d’Anna, nutritionniste, 28 ans

Comme nutritionniste et diététicienne on se doute que Anna sait et aime cuisiner. Vous serez en de bonnes mains. Elle s’ennuie beaucoup de son chat qui est resté à Kharkov chez ses parents. Dans toute famille avec des enfants, elle souligne l’importance de l’animal de compagnie.

Agence de rencontre CQMI : un choix raisonné

Comme toutes ses recherches dans le monde moderne, Anna a trouvé notre agence matrimoniale sur internet. Elle voulait trouver une agence de rencontre sérieuse de qualité supérieure. Elle a regardé notre site sur la partie russe, étudié les commentaires et bien entendu elle a regardé nos vidéos sur notre canal You tube. Ce n’est qu’après une longue étude sérieuse de notre site pendant plusieurs mois qu’elle a décidé de s’inscrire. En comparant les agences matrimoniales entre elles, Anna n’en a retenu qu’une seule : l’agence de rencontre CQMI.

Quel genre d’homme Anna recherche-t-elle ?

 Anna qui est une jeune fille ukrainienne très intelligente commence par expliquer que certainement on peut parler de traits généraux de l’homme qu’elle recherche mais que seule la rencontre en personne peut être décisive. C’est la communication non verbale qui compte. Donc les critères techniques en eux ne suffisent pas même si elle nous donne une liste : un homme fort, capable de prendre des responsabilités, qui a confiance en lui. Elle explique également qu’un des besoins primaires de la femme est de se sentir en sécurité avec un homme qui la protège. Avoir le sentiment de ne pas être seule, voilà ce qui est important.

L’apparence physique a une faible importance car tout se décide de manière non verbale, ce qui d’Ailleurs confirme les propos de Jean-Louis sur une dernière vidéo qui explique que la barrière de la langue n’est pas si importante. Quand tout concorde entre 2 êtres humains alors il se produit des étincelles et la magie d’une belle rencontre amoureuse.

La communication à distance par Skype ou par lettre

Sa journée de travail étant bien organisée, Anna indique avoir du temps pour communiquer à distance avec un homme qui l’aura choisi. D’autant plus que la recherche d’un partenaire de vie est un élément important de sa vie en ce moment. Or dans la vie d’Anna, il est important de consacrer du temps aux choses importantes.

Lorsqu’on lui pose la question si elle préfère écrire des lettres ou communiquer par Skype avec un homme à l’étranger, Anna répond qu’elle va préférer une communication écrite au départ, pour garder un certain confort. Ensuite la conversation peut se transposer sur Skype ce n’est pas un problème, surtout avec Skype Translator.

Tomber en amour avec le logiciel Skype à distance

C’est avec un peu d’étonnement qu’Anna nous répond quand on lui pose la question de savoir s’il est possible de tomber en amour par Skype. Tout est possible ! dira-t-elle, même si cela ne m’est jamais arrivé. Toutefois, rappelez-vous que Skype peut se transformer en piège.

Se prendre dans les bras ou se faire la bise sur une première rencontre

En Ukraine, ce n’est pas habituel que l’homme et la femme s’embrassent sur la joue sur une première rencontre. Je lui demande de quelle manière elle pourrait réagir dans cette configuration. Ayant voyagé dans de nombreux pays, Anna comprend que les traditions et les us et coutumes diffèrent d’un pays à l’autre, et bien si l’homme y tient absolument alors pourquoi pas ? finit-elle par avouer en riant mais tout de même pas trop à l’aise.

Les difficultés reliées avec l’immigration dans un nouveau pays pour une jeune femme ukrainienne

Anna est-elle consciente de l’investissement de temps et d’énergie pour immigrer dans un nouveau pays tel que la France ou le Canada ?

Anna n’a que 28 ans mais elle a déjà beaucoup voyagé à travers le monde. Elle se dit active et pour elle c’est facile de se mettre en mouvement. Bien au contraire, Anna regarde cette perspective avec un grand intérêt, sous l’angle positif. La perspective de découvrir une nouvelle langue, une nouvelle culture, un nouveau pays. L’apprentissage de la langue n’est pas un problème pour Anna, bien au contraire. Rappelez-vous notre article sur le processus d’apprentissage de la langue française pour les enfants ukrainiens.

Le Noel des enfants russes à Montréal.

Les femmes ukrainiennes veulent se marier avec un étranger pour quitter leur pays ?

Quand je lui ai posé cette question provocante, Anna a esquissé un sourire. Elle dit avoir une vie intéressante et bien remplie à Kiev avec son emploi. Elle explique gagner un bon salaire sans compter l’aide financière de ses parents. Immigrer n’est pas dans son cas une occasion d’améliorer ses conditions de vie. En effet cette jeune femme ukrainienne n’est pas à plaindre. Alors pourquoi vouloir rencontrer un homme dans un pays étranger ? Simplement parce qu’Anna ne trouve pas d’homme ukrainien qui soit orienté vers la vie de famille comme elle l’est. Anna est une jeune femme dynamique, indépendante financièrement, qui a étudié à Moscou, Kharkov et Kiev, qui a voyagé par le monde, qui est tout à fait capable de subvenir à ses propres besoins. Toutefois il est clair dans l’esprit d’une femme slave que c’est l’homme qui doit garantir la sécurité financière des enfants.

Et Anna demande : Pourquoi les hommes canadiens viennent-ils chercher une femme en Ukraine ?

Je lui réponds que selon les statistiques au Canada, la quantité d’homme est supérieure à celle des femmes. Les femmes au Canada sont indépendantes, préfèrent parfois la vie seule sans enfant en priorisant la carrière ce qui fait qu’un grand nombre d’hommes se retrouve seuls. Pour toutes ces raisons, il est difficile pour un homme de rencontrer une femme célibataire au Canada et fonder une famille.

Anna se demande alors si la motivation des hommes canadiens est de venir chercher une femme en Ukraine pour l’enfermer à la maison en tant que femme au foyer car en aucun cas elle ne voudrait arrêter sa carrière professionnelle.

Différences entre femmes russes et femmes ukrainiennes ?

Anna ayant étudié à Moscou, je lui demande si elle peut objectivement constater des différences de mentalité entre les femmes russes et ukrainiennes. De son point de vue les différences sont pratiquement inexistantes car les russes et les ukrainiens ont la même origine slave. Le point fort de la femme slave est qu’elle a su conserver les traditions familiales. Anna fait l’inventaire des qualités de la femme slave : la beauté, l’intelligence, l’éducation, la protection de la famille et des traditions. En résumé la femme slave est la protectrice du foyer familial.

La femme slave a une valeur universelle, et pas seulement pour élever des enfants, rester à la maison et faire la cuisine. Leur beauté, leur intelligence, leur savoir-faire familial font d’elles les femmes les plus extraordinaires au monde. Et excusez-moi si cela en peut vexer certaines, finit-elle en souriant.

Langue russe et française
Centre Québécois des Mariages Internationaux
 
Centre Québécois des Mariages Internationaux
5 étoiles

Notez


Rating:

[email protected]