Téléphone : 514-569-6333

Téléphone : 06 15 09 43 47

Les femmes du Kazakhstan sont appréciées pour leur beauté, leur sérieux et leur exotisme. Souvent ces sont de très belles femmes de l’orient à fort caractère, sûres d’elles-mêmes et organisées dans leur vie professionnelle. Les femmes kazakhes ont de la personnalité, elles savent ce qu’elles veulent et vont « droit au but ». Ces jolies femmes orientales sont éduquées et parlent plusieurs langues en raison du voisinage du Kazakhstan avec plusieurs pays, dont la puissante Russie. Voyez plutôt ce que des spécialistes Kazakhs vous diront au sujet de la femme Kazakhe moderne à Almaty et en province.

Le Kazakhstan, un pays à majorité musulmane

Le Kazakhstan est situé entre l’Orient et l’Occident. Cinq fois plus grand que la France et 1,6 fois plus grand que le Québec, ce pays fascine par une diversité de ses paysages pittoresques, une cuisine exquise et une richesse de son patrimoine culturel. Au cœur de l’Asie centrale, cet immense pays se distingue par une population multiethnique qui est à majorité musulmane (70,2%). On retrouve au Kazakhstan des gens de toutes les origines : Kazakhs, Russes, Ouzbeks, Ukrainiens, Ouïghours, Tatars, Allemands, Biélorusses, Azéris, Polonais et Lituaniens. Il faut noter que des belles femmes kazakhes représentent un véritable héritage national du Kazakhstan.

Le charme oriental des femmes kazakhes

Les femmes kazakhes sont très attachées à leurs traditions nationales et à leurs valeurs familiales. Elles tâchent de se marier tôt - à l'âge de 23, 24 ans. Cependant, trouver un homme sûr n'est pas tellement facile pour elles à cause d’un déséquilibre entre le nombre d’hommes et de femmes dans leur pays. Une autre caractéristique de ces belles femmes orientales est qu’elles ont une attitude positive face à la grande différence d'âge avec leur partenaire de vie et préfèrent souvent que leur mari soit plus âgé qu’elles.

De leur côté, ces jolies demoiselles recherchent bien souvent des hommes attentionnés, autonomes et capables d’assurer à leur famille une vie digne, ainsi qu’un foyer protecteur, dans lequel les enfants peuvent grandir mentalement, émotionnellement, physiquement et spirituellement. Il est également important de mettre en valeur votre romantisme et votre culture, éléments très appréciés des femmes originaires du Kazakhstan.

Aspect musulman des femmes kazakhes

Comme dans toutes les familles musulmanes, dans les familles kazakhes les rôles d’homme et de femme sont bien différenciés. Un homme est considéré comme le pourvoyeur, tandis que la femme kazakhe est considérée comme une femme au foyer et la mère qui prend soin de ses enfants et elle accepte le rôle prépondérant de son mari dans leur famille. En ce sens elles se différencient quelque peu des femmes russes.

L'un des traits culturels les plus marqués chez les Kazakhs est leur sens de l'hospitalité, qui représente une marque de bienveillance à l'égard d'un étranger. Les femmes kazakhes savent bien cuisiner. La cuisine du Kazakhstan est basée traditionnellement sur les viandes de mouton et de cheval, et sur les produits laitiers. Envers leurs parents, les femmes kazakhes sont un exemple de sincère obéissance et d’amour. Elles traitent leurs parents avec bonté et respect, avec une compassion infinie, une grande politesse et une profonde gratitude. Et bien sûr elles reconnaissent leur statut et leurs devoirs de femme envers eux.

Étant des femmes musulmanes, les kazakhes portent une attention particulière aux besoins du corps ; elles en prennent soin, le maintiennent en santé et en forme du mieux qu’elles le peuvent. Elles font du sport et sont actives.

La première rencontre

Les femmes kazakhes ont un sens très fin de l’humour. Toutefois, il vaut mieux éviter des histoires drôles lorsqu’on rencontre une femme kazakhe pour la première fois étant donné que le transfert de ces histoires d’une culture à l’autre ou d’une langue à l’autre peut causer des malentendus. De plus, lors d’une première rencontre avec une femme originaire du Kazakhstan il est mieux d’adopter des sujets de discussion plutôt neutres que personnels (famille, religion, politique), à moins que votre interlocutrice n’aborde elle-même ces sujets. Discuter des sujets d’intérêt général ou faire preuve d’intérêt pour la culture locale (langue, arts, théâtre) peut constituer un bon moyen de partager et de mieux connaître une femme kazakhe.

miss kazakh

Que pensent les filles et les femmes kazakhes et comment sont-elles éduquées?

Pourquoi les filles russes aiment les hommes Kazakhs? Parce que dans leurs veines il y a un sang orageux et chaud. Mais pourquoi les hommes Russes aiment tellement les filles du Kazakhstan? D’autant plus, que même les hommes Kazakhs eux-mêmes préfèrent les femmes de leur pays dans la plupart des cas. Le fait est que la jeune fille russe et un homme Kazakh ne peuvent pas trouver un langage commun, car les Russes ne comprennent pas pleinement la mentalité des Kazakhs. La même chose s'applique quand un homme étranger veut rencontrer une fille Kazakh, bien que dans ce cas, la relation est un peu plus simple. Et la chose est que les femmes Kazakhs sont des femmes orientales uniques avec des caractéristiques de l'âme et de l'esprit, et avec un statut particulier dans la société kazakhe.

De grandes guerrières dans l’histoire du Kazakhstan

Les femmes kazakhes, contrairement à la plupart des femmes représentantes des autres peuples de l'Est dont les femmes asiatiques, ont leur propre statut particulier dans la société. Elles sont vénérées comme les gardiennes inconditionnelles du foyer familial, et aussi d'excellents assistantes et compagnonnes de leurs maris. Le fait est que, historiquement, il est arrivé que les femmes kazakhes n’ont pas été lésées dans leurs droits et se sont développées mentalement au moins aussi bien que les hommes à travers l’histoire. Elles étaient assises en selle sur un pied d'égalité avec les hommes, l'histoire regorge de preuves que les femmes du Kazakhstan sont devenues de grandes guerrières, ont remporté beaucoup de victoires. L'intelligence toute particulière des femmes kazakhes en fait une excellente compagnonne de l’homme kazakh, avec qui ils ne sont pas seulement une famille, comme une seule entité et un corps puissant avec une excellente raison.

Pour les femmes kazakhes, un statut égal à celui des hommes dans la société était pris pour acquis, elles n'appréciaient pas cela comme un cadeau du ciel. C'était comme cela avant, de la même manière que dans la société moderne. Et un statut égal dans la société entre les Kazakhs et leurs femmes a permis à ces dernières de contribuer au développement de la culture et de la spiritualité du peuple. Ainsi, les femmes kazakhes ont une longue histoire écrite à travers leurs actions et leurs réalisations militaires, enrichissent la culture kazakhe et lui confèrent une spiritualité spéciale et authentique qui est oubliée par les hommes au cœur dur. Toutes ces qualités ont été et continuent de faire des femmes et des filles kazakhes une épouse désirable, non seulement pour les Kazakhs eux-mêmes, mais aussi pour les représentants d'autres nationalités.

international 2693236 640

De l'avis des Kazakhs et des représentants masculins étrangers, elles ont un charme unique qui peut être comparé au charme des Parisiennes. Mais les Kazakhs ont leur propre personnalité, spécial, qui ne se compare à rien d’autre. En outre, les Kazakhes sont très belles en apparence, elles sont belles à tous les niveaux : leur visage, leur cou, leurs mains, et la figure en général. Avec tout cela, la chasteté et la moralité inhérentes à toutes les filles kazakhes les rendent encore plus intéressantes pour un homme sérieux qui cherche une femme à l’étranger. Elles n'exposent pas leur beauté en spectacle, ne renient pas leur corps, et les Kazakhes dévouées ne se permettent pas de se déshabiller en public. Tout cela parle de leur fidélité aux traditions, à la religion et à la moralité. Une fille Kazakh pense toujours en avance sur sa future famille, sur ce qu'elle devrait être et ce qui devrait être fait par la fille elle-même pour sa prospérité. Cela parle aussi du dévouement et de la rigueur des femmes kazakhes, ainsi que de beaucoup d'autres qualités excellentes.

kazakh1 

Qui est la femme kazakh moderne ?

Comment être une Kazakhe dans la société moderne? Aujourd'hui c'est un sujet populaire pour les réseaux sociaux et les médias. Est-il nécessaire pour une femme orientale de suivre strictement les traditions ou doit-elle être guidée par les valeurs occidentales? Sans vouloir nuire aux représentants des autres ethnies de notre pays multiethnique, nous avons quand même essayé de créer une image collective de celle autour de laquelle il y a tant de bruit aujourd'hui. Qui est-elle, une Kazakhe moderne? Une Hipster dans une chemise à carreaux avec un volume de "Fleurs pour Algernon" ou un modeste hijab? En conséquence, un portrait très ambigu s'est détaché.

Dulat Isabekov, écrivain

Dulat Isabekov, dramaturge kazakh, écrivain, lauréat du Prix d'État, exprime publiquement l'opinion qu'une femme kazakhe ne devrait pas partir à l'étranger, car elle peut alors entrer dans une relation de discrédit avec un homme étranger.

« J'ai beaucoup entendu ce commentaire : pourquoi les filles kazakhs se comportent de manière trop désinvolte à l'étranger ? Dans quelle famille ont-elles été élevées ? Pourquoi ne pas se tenir de manière convenable avec dignité autant en Angleterre que dans son pays ? Pourquoi se donnent-elles si facilement ? Une fois, souvenez-vous, 500 jeunes filles Kazakhes ont été envoyées en Turquie pour leurs études. Elles sont revenues à la maison, sans diplôme ni travail - se plaint Dulat Isabekov. Alors tu vas entendre que nous ne voulons pas communiquer avec elles, parce que nous savons comment elles se sont comportées en Turquie... C’est du mépris. Parfois, on les oppose aux jeunes hommes kazakhs: on dit qu’ils ne se sont aussi pas très bien comportés à l’étranger, mais ils sont des hommes. On entend dire qu’ils ont fait un accident de voiture face à quelqu'un, qu’ils ont enfreint les règles de circulation de la route. Ce sont des incidents. Nos filles ne savent pas comment se comporter, où elles doivent enjamber, où dormir, elles perdent le point de repère. Par conséquent, elles deviennent une proie facile pour différents hommes étrangers. Même à Almaty et d'autres villes, dès la sortie du village, quand elles viennent, elles ne savent pas comment se comporter. D’autre part, la chasse pour nos filles Kazakhes a commencé à l'étranger, parce que qu'elles sont encore distinguées par leur moralité, leurs bonnes manières, avec de l'esprit. Cela est resté de toute façon. "

kazakhe122

Aliya Kadyrova, bloggeuse, féministe

Aliya Kadyrova est une féministe, mène son blog sur YouTube. Cette jeune intellectuelle milite pour l'égalité des sexes, pour les droits de la communauté LGBT et pour l'éducation.

« La Femme Kazakh moderne est une fille urbaine et avancée. Elle a une carrière et des intérêts. Une Kazakhe moderne sait jongler habilement entre son travail et la famille, et c’est la raison pour laquelle elle est parfois très fatiguée et lui donne un indice qu'il y a dans sa vie une sorte d'injustice. Mais une femme Kazakhe aime trop le confort ... et les valeurs de son statut, pour vouloir changer quelque chose. La femme kazakhe moderne est en conflit. Sérieusement, c’est vrai pour chaque femme ! Par exemple, elle porte un hijab, mais aime à jurer. Ou alors elle ne cesse de parler de féminisme, mais elle est prête à faire pour un homme n'importe quoi, quand elle est amoureuse. Ou encore peut-être qu'elle ne supporte pas les Kazakhs, bien que née dans une famille kazakhe de souche. Cela arrive. Nous sommes la génération d'un conflit interne constant. Mais dans une certaine mesure, c’est très bien. Je pense, une assez grande partie de l'identité du Kazakhstan repose sur la diversité des cultures, des groupes ethniques qui vivent dans notre pays. Alors pourquoi pas étendre cette fierté à la diversité des croyances religieuses, aux attitudes envers le mariage et la maternité, aux préférences dans le domaine artistique. Il y a musulmanes, mais il y a aussi des féministes (et il y a une féministe musulmane, d'ailleurs), il peut y avoir une fille de 25 ans qui a trois enfants, et certaines qui n’ont jamais pensé au mariage. Et tous nous pouvons apprendre quelque chose les unes des autres si nous restons nous mêmes, tout en écoutant et de respectant les autres positions. C'est cela, en fait, comment être une Kazakhe aujourd'hui. "

Madi Mambetov, journaliste

Madi Mambetov, journaliste et chroniqueur. Il parle souvent dans les médias en faveur de l'égalité des sexes dans le pays.

« Il y a une image de la femme Kazakhe qui existe dans la tête des députés. Cette femme soumise, mère fidèle, une femme qui ne porte pas le hijab, qui est une femme fière de la steppe, elle galope à cheval, comme dans la série « la fille - djigit ». « Puis elle se marie et se transforme en mère de famille, qui parle à sa belle-mère par son nom de famille, dont les yeux sont toujours brillants. C’est une femme légendaire qui, il me semble, n'a jamais existé et qui n'a pas encore été vue au Kazakhstan. Nous savons tous qu’une telle femme n’existe pas mais tout le monde y fait référence. Cette femme doit être ainsi : chaste, timide, mais pas déprimée. La seconde image est celle qui se trouve dans nos rues, - dit Madi Mambetov - Cette femme est muselée, elle gagne moins d'argent que les hommes. Elle ne se fait pas respecter dans ma maison, elle se trouve au poêle, et en plus elle doit aller travailler. Elle peut être soumise à la violence domestique, mais en aucun cas ne doit pas laver le linge sale en public. Et enfin, c’est une femme qui ne doit jamais en aucun cas se montrer en déshabillé, comme Assel Bayandarova. Dans cette tenue, personne ne devrait la voir - il est souhaitable qu'elle porte une jupe en dessous du genou, des blouses avec des manches. Afin de couvrir la poitrine et de préférence le cou. C'est ce que je vois. Pa contre la femme kazakhe que je voudrais voir dans les rues est une femme de type moderne, qui a obtenu une éducation, qui va gagner un bon salaire, égale avec son mari pour prendre soin des enfants. Une femme qui a exactement les mêmes droits que les hommes. Une femme qui est représentée dans le gouvernement, les affaires et d'autres sphères. "

Kazak saltymen kyz uzatu

Marzhan Othegen, journaliste, bloggeuse

La journaliste et bloggeuse Marjan Othegen est populaire sur Instagram, elle compte plus de 20 000 abonnés. Elle promeut activement la préservation des valeurs traditionnelles dans la famille kazakhe, mais croit en même temps qu'une femme devrait et doit se développer en tant que personne.

« La femme Kazakhe d’aujourd'hui d'une main berce le berceau, et de l'autre - le monde entier. Chez les Kazakhs nous avons ce proverbe, Dit Marjane Otegen. Je pense que ce sont les femmes qui sont en mesure de combiner non seulement le fait de vivre, mais aussi de savoir comment se montrer dans le monde des affaires par exemple, sans préjudice pour les enfants, sans priver sa famille. C'est une femme qui jongle avec dans ses mains, elle tient la famille, le travail, les amis. Et tout cela se fait parfaitement bien. Le multitâches, le développement aux multiples facettes, le développement complet. Cette femme sera toujours intéressante pour son mari, parce qu’elle n’est pas seulement occupée par les choses de l’existence, elle a toujours des activités dans sa vie. Elle peut se développer, profiter de plaisirs dans la sphère professionnelle. Elle mène aussi une vie sociale active. Elle n'est pas une féministe fanatique ni une femme au foyer. Elle a le temps de tout faire. Une telle femme kazakhe s’habille de manière confortable. La mini-jupe est plus l'apanage des très jeunes filles. À 30 ans, par exemple, peu importe la façon dont la figure peut être parfaite, ce n’est plus tout à fait approprié. Surtout dans notre société. Tout devrait être à sa place. Si elle va chez des parents, lors d'un événement officiel, alors elle devrait s'habiller de façon appropriée. Si elle va quelque part avec son mari à Malibu pour un parti, puis, en principe, il y a toujours une robe qui sera d'intérêt pour elle, et que son mari lui permettrait de porter. Elle doit regarder son mari. "

Murat Telibekov, président du SMQ

Murat Telibekov, président de l'Union des musulmans du Kazakhstan non enregistrée. Maintient l'image du troll principal du pays. Initiatives d'auteur telles que l'introduction d'une taxe sur le sexe au Kazakhstan et le remplacement de la monnaie locale tenge pour le « baursak et kuyrdak ».

« La femme Kazakhe moderne est un mélange particulier de cultures asiatiques et européennes. D'une certaine façon, elle est semblable à une femme japonaise, mais plus indépendante, émancipée. Les racines de sa psychologie se trouvent dans les traditions du peuple kazakh. Il y a un jeu ancien » Kyz kuu. « L'homme sur le cheval attrape la cavalière à cheval pour l’embrasser et sa petite amie en réponse se livre à sa poursuite et lors du rattrapage, elle le fouette. Dans la culture de nombreux peuples la femme ne va pas lever la main sur un homme, c’est un tabou. Comme vous pouvez le voir, dans la tradition nationale kazakhe ce n'est pas le cas. En ce qui concerne son image, tout dépend de l'âge. La femme moyenne préfère être discrète, avec un style traditionnel. Elle n'a jamais teint ses cheveux en rose, ne porte pas une boucle d'oreille dans la narine. Les jeunes filles ne sont pas opposées à se livrer à des expériences, mais la tradition tient toujours en arrière. Par exemple, jamais Je n'ai pas vu que la jeune fille kazakhe se permette de fumer ou de jurer en présence de ses parents. "Ici aussi, c'est un tabou non-dit."

kazakhes

Diane Idris, bloggeuse

Diana Idris, bloggeuse, directrice des relations publiques de la marque Ainur Turisbek, auteur de "Aria Tokal" et d'autres sketches satiriques.

« La femme kazakhe moderne est fortement dépendante de son lieu de résidence, - dit Diana Idris - Comme le lézard qui est capable d'imiter une image souhaitée selon le lieu dans lequel il se trouve. À Almaty, la femme kazakhe moderne aura besoin de gonfler les lèvres, augmenter le volume des cheveux et faire semblant d'être un peu plus stupide. C’est alors que dans son réseau va certainement se pointer le kazakh moderne (encore, un homme d’Almaty): un crossfighter invétéré et un "Barmaglot" régulier. Avec une belle barbe hipster ou un ventre, mais en tous les cas une rencontre prometteuse.

La kazakhe moderne qui vit à l'extérieur d'Almaty porte des imitations, parce qu’elle ne distingue pas particulièrement entre l'original et le faux. Le sommet de ses rêves est un gilet de fourrure qui se porte avec tout. C'est comme les baskets Stan Smith, seulement plus claires - apparemment, la prédisposition génétique à porter de la fourrure est évidente. Le but de toute la vie des femmes Kazakhes est de se marier et de porter les graines d'un kazakh moderne pour peupler chaque mètre carré de la Grande Steppe. Traditionnellement, seule la circoncision est honorée (pour des raisons médicales) et l'échange de cadeaux "Kulilar", espérant secrètement obtenir un set de chez Chopard, même si elle n’aura nulle part pour le porter. Si vous souhaitez recevoir des informations sur les Kazakhs conservateurs, envoyez un SMS avec le mot "AUL" au numéro court 3030 ".