Téléphone : +1 514-794-5053

Téléphone : 06 15 09 43 47

La plus célèbre d’entre elles est certainement Nadia Comaneci, la jeune gymnaste roumaine qui, un soir d’été à Montréal en 1976, obtiendra la note parfaite de 10 dans les barres asymétriques. Elle deviendra le symbole communiste de la famille Ceausescu qui alors dominait sur la Roumanie. Malheureusement et trop souvent la Roumanie rime avec romanichel ou roms comme on les surnomme parfois. Cette réputation un peu sulfureuse ne laisse pas les hommes indifférents. En effet, la femme roumaine est belle, et elle le sait. Comme la Moldavie, pas très loin, le peuple roumain est composé de différentes origines, un savant mélange entre le soleil de l’Italie et le caractère slave oriental. Les femmes roumaines savent séduire et charmer le cœur des hommes célibataires français, d’autant plus que très souvent, elles connaissent la langue de Molière, pour des raisons historiques.

La Roumanie, se situe juste au sud de l’Ukraine.

Si la capitale Bucarest se trouve au Sud, toute la partie nord fait frontière avec l’Ukraine le long des montagnes Carpates, dont nous avons déjà parlées. C’est une superbe région à cheval entre les Carpates et le Danube, qui possède également un accès à la mer noire à l’est. Pourtant, avec la situation économique difficile, les adultes en âge de travailler ont tendance à partir chercher l’eldorado à l’Ouest, en France, en Espagne ou en Italie. La langue roumaine est une langue latine contrairement aux langues slaves qui utilisent l’alphabet cyrillique. Cette immigration massive inquiète les autorités du pays qui cherchent à limiter la fuite des cerveaux depuis la fin du régime totalitaire communiste imposé par la famille Ceausescu pendant presque 30 ans.

La femme roumaine fait débat

Comme vous pourrez apprécier dans ce reportage exceptionnel sur Nadia Comaneci, le peuple roumain, incluant les femmes, ont vécu 30 années de communisme et de pauvreté épouvantable. Au prix d’un effort surhumain, toute la population a été mise à contribution pour rembourser les dettes du pays. En conséquence il est aisé de comprendre que les femmes roumaines ont une certaine conscience de l’importance de l’argent. Quand on survit, on apprend à se débrouiller et tous les moyens sont bons pour arriver à s’en sortir. (y compris les mariages arrangés ?) Alors en tant qu’homme en quête d’amour, il sera important de faire attention.

nadia comaneci gym

La femme roumaine parle français

Historiquement la France et la Roumanie ont toujours été proches. À l’époque soviétique, les petits roumains et roumaines étudiaient la langue française sur les bancs de l’école et au Lycée. Malheureusement cette tradition a depuis disparu au profit de la langue anglaise, comme c’est d’ailleurs le cas dans tous les pays de l’ex union Soviétique. Les roumains de plus de 50 ans maitrisent presque tous la langue française !

Les Roumains sont-ils des slaves ?

On peut réellement se poser la question. La langue roumaine n'est pas une langue slave, beaucoup plus proche de l'Italien. Même à l'époque du communisme, l'approche soviétique roumaine se différenciait nettement de celle de Moscou. Le physique des femmes roumaines est lui aussi distincts avec les cheveux plus foncés : exit les cheveux blonds, lisses et longs des femmes russes, le regard brillant noir de la gitane fait penser aux femmes slaves moldaves les plus proches de la Roumanie.

Scandale sexuel en Italie : une femme roumaine sur deux qui va travailler en Sicile devient victime de violence sexuelle

La province sicilienne de Raguse, une province agricole du sud de l'Italie, était au centre d'un scandale sexuel international. Les journalistes ont attiré l'attention sur le fait qu'après une apparition massive dans les fermes locales des travailleuses de Roumanie dans les hôpitaux urbains, le nombre d'avortements a fortement augmenté. Selon l'association pour la protection des droits des migrants Proxyma, les femmes roumaines ne représentent que 4% de la population féminine de la province de Raguse et elles représentent 20% des opérations d'avortement enregistrées.

Elles sont apparues en Italie en 2006. Ensuite, les 36 premières Roumaines sont venues en Italie pour travailler. En 2017, il y en a environ cinq mille.

Nicoleta Bolos, une ouvrière agricole :

- D'où je viens, en Moldavie roumaine, il n'y a presque pas de travail. Et si vous parvenez à obtenir un travail quelque part, alors le salaire moyen est de 200 € par mois. À Ragusa, vous pouvez gagner beaucoup plus.

Beaucoup plus est juste un peu plus de 20 euros par jour, ce qui est presque trois fois moins que le travailleur saisonnier italien. Pour cet argent, les femmes travaillent 12 heures par jour dans la chaleur et sans eau, elles vivent dans des dépendances isolées et insalubres et subissent des agressions sexuelles de la part de leurs employeurs. Nicoleta Bolos a été violée et battue avec la connaissance et la pression de son mari, écrit The Guardian.

"Mon mari a dit que je devrais le faire, et si je refuse, le propriétaire nous laissera sans argent et nous chassera." Il m'a semblé qu'il devenait fou, mais quand j'ai refusé, il m'a battu et m'a ordonné de faire tout ce que le patron avait ordonné, et quand le maître est venu, il m'a menacé avec un pistolet.

L'association Proxyma a estimé que plus de la moitié des femmes roumaines travaillant dans les serres doivent entrer en relations sexuelles avec leurs employeurs. Cela s'est fait connaître en 2014, en 2015, à l'initiative du député italien Marisa Nicci, une enquête sur la situation a commencé, mais elle n'a jamais été achevée. Les autorités de Raguse se disent prêtes à aider les femmes roumaines, victimes de violences et de traitements cruels. Mais la seule chose qui a été faite jusqu'ici est d'ouvrir un abri pour les travailleuses qui ont fui leurs propriétaires.

HDL ROUMANIE

Jusqu'à présent, seul un agriculteur sicilien, qui a dû répondre devant la loi pour avoir abusé des femmes roumaines, est connu. Et ce n'est pas seulement le travail de la police. Les travailleuses elles-mêmes ne sont pas pressées de rendre leur histoire publique.

Alessandra Sciurba, professeur à l'Université de Palerme, co-auteur du rapport sur la situation des femmes roumaines :

"Les femmes disent qu'elles sont prêtes à tolérer la violence pour que leurs enfants ne vivent pas en Roumanie dans la pauvreté absolue". Par conséquent, elles acceptent des conditions terribles et un traitement cruel. Elles n'ont pas la possibilité de trouver un autre emploi, et pour fournir des familles, les femmes font des concessions, c'est leur choix conscient. Mais de notre point de vue, tout ce qui arrive peut être appelé, selon la définition de l'ONU, du travail forcé et la traite des êtres humains.

Cela est confirmé également par le procureur Valentine Botti, qui s'occupe depuis plusieurs années du problème de la violence sexuelle et de l'exploitation du travail des femmes roumaines. La plupart des victimes perçoivent la violence comme un sacrifice personnel apporté pour le bien de la famille. Et la perspective de perdre un emploi les effraie plus que l'esclavage. Récemment, de plus en plus de fermiers forcent leurs travailleuses à participer à des soirées sexuelles, au cours desquelles les Roumaines se font échanger à des amis et des connaissances. Comme l'écrit World Of Migrants, pour de tels événements, les employeurs de 60 ans choisissent généralement des filles âgées de 20 à 24 ans. Pour forcer les femmes roumaines à avoir des rapports sexuels, les agriculteurs menacent de les priver de travail, de logement et d'argent. Les plus vulnérables sont les femmes ayant des enfants - les menaces de séparation entre la mère et l'enfant sont généralement très efficaces.

Jhanna notre princesse Tsigane

Pour Rencontrer une femme slave :

Agence Matrimoniale CQMI
Tel : +1 514 794-5053 (Viber)
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Skype : Antosha71
Facebook et Instagram : @Agencecqmi
YouTube : https://www.youtube.com/cqmica
Live tous les Dimanches à 20 heures !