4472-B, rue Saint-Denis,
Montréal, QC, H2J2L1
Google Maps

Centre Québécois des Mariages internationaux 4472-B, rue Saint-Denis,
Montréal, Qc, H2J2L1
Google Maps

Top 5 des préjugés sur les femmes slaves totalement faux.

13 avril 2015 Par dans Blogue CQMI

Dès qu'il est question de relations amoureuses avec des femmes russes ou ukrainiennes, il y a presque toujours des malentendus à leur propos. Comme quoi elles seraient vénales, dans la misère avec une famille nombreuse, à la recherche de papiers, elles veulent à tout prix immigrer dans un autre pays, etc. Notre vision du monde est largement basée sur les préjugés et les idées reçues ainsi que les nouvelles que l'on reçoit aux informations. Un comportement simpliste qui peut mener à des affrontements et à des incompréhensions. De plus, beaucoup de stéréotypes quand il s’agit de femmes russes sont complètement faux et sont très éloignés de la vérité. Voyons un peu la liste de clichés qui tournent autour des femmes de l'Europe de l'Est:

1.      Les femmes de l’Europe de l’Est veulent quitter leur pays à tout prix.

Le mariage entre les hommes étrangers et les femmes d'Europe de l'Est est aujourd'hui devenu un sujet fréquemment abordé à la radio, à la télé, dans les magazines. À en croire les médias toutes les femmes slaves souhaitent épouser un homme d'Europe de l'Ouest ou d'Amérique du Nord. C'est bien évidemment totalement faux, car s'il y a des milliers de dames russes souhaitant épouser un occidental il y en a également des dizaines de millions mariées et heureuses de l'être à des hommes russes. Une femme russe si elle est mariée avec un homme russe ne va jamais divorcer pour épouser un étranger même si ses conditions de vie sont terribles.

Les femmes russes et femmes ukrainiennes célibataires ne cherchent pas à quitter leur pays, coûte que coûte, pour des raisons économiques et elles ne sont pas financièrement intéressées. Généralement plus nombreuses que les hommes dans leur pays, elles recherchent avant tout un homme respectueux, sobre, qui entretient son aspect physique et qu’elles ne trouvent pratiquement plus chez elles.

Les dames russes souhaitant quitter leur pays ne prennent pas cette décision à la légère, et toutes les adhérentes de l'agence matrimoniale CQMI ont conscience de ce que cela implique: elles doivent abandonner leur famille, leurs amis, et aller dans un pays où elles ne connaîtront personne excepté vous, elles n'entendront plus leur langue maternelle et seront complètement dépendantes de vous au début. Mais elles sont prêtes à faire ce sacrifice pour l'homme qui saura conquérir leur cœur!

2.      Les femmes slaves sont pauvres et habitent  dans la misère.

L’incapacité financière est un mythe au sujet des femmes russes. Selon les statistiques la majorité des femmes de l’Europe de l’Est ont un emploi et gagnent bien leur vie. Dans certains cas la femme slave est le seul soutien économique de la famille. Il ne faut pas confondre la vie urbaine développée et la misère qu'on trouve dans la Russie profonde.

Cette statistique est confirmée par le fait que toutes les adhérentes du CQMI sont financièrement autonomes, elles ont un diplôme ainsi qu’un travail permanent. En fait, elles ne se distinguent pas de vous. Elles sont comme vous!

3.      Les femmes ukrainiennes et russes sont soumises et se font dominer.

La majorité des filles russes souhaitant épouser un étranger ont soif de reconnaissance et de respect, sont ambitieuses et font preuve d'une certaine force de caractère. En général les femmes russes font preuve de beaucoup plus de patience et de tolérance que les femmes occidentales : cela est dû au fait qu'en Russie le maître mot de la famille est dépendance et entraide ! En effet la famille russe est bâtie sur ce principe de dépendance : les femmes russes sont très attachées aux membres de leur famille. Elles veulent l'égalité au sein du couple concernant l'éducation des enfants ou le partage des tâches ménagères. Elles seront certes des épouses attentionnées et fidèles, avec les valeurs familiales traditionnelles, mais en aucun cas soumises !

4.      Les femmes slaves ont un faible niveau d’adaptation au mode de vie occidental.

Les femmes russes sont accusées de ne pas connaître l'anglais, ne pas avoir un permis de conduire, ne pas être familières avec les cartes de crédit et les procédures de paiement de l'Ouest. Ce n'est pas tout à fait vrai.

Les femmes de l’Europe de l’Est en général ont un bon niveau d'études et ont des connaissances scolaires d'au moins une langue étrangère (souvent l'anglais, plus rarement le français ou l’allemand). Chez les plus jeunes, surtout dans les grandes villes, le choix de l'anglais en seconde langue devient de plus en plus important.

Saviez-vous que en Europe de l'Est chaque année apparaissent de plus en plus des compagnies avec les partenaires étrangers? Et de parler l'anglais est une des conditions d'embauche dans ces entreprises. De plus, une telle exigence est imposée non seulement aux candidats sur les positions de gestion, mais également aux simples employés. En Russie environ 30% des postes vacants (en fonction de la position) nécessitent les connaissances de base ou avancées de l'anglais. La vérification du niveau d'anglais, se produit généralement à l'étape de sélection de CV avant l'entrevue d'embauche. Il n'y a donc rien de surprenant que dans la base de profils CQMI la majorité de femmes slaves parlent au moins une langue étrangère. La majorité des russes est convaincue de l'importance de parler des langues étrangères.

Un nombre croissant des femmes slaves savent conduire la voiture.

Même si la Russie est une économie utilisant principalement l’argent liquide, les cartes de crédit sont utilisées dans toute l'étendue dans les magasins, bars et restaurants, pour obtenir les traitements et salaires mensuels. Les particularités qui existent dans un pays donné peuvent être enseignées et montrées et facile à apprendre.

5.      Les femmes de l’Europe de l’Est ne sont pas éduquées.

La Russie a un niveau d’éducation assez élevé par rapport aux nombreux pays européens. La lecture de livres fait partie de la vie et de la culture russe. Et en général les femmes de l'Europe de l'Est préfèrent lire un livre que d’aller au cinéma ou regarder la télé. Par conséquent, beaucoup de femmes slaves sont très instruites, et beaucoup d’entre elles dans la base de profils de Centre Québécois de Mariages Internationaux ont des diplômes universitaires et même les diplômes de deuxième et de troisième cycle. Elles sont éduquées et intelligentes. Et elles savent que des milliers d'hommes de par le monde sont attirés par elles ! Le système éducatif russe est d'ailleurs plus performant que dans bien des pays occidentaux.

Regardez la vidéo de Philippe qui a voyagé en Ukraine et qui parle des préjugés auxquels il a été confrontés avant le voyage :

 

Si vous voulez en savoir plus sur les femmes russes...

Inscrivez-vous dès maintenant sur notre site de rencontre avec des femmes ruuses et nous vous appellerons pour planifier une première rencontre gratuite.

Avec le CQMI, votre femme de l’Europe de l’Est est devenue plus proche que jamais!

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
Lu 5892 fois Dernière modification le samedi, 04 février 2017 23:59
Centre Québécois des Mariages Internationaux
 
Centre Québécois des Mariages Internationaux
5 étoiles

Notez


Rating:

[email protected]