fbpx
Viktoriia 12499
Vasilina 14563
Saida 17499
Lyubov 18414
Yuliya 17013
Tatiana 9168

QUIZZ : Ais-je une Chance avec une Femme Kirghize ?

Les femmes kirghizes sont belles, mais agressives.

Une psychologue de Minsk, ayant visité Bichkek, a partagé ses observations. Lilia Akhremchik a écrit sur sa page Facebook ses observations sur Bichkek. L'auteure prévient que son opinion est très subjective et généralisée. (Orthographe et ponctuation enregistrées)

Les filles Kirghizes sont belles 

"Les femmes kirghizes sont belles. Dans leur jeunesse, elles ressemblent à des poupées en porcelaine de petite taille, à la peau propre et aux traits réguliers, caractéristiques des Asiatiques et des Métis. Elles sont généralement souriantes et bien entretenues. Je fantasme que c'est valable jusqu'au moment où "elles se vendent ", dans le sens où elles resteront ainsi jusqu’à ce qu’elles se trouvent un mari. Alors tout à coup, d'une manière brusque, l’image change : à la place d’une belle fille, elle est devenue une tante. Il n'y a presque pas d'état de transition. Les Européennes en plus grand nombre peuvent être des belles femmes et des femmes sans âge : actives, curieuses, pétillantes, en développement, etc. ", écrit l'auteur.

filles kirgyses

Elle note également que si une femme kirghize a des enfants, cela est immédiatement remarquable.

"Elle devient la tête de la famille. Mais c’est dans le non-dit. Cela peut être déterminé par sa démarche, par la façon dont elle se dispose dans l'espace, avec le dos fort et la ceinture scapulaire. La mère, en même temps que la propriétaire sont entrées dans la pièce principale – vous le ressentez à un niveau physique. Il y a beaucoup d'agressivité passive chez les femmes kirghizes. Souvent sur le visage vous allez voir un sourire, et à l’intérieur un paquet de nerfs prêt à exploser. Et cela arrive aussi que ce ne soit même pas caché : la colère est à l'intérieur, la colère est à l'extérieur. J'avais le sentiment de marcher dans un champ de mines. Crochetez quelqu'un par inadvertance, et cette mèche fera exploser une bombe à l'intérieur de la femme du Kirghizstan. En tous les cas c’est ce qui m’a semblé voir. Je suis revenue à Minsk et j'ai réalisé que nous n'avions pas une telle chose chez nous en Biélorussie. Nos femmes sont simplement ternes et écrasées, si tu les piques, elles tombent par terre. - souligne Lilia Akhremchik.

Elle a également partagé ses pensées sur les hommes kirghizes.

"Crucifie-moi, mais je n'ai pas vu de beaux hommes à Bichkek (enfin, sauf un). De belles femmes, vous en verrez à chaque pas, mais il n'y a pas de beaux hommes. J’ai vu très souvent dans la rue, une très belle fille, qui tient par les coudes un gars de ce genre ... En général, les femmes kirghizes ont de la pitié. D'accord, la beauté chez un homme n'est pas la chose principale. Il y a d’autres aspects. Les hommes kirghizes sont paresseux et bien confortablement installés. Il y a beaucoup d'hommes bien aussi et de familles, j'en suis sûre. Je généralise fortement, en parlant de la majorité et de mon expérience personnelle. D'une façon ou d'une autre, les hommes du Kighiztan ont modifié l'islam à leur avantage, et se sont installés en toute sécurité au cou de leurs femmes, tout en les considérant comme des êtres de seconde classe. Si dans l'Islam un homme porte la responsabilité à 100% pour une femme, pour sa sécurité, son éducation, etc., et pour la famille dans son ensemble, alors un homme kirghize peut battre et humilier sa femme, sans être un soutien de famille.

Comme elle le note, la femme travaille, s’occupe de la maison, des enfants, s'occupe de toutes les corvées domestiques, et en même temps elle garde et sert un mari qui ne la respecte pas.

" Vous ne pouvez que rêver d'être proche l’un des autres dans la famille. Au Kirghizstan, Vous ne pouvez pas divorcer, car tous les proches et les connaissances vous condamneront. C'est mon mari. Il ne peut en être qu'un, peu importe à quel point il s’est comporté de manière horrible. C'est peut-être pourquoi les femmes kirghizes cachent leurs émotions, et ont un vieillissement prématuré. Les femmes ne vivent pas selon leur propre logique. Elles ne peuvent pas faire ça. Dans le cadre de vie et les scénarios culturels, elles sont détenues par l'ensemble de la famille et de l'environnement familial, comme prises en otage. "Même s’il est mauvais, supportez-le." Souffrir est honorable, heureux le condamné ! Si une femme est malheureuse, alors elle est presque une sainte. Et peu importe ce qu'elle veut en même temps, ce qu'elle ressent. Si elle commence à s'aimer et à se respecter, elle sera remise en place. On dira , Que se permet-elle ? "- écrit l'auteur.

Elle a également noté qu'il y a des femmes kirghizes développées, belles et civilisées qui sont à la frontière entre l'est et l'ouest.

"Elles sont encore fortement attirées vers le bas par les préjugés, mais elles sont déjà attirées par les valeurs occidentales : s'aimer, se protéger, vivre, se développer, choisir un homme, aimer un homme, etc. Elles occupent de bons postes, gagnent décemment leur vie, font du sport, du fitness, du yoga, apprennent des langues étrangères, des danses, sont amatrices de psychologie. Elles lisent les psychologues modernes et essayent de se comprendre et de comprendre leurs vies, elles cherchent les raisons de leur insatisfaction au Kirghizstan ", a ajouté Liliya Akhremchik.

À la fin de sa publication, la psychologue a noté que c'est un coup d'œil rapide d'une étrangère slave, qui n’engage qu’elle.

"J'ai essayé de faire attention lors des consultations, en avertissant mille fois que je n'étais pas de Kirghizie, et seule la femme elle-même décidait comment faire face à telle ou telle prise de conscience. L'Orient est une affaire délicate », conclut Akhremchik.

filles kirghizes

Les filles kirghizes modernes et leurs coutumes

Récemment, le nombre de cas scandaleux impliquant des filles kirghizes a augmenté. La dernière en date, une fille ivre a organisé une bagarre dans un avion, qui se préparait à voler de Almaty vers Kuala Lumpur.

Sur Internet, il y a de plus en plus de scandales vidéo et de bagarres impliquant des jeunes femmes kirghizes. Ainsi, sur le réseau internet, on a eu une vidéo de combats dans la capitale. Le porte-parole du ministère des Affaires intérieures de Bichkek, Myrzabek Toktosunov, a dit que d'abord les jeunes filles étaient assises tranquillement dans un café, puis elles sont sorties dans la rue, et il y a eu une bagarre qui a éclaté entre elles :

- Le conflit entre elles s'est transformé en un combat. Les policiers qui passaient à côté ont décidé de séparer les filles, mais ils ont rencontré de la résistance et un langage obscène et ordurier de la part des jeunes filles.

En conséquence, le service de police Octobre a ouvert une procédure pénale en vertu de l'article « houliganisme ». Les filles risquent une amende ou un emprisonnement de cinq jours.

Les valeurs kirghizes ont changé

Les utilisateurs des réseaux sociaux discutent activement la situation, mais sur l'Internet une autre vidéo a été postée avec une fille kirghize âgée de 23 ans qui, intoxiquée, a arrangé une rixe à bord de l'avion, qui se préparait à voler depuis Almaty vers Kuala Lumpur. À cause du scandale, le vol a été retardé de 45 minutes. La police kazakhe a rédigé un protocole administratif et a infligé une amende à la jeune fille pour une somme importante.

Les experts évaluent différemment le comportement des filles modernes. Le Psychologue Samat Aalkanov explique leur agressivité par l'absence d'une éducation appropriée :

- L'évolution des valeurs familiales et nationales influence grandement. Nous répétons ce qui se passe dans d'autres pays. Les parents battent les enfants, on ne leur apprend rien. Les valeurs kirghizes ont changé.

kirghyzesa

Le rôle des femmes dans la famille et la société kirghize ne peut être évalué, il est extrêmement important. Depuis l'antiquité, dans la société kirghize, les femmes sont très appréciées et les filles sont traitées avec un respect absolu. Aujourd'hui, les principes sont flous et dépréciés. Les femmes sont forcées de supporter le fardeau de la responsabilité, souvent insupportable, pour toutes les choses de la vie et pour tous dans la société. En conséquence, il y a des changements dans la structure sociale et, par conséquent, dans la nature des gens, dit la sociologue Mariyam Edilova, qui étudie les questions de la famille et du genre.

Les jeunes filles ont du partir pour la Russie ou le Kazakhstan

Selon elle, dans les premières années de l'indépendance des femmes et de la crise inévitable qui accompagne le changement, les femmes ont dû se battre pour survivre, elles sont parties pour la Russie et le Kazakhstan pour travailler. Les complexes qui sont apparus chez leurs enfants en raison du manque d'éducation parentale et d'amour peuvent se manifester de cette façon.

"Les filles kirghizes qui travaillent à l'étranger, survivent littéralement, ce qui les rend plus fortes. Obligées de travailler sans relâche, elles se détendent de la même manière qu’elles travaillent, sans réfléchir, elles fument, elles boivent ... ", dit Mariam Edilova.

Le manque d'amour maternel et de tendresse, l'éducation dans son ensemble est devenue la cause des réalités d'aujourd'hui, estime l'auteur Nasypbek Asanbayev. Selon lui, la population sous-éduquée a mal compris la notion d'égalité des sexes et de droits :

"En conséquence, les jeunes vont trop loin, ils abusent même des policiers, défendant ainsi leur propre notion de loi. Cet exemple est une illustration avec cette fille, Shelukha, surnommée ainsi sur Internet. Si vous vous en souvenez, cette fille complètement sobre a éclaboussé le parc de graines de tournesol, et en réponse aux critiques, elle n'a même pas regardé et revendiqué ses droits. D'où vient l'ambition, l'arrogance, la confiance en soi de cette fille ? Autrement dit, il ne s'agit pas de boire de l’alcool ou d'autre chose, ce sont toutes les conséquences du manque d'éducation.

international 2657230 640

Les raisons du changement de mentalité en Kirghizie ?

Avec les femmes qui sont de mauvaise humeur, les hommes sont aussi sont à blâmer. Parlant des derniers événements, les hommes dans cette situation ont également été critiqués : au lieu de séparer les filles et de les ramener chez elles, ils se sont moqués d'elles et ont posté des vidéos sur Internet. Une habitante de Bichkek, Lola a noté que les hommes décents ne se comportent pas ainsi :

- Des hommes dignes, des patriotes ramèneraient les filles à la maison, et ne se seraient pas ridiculisés en prétendant qu’ils ont dû se battre avec des jeunes filles. Ils pourraient également cacher cela sans exposer les filles kirghizes comme une moquerie.

Selon les experts, le contenu de la vidéo, diffusé à la télévision et sur Internet et loin des normes de la morale et de l'éthique, affecte négativement la jeunesse moderne du Kirghizstan. Les jeunes essaient d'imiter les personnages de films dont le comportement laisse beaucoup à désirer. En outre, les gens n'ont rien pour remplir l'espace spirituel, qui reste également en dehors de l'attention de l'État. L'écrivain Nasypbek Asanbayev a critiqué l'État pour l'absence d'un concept dans le domaine de l'éducation de la jeune génération :

- Comment résoudre ceci ? Nous devons tous travailler ensemble sur cette question. L'interdiction de vente de l'alcool et l'augmentation des salaires des enseignants ne règlent rien. Parents, famille, tous les citoyens devraient participer. Par exemple, les enfants et les jeunes regardent tout ce qu'ils veulent à la télévision. Avec eux, les parents regardent aussi. C'est dans ces films, où il y a des injures, et de l'alcool, tout est négatif. Ils croient qu'eux aussi peuvent le faire. Pour les adolescents, il semble que l'entêtement est un héroïsme, et si ce n'est pas le cas, alors c'est obsolète. Par conséquent, comment les parents s'occuperont des enfants, alors l'état devrait faire des films qui influenceront correctement la formation de la conscience. Malheureusement, même les héros des films kirghizes contemporains ne sont pas un exemple positif pour les jeunes.

mountains 1154058 640

Orozayym Narmatova, un homme d'affaires de Bichkek âgé de 22 ans, estime que l'éducation est importante pour la famille et les établissements d'enseignement. Le Ministère de l'éducation et des sciences déclare que cette question fait l'objet d'une attention accrue dans les écoles et que des mesures préventives sont prises. Le représentant du ministère Gulshan Abdyldaeva a noté que la question peut être résolue en impliquant non seulement les enseignants mais aussi les parents dans le processus éducatif :

- Le Ministère de l'éducation et de la science, de la santé, du développement social et des affaires intérieures a signé un accord sur le travail préventif dans les écoles pour prévenir les délits. Le projet "Mode de vie sain" fonctionne également. Dans le cadre du projet, les filles sont informées des habitudes nocives.

Les psychologues croient que l'enfant est toujours une forme d’idéal pour les parents, c'est le début de la formation d'une personne en chair et en os.

 

Le sexisme au Kirghizstan


Au Kirghizstan, l'égalité des sexes n'est encore une réalité que sur le papier. Les droits des femmes sont menacés dans les espaces publics et privés. La pression sur les femmes n'est pas liée au fait qu'elles ne remplissent pas suffisamment leurs devoirs maternels ou leurs tâches ménagères, par exemple. La domination masculine est omniprésente dans tous les domaines de la vie sociale sans exception. Cet article a été publié sur Radio Azattyk, le service kirghize de RFE/RL. Nous le traduisons avec l'aimable autorisation des rédacteurs.

Jusqu'à présent, la société kirghize n'a pas réussi à améliorer l'égalité entre les sexes - mais comment cela affecte-t-il directement la vie des jeunes femmes et hommes kirghizes ? Parce qu'ils connaissent tous un destin très individuel. Nous vous présentons quelques jeunes femmes et hommes et leurs histoires très personnelles.

Ajkyz - Utilisé comme une poupée

Ajkyz, 25 ans, s'est marié l'année dernière. Peu de temps après, la jeune femme a demandé le divorce - parce que son mari la maltraitait. Ils ne se connaissaient que depuis une semaine lorsqu'ils se sont mariés. Tout s'est bien passé pendant les premiers temps, mais après deux mois, le comportement de son mari à son égard a radicalement changé.

Son mari a commencé à se disputer pour chaque petite chose : "Par exemple, lorsque je posais soi-disant ma tasse sur la table de manière trop bruyante. Cela m'a brisé, je suis tombé en dépression, en essayant de comprendre ce que je faisais de mal." Pendant une année entière, elle a essayé de s'intégrer dans la famille de son mari, de s'intégrer. Elle ne travaillait pas, car ils vivaient ensemble chez ses parents. "Je cuisinais pour eux, je faisais la lessive, je me levais plus tôt que les autres et j'étais la dernière à me coucher. Mon mari était le seul fils d'une famille de cinq filles. Mais soudain, il ne m'aimait plus, au bout d'un moment, il ne faisait plus du tout attention à moi."

Plus d'informations sur Novastan : le mouvement féministe au Kirghizstan.

Il a dit très franchement "Je ne vous aime pas, partez !". Elle aurait été prête à partir, mais ses beaux-parents l'ont grondé et ne l'ont pas laissé faire. Ses parents ont également insisté pour qu'elle reste avec son mari maintenant qu'elle l'avait épousé. "Au bout d'un an, je n'en pouvais plus et j'ai décidé de partir, d'autant plus que je ne suis pas non plus tombée enceinte de lui. Il m'a juste utilisé comme on utilise une poupée pendant un certain temps. Il a ruiné ma vie."

"Il avait eu le coup de foudre pour moi, m'avait-il dit alors. Et qu'il serait prêt à faire n'importe quoi pour me rendre heureuse. Mais à part la misère, il ne m'a rien apporté. Il s'est avéré être imprudent. Il ne pouvait pas m'aimer, alors il a cherché une excuse pour se débarrasser de moi. Il a commencé à me reprocher de ne pas prendre soin de moi, de ne pas m'habiller raisonnablement. J'ai grandi dans une famille correcte, je prends grand soin de moi. Mais il ne l'a pas vu. Mes beaux-parents lui ont dit que j'étais très soignée, mais il n'a pas écouté. Pourquoi n'a-t-il pas pensé à ça avant le mariage ?"

Ajkyz a divorcé il y a un mois et vit maintenant de nouveau avec ses parents à Jalalabad. "La maison n'est pas comme avant maintenant. Je cherche du travail, mais jusqu'à présent je n'ai rien trouvé de convenable. En ce moment, je n'ai juste pas envie de faire quoi que ce soit."

Gulnara - Infectée par son mari

Gulnara a été mariée pendant trois ans. La raison du divorce était qu'elle ne pouvait pas lui donner de descendance. Gulnara était enceinte mais a fait une fausse couche ce mois-ci. Et de rejeter la faute sur son ex-mari, a-t-elle dit :
" Les médecins disent que j'ai perdu l'enfant à cause d'une infection. J'étais en bonne santé, je n'avais aucun problème. Après le mariage, les problèmes gynécologiques ont commencé."

Le diagnostic est une cystite, une infection aiguë de la vessie qui signifie qu'elle ne peut pas être enceinte. Elle a passé les deux dernières années à courir d'un médecin à l'autre. "Les gynécologues m'ont juste prescrit des piqûres et des médicaments et m'ont dit qu'il n'y avait pas de réel problème sinon. Je suis allé mieux et, dans l'ensemble, tout allait de nouveau bien - jusqu'à ce que je recommence à avoir des douleurs trois ou quatre mois plus tard."

Il s'est avéré que son mari l'avait infectée. Le médecin lui a demandé de venir avec son mari pour pouvoir les traiter tous les deux. "Mais mon mari ne voulait même pas entendre ça. Tout allait bien pour lui, a-t-il dit, et je devais aller me faire soigner seule. A la fin, nous nous sommes séparés. Mes beaux-parents n'étaient pas totalement innocents dans cette affaire ; ma belle-mère m'a demandé de plus en plus fréquemment, dans les derniers jours de notre mariage, pourquoi je ne tombais pas enceinte. Et mon mari n'a pas du tout assumé sa culpabilité. Ce qui va se passer ensuite, je ne le sais pas. Probablement qu'il va se remarier ou que je vais trouver un nouveau mari..."

Gulnara vit actuellement des moments difficiles. En tant que travailleuse migrante, elle se rend maintenant en Russie. La jeune femme espère avoir des enfants lors d'un second mariage. Le cas de Gulnara n'est qu'un exemple parmi tant d'autres où la femme est toujours rendue responsable de l'absence d'enfants dans un couple.

La gynécologue Anara Ordokova raconte que de tels cas se comptent par centaines. Et la plupart du temps, les hommes partent du principe qu'ils sont eux-mêmes en parfaite santé. Pour les femmes, cela signifie un stress psychologique important en plus des plaintes physiques : "Seuls 20 à 30 % des maris, au maximum, accompagnent nos patientes à l'hôpital. C'est pourquoi nous prescrivons toujours le médicament aux deux conjoints en même temps, sur la base de l'examen que nous avons effectué sur les femmes. Nous recommandons toujours que le mari prenne également ces médicaments, sinon la femme ne peut pas non plus se rétablir. C'est un gros problème. Il serait urgent d'offrir une éducation aux hommes", a déclaré Mme Ordokova.

Dariyka - La femme robot

Le sexisme et la discrimination fondée sur le sexe se manifestent à différents niveaux de la société kirghize. Dariyka est une mère de trois enfants et une femme au foyer. Elle est troublée par le fait qu'il est devenu normal de dégrader les femmes et de les traiter comme des robots qui résolvent tous les problèmes du foyer, travaillent et élèvent les enfants en plus.

"Au Kirghizistan, une loi non écrite veut que la femme, qu'elle travaille ou non, s'occupe seule du ménage. Le sexisme ne doit pas seulement être examiné sous l'angle du comportement des hommes envers les femmes, mais aussi sous celui du comportement des femmes elles-mêmes envers d'autres femmes. Par exemple, les belles-mères ou même les sœurs du mari partent souvent du principe que la mariée ne devrait jamais rester sans emploi. À cette fin, ils rendent souvent les choses très difficiles pour les belles-filles. Bien sûr, il existe des belles-mères bonnes et compréhensives, mais elles restent minoritaires."

"Mon mari et moi travaillons tous les deux. Après le travail, je suis aussi fatiguée que lui, nous rentrons ensemble du travail. Puis, à la maison, il regarde la télévision, alors que je n'ai même pas le temps de prendre une petite respiration. Et le matin, je me lève plus tôt que lui. Et je viens de me rappeler quelque chose d'autre : J'ai récemment commencé à conduire. Environ 80 % des élèves de l'auto-école sont des femmes, 20 % seulement des hommes. Les femmes apprennent à conduire comme si c'était la loi, elles apprennent le code de la route. Les hommes suivent des cours pendant 2 ou 3 mois, puis ils achètent la licence. Et puis ils se moquent aussi des femmes qui conduisent."

Bektur - un homme qui n'a pas la tête sur les épaules

Bien sûr, tous les hommes ne sont pas comme ça et parmi eux, il y a ceux qui aident leur femme dans le ménage et dans l'éducation des enfants. Bektur est l'un de ces hommes et il a fait l'expérience que les hommes qui aident et consultent leurs femmes sont ridiculisés.

"Les amis et les pairs de ces hommes font très souvent des plaisanteries à leur sujet, les traitant de héros mal élevés. Peut-être que certains se comportent ainsi parce qu'ils sont jaloux d'un mariage harmonieux. D'autres peuvent se comporter de la sorte, comme les "héros dominés", mais seulement quand personne ne les voit. Puis, en public, ils doivent être fiers et afficher leur rôle dominant dans la famille."

La majorité des hommes n'aident pas leur femme par sens de la masculinité, Bektur en est convaincu.

baby 2553737 640

Assel - Le réalisateur

Le sexisme à l'égard des femmes ne se manifeste pas seulement dans les familles, mais aussi sur la scène culturelle et artistique. La jeune réalisatrice et fondatrice de la Fondation pour les femmes artistes en Asie, Assel Shurayeva, note que si les films réalisés par des femmes peuvent être excellents et les réalisatrices très talentueuses, ils ne sont toujours pas pris aussi sérieusement que les films de leurs homologues masculins :

"Il arrive que les gens demandent : "Et ça a été réalisé par une femme ?". C'est vraiment très triste. Parfois, les femmes elles-mêmes ne voient pas qu'elles agissent contre leur volonté, elles se contredisent en adoptant une position similaire envers leur capacité. Par exemple, elles se disent que ce sont elles qui n'agissent pas correctement, que ce sont elles qui causent le sexisme en premier lieu, et que si elles agissaient correctement, les hommes ne les blâmeraient pas non plus. Je ne suis pas d'accord avec une telle attitude. Après tout, nous devons montrer que nous pouvons travailler, que nous pouvons tout faire et que nous sommes égaux."

Perisat et Ajlnura - Les activistes politiques féminines

Mais même en politique, le problème du sexisme est loin d'être éradiqué. Au Dzhogorku Kensh, le parlement kirghize, seuls 18 des 120 députés sont des femmes. Même lors de l'élection des députés des parlements régionaux le 11 décembre, l'équilibre entre les sexes n'a pas été observé partout.

L'exigence selon laquelle 30 % des députés des parlements régionaux doivent être des femmes n'existe que sur le papier, déclare la militante Perizat Suranova : "Les mandats pour les femmes ne tiennent pas. Sur les listes des partis, 30 % sont des femmes. Mais après la répartition des mandats, il ne reste que 20 à 21 %. Et les chiffres diminuent d'élection en élection. Je vois le danger que, lors des prochaines élections, le pourcentage de femmes diminue si fortement que les femmes pourraient disparaître complètement des différents parlements."

Les militants de l'égalité demandent donc que le quota de femmes dans les parlements soit porté à 50 %. Un amendement correspondant à la loi est prévu, selon Ainura Altibaeva, chef du groupe parlementaire du Parti social-démocrate du Kirghizistan (SDPK) : "Le projet de loi a déjà été rédigé. Malheureusement, elle n'a pas encore pu entrer en vigueur pour les élections parlementaires régionales, car le Djogorku Kenesh n'a pas encore pris de décision politique sur la question. Une fois qu'une décision aura été prise, le projet de loi sera à nouveau examiné."

Melis et Sulfija - Les spécialistes du genre

Au Kirghizstan, les femmes sont à la tête d'hôpitaux, d'écoles, d'universités et d'institutions sociales, entre autres. Pourtant, l'activité civique des femmes est plus faible que celle des hommes, comme le note l'expert indépendant Melis Tologonov. Selon lui, cela est principalement dû au fait que les femmes ne sont pas motivées pour s'impliquer, ni du côté de la famille, ni du côté de l'État.

"Il est bon que les femmes participent à la vie politique et s'impliquent dans la société. Précisément parce que leur point de vue est différent de celui des hommes. Elles sont mères, élèvent les enfants et travaillent au sein du foyer. En tant que députés, ils pourraient représenter leurs intérêts."

Plus d'informations sur Novastan : Jeunes femmes activistes au Kirghizstan : l'égalité comme une passion

La spécialiste des questions de genre Sulfiya Kochorbayeva ne peut qu'être d'accord. Ce n'est que lorsque les femmes, tout comme les hommes, participent aux processus politiques du pays que les problèmes sociaux urgents peuvent réellement être résolus : "Les femmes abordent les problèmes qu'elles ont elles-mêmes vécus. Avant tout, ils inscriraient à l'ordre du jour les questions relatives aux enfants, à l'éducation, au logement, ainsi que le problème de l'appauvrissement des retraités et de la violence domestique. Les hommes n'évoquent jamais la violence domestique, par exemple. Par conséquent, lorsque les femmes sont faiblement représentées dans les parlements régionaux, ces questions sont souvent négligées."

Par rapport à d'autres pays de la région, les droits des femmes en politique sont effectivement protégés au Kirghizstan, selon les experts. Néanmoins, on leur accorde peu d'espace, surtout aux postes élevés, tant au Djogorku Kenesh que dans les parlements régionaux. Dans le cadre de la lutte contre la violence domestique et les humiliations, les femmes du Kirghizstan devraient, de l'avis de divers spécialistes des questions de genre, jouer elles-mêmes un rôle actif dans la politique et s'engager socialement. Jusqu'à présent, le problème n'a pas reçu beaucoup d'attention de la part de l'État.

 

 

Pour Rencontrer une femme Kirghizes :

Agence Matrimoniale CQMI
Tel : +1 514 794-5053 (Viber)
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Skype : Antosha71
Facebook et Instagram : @Agencecqmi
YouTube : https://www.youtube.com/cqmica
Live tous les Dimanches à 20 heures !