Téléphone : +1 514-794-5053

Téléphone : 06 15 09 43 47

L’Agence CQMI ouvre un partenariat en Russie, faut-il choisir une femme russe ou ukrainienne ? Femme russe ou ukrainienne ?

L’Agence CQMI ouvre un partenariat en Russie, faut-il choisir une femme russe ou ukrainienne ?

16 septembre 2018

Bien que le CQMI possédait déjà un partenariat en Russie de longue date, avec une agence à Samara, nous ne proposions pas beaucoup de profils de femmes russes. Aujourd’hui nous avons passé une étape et nous espérons agrandir encore le nombre d’adhérentes russes afin de proposer à nos clients de France, de Belgique, de Suisse, d’Europe en général une alternative demandée. Nous ne parlons pas ici du Canada, s’il existe de grandes facilités pour les femmes ukrainiennes de venir s’installer en Amérique du Nord, pour des raisons politiques internationales, ce n’est pas le cas pour les femmes russes. Cependant, les Européens francophones auront en tête que des différences existes, et nous nous proposons de passer en revue rapidement les problématiques inhérentes aux femmes russes.

Comme l’indiquait donc Antoine Monnier dans le dernier live YouTube de l’agence, c’est une arrivée progressive qui va se faire d’environ 200 femmes russes, originaires de toutes les régions de Russie, de la capitale, et qui seront inscrites dans les jours et les semaines à venir sur le site CQMI. Nous insistons pour dire que les Canadiens doivent oublier les femmes russes, ce que nous regrettons, mais ces hommes trouveront dans les femmes ukrainiennes, ou d’autres pays slaves, des épouses tout aussi attentionnées et splendides qu’en Russie. La politique internationale a décidé hélas pour nous, et aux hommes qui penseraient qu’il existe des différences cruciales entre femmes ukrainiennes et russes, nous avons envie de leur dire oui… mais aussi surtout non ! Certes vous trouverez des différences régionales, il va de soi qu’une femme québécoise, belge ou française, a des spécificités, qui par exemple peuvent se coupler avec des origines provinciales. C’est ainsi que la Wallonne sera différente de l’Occitane ou de la Catalane, sans parler de la Luxembourgeoise ou de la Bretonne ou Alsacienne. La Russie et l’Ukraine ne font pas exception.

1- Choisir de rencontrer des femmes russes ou ukrainiennes ?

Mis à part les difficultés politiques internationales qui font du Canada une nation presque alignée aux côtés de l’Ukraine, il n’y a pas de raisons valables véritables pour préférer les unes ou les autres. Ce qui comptera beaucoup plus que le reste, ce sont les affinités que vous aurez avec cette femme, ses caractéristiques, son âge, sa famille, son caractère, son état d’esprit, son histoire, ses intérêts communs avec les vôtres, les sentiments bien sûr qui naîtront entre deux êtres. L’amour ne se commande pas, bien au contraire, c’est quelque chose qui naît d’abord de votre propre amour de vous-même, de votre optimisme, de votre joie de vivre. Les gens tristes et dans des problèmes, dépressifs ou mélancoliques auront bien moins de chances de découvrir leur moitié, et ici la nationalité entre deux êtres n’aura pas beaucoup d’importance. Hommes du Canada concentrez-vous donc sur l’Ukraine, vous gagnerez du temps, les complications seraient grandes, voire une épreuve et un labyrinthe dont vous ne sortiriez pas, ou difficilement. Hommes d’Europe, ou d’Afrique du Nord, vous avez le choix… l’Ukraine vous offrira plus de facilités pour voyager et pour les déplacements d’une future épouse dans votre pays. La Russie aura le désavantage d’une barrière de visas, mais offrira une plus grande diversité, n’oublions pas qu’il s’agit du plus grand pays du monde !

 femme ukrainienne

2- Les atouts de choisir de rencontrer des Ukrainiennes.

Nous venons de le dire, vous n’aurez besoin que d’un passeport, les femmes ukrainiennes également, aussi c’est presque sans aucune contrainte que vous pourrez voyager, aller et venir, du moins dans l’espace aujourd’hui sous contrôle, une guerre hybride affecte l’Est du pays et empêche donc les mouvements dans la région du Donbass, où deux républiques autoproclamées se sont soulevées contre Kiev (2014), une guerre s’y déroule jusqu’à ce jour. Mais l’Agence CQMI a une très grande expérience de l’Ukraine, l’épouse du fondateur, Borislava est Ukrainienne elle-même, d’une région à l’extrême occident du pays. Entre cette région magnifique des Carpates et le Dniepr, vous aurez plus d’un millier d’adhérentes, de l’Ukraine de l’Ouest et du Centre, jusqu’aux confins de la mer Noire, du Sud-Ouest au Sud-Est du pays, sans parler de la capitale ou de villes importantes sur la fracture du Dniepr (donc de langue maternelle de plus en plus majoritaire russe), à Zaporojie ou Kharkov par exemple. L’expérience de notre agence est maximale en Ukraine, avec 4 années d’organisations de groupes, à raison de 4 groupes à l’année (printemps, juin, juillet et août, novembre), à partir de Kiev la capitale. La logistique, les assistantes, l’expérience, ainsi qu’un bureau sur place de l’Agence CQMI vous assureront un confort optimum, dans les meilleures conditions et sous la houlette d’Antoine Monnier, directeur et fondateur de l’agence dont vous pouvez trouver plus de 500 vidéos sur internet. L’Ukraine est également très accessible pour les Européens, à environ 3 à 4 heures d’avion seulement, une bagatelle, pour des prix de transport très raisonnables. Autre point au niveau des Européens, dans l’ambiance de russophobie assez commune déjà bien implantée, quoi que moins prégnante en France, le capital sympathie des Ukrainiennes pour une acclimatation en Europe sera important et une véritable aide pour votre future épousée.

3- Le cas particulier des femmes du Donbass et de Crimée.

Sans faire de politique, nous devons indiquer qu’il est impossible de se rendre dans le Donbass sans accréditation délivrée par l’Ukraine, ou en violant la loi ukrainienne et en passant par la frontière russe. C’est une zone de guerre, il est dangereux et impossible pour nous de vous conseiller de vous risquer dans cette zone. Des adhérentes du site CQMI sont originaires de cette zone, mais vous pourrez les rencontrer sans problème en Ukraine, à Kiev, ce que nous avons déjà vu plusieurs fois. Beaucoup des jeunes femmes du Donbass ont préféré évacuer la zone insurgée, soit du côté ukrainien, soit du côté russe, ou ailleurs. Quant au cas particulier de la Crimée, depuis son retour à la Russie (2014), mais poire de discorde entre l’Ukraine et la Russie, la Crimée est donc russe. Les femmes de Crimée sont donc devenues de nationalité russe et la zone est sujette donc à l’obtention de visas via les consulats et ambassades russes. Les passages de l’Ukraine à la Crimée sont possibles par terre, mais là encore sujets à l’obtention d’un permis de passer délivré par les autorités ukrainiennes. Si vous vous rendez en Crimée par la voie des airs (donc de la Russie), vous serez considérés comme ayant violé la loi ukrainienne, à ce titre passible d’une condamnation et d’une peine de prison. S’il vous arrivait donc de choisir une femme de Crimée, ayant conscience que vous pourriez ne plus, ou ne pas pouvoir mettre les pieds en Ukraine. Dans tous les cas, pour les femmes du Donbass ou de Crimée, vous pouvez les rencontrer librement et sans risque en Ukraine, ou en Russie, et si ces femmes ont gardé leur passeport ukrainien, elles pourront voyager dans votre pays sans problème (ce qui permet aux hommes canadiens de pouvoir choisir aussi ces femmes).

4- Les points faibles de choisir des femmes ukrainiennes.

Les points faibles résident essentiellement dans les motivations des femmes ukrainiennes. Bien que nous ayons un système d’entretien, de vérifications des adhérentes CQMI qui nous arrivent en direct, nous avons moins de garde-fous avec nos partenaires. La situation politique, la guerre, la situation économique et l’écroulement des perspectives, plus le fait que l’Ukraine est l’un des trois plus pauvres pays d’Europe, font que des candidates à l’émigration économiques seront nombreuses et non forcément au grand amour. Cet aspect économique ne sera pas le fait de toutes les Ukrainiennes, mais attention toutefois, malgré nos contrôles et notre volonté d’éviter ces profils, il est évident que le risque est plus grand, en Ukraine, mais aussi bien sûr en Moldavie, Biélorussie et en général les pays de l’ancien espace soviétique, non intégrés dans l’Union européenne. C’est aussi là un danger, beaucoup de femmes idéalisent l’Occident, Europe ou Amérique, avec les risques que cela comporte. Cependant, nous essayons, comme nous l’indiquons souvent, à travers les vidéos d’Antoine Monnier de faire des sélections et d’éviter les profils caustiques, sachez par exemple qu’il est interdit, pour les hommes comme pour les femmes de demander des cadeaux. Le contraire mène à l’expulsion directe de notre structure.

 femme russe

5- Les atouts de choisir de rencontrer des femmes russes.

D’une manière générale, l’atout principal sera la situation économique de la Russie, de loin meilleure que l’Ukraine ou d’autres pays de l’ancien espace soviétique. Vous découvrirez beaucoup de femmes dont les raisons n’ont rien à voir avec une expatriation économique. Couplé au fait qu’il y a un immense déficit d’hommes par rapport aux femmes (entre 18 et 55 ans, cependant comme en Ukraine), vous aurez plus de chances de rencontrer des femmes ayant de bonnes raisons de chercher un époux à l’étranger. Mais ayez conscience qu’il y a Russie et Russie. Entre Moscou et Saint-Pétersbourg, vous aurez aussi les zones reculées et de la campagne, qui pourraient se trouver plus pauvres que les régions les plus modestes d’Ukraine ou de Moldavie. Si en Ukraine, vous vous approcherez plutôt de femmes des villes provinciales, en Russie vous aurez un choix plus grand dans les très grandes villes de province, assurant une « qualité » des personnes que vous pourrez rencontrer. Les villes de Moscou, Saint-Pétersbourg, Novossibirsk, Ekaterinbourg, Nijni-Novgorod, Kazan, Samara, Tcheliabinsk, Omsk, Rostov-sur-le-Don, Ouffa, Krasnoïarsk, Perm, Volgograd, Voronej dépassent toutes le million d’habitants, à elles seules, ces 15 villes cumulent… 32 millions d’habitants, et vous pouvez aussi compter de grosses villes comme Saratov, Krasnodar, Togliatti, Iljevsk, Oulianovsk, Barnaul, Vladivostok, Iaroslav, Irkoutsk ou Tioumen, 10 villes comprenant de 600 000 à 850 000 habitants chacune. Environ une vingtaine d’autres villes comprennent entre 400 000 et 600 000 habitants… et vous prendrez bien conscience que vous aurez intérêt, un grand intérêt à viser des villes d’importances, pour y découvrir des femmes bien éduquées, avec des situations et un bon niveau de culture et des possibilités fortes d’adaptation. Ce sera ici exactement l’inverse de l’Ukraine, visez cette quarantaine de villes… c’est déjà plus de 45 millions d’habitants !

6- Les points faibles de choisir des femmes russes.

En plus du visa à obtenir, de formalités, si vous n’aviez pas bien encore réalisé les distances, la Russie est le plus grand pays au monde. Nous vous conseillons donc de bien réfléchir quand vous vous lancerez dans la rencontre d’une femme russe, si vous restez dans les standards de la capitale ou de Saint-Pétersbourg, alors sans doute vous aurez des facilités pour vous loger, pour trouver des avions directs, pour vous rendre sur place également en 3 ou 4 heures de France, de Suisse ou de Belgique. Au-delà, sachez prendre en compte les distances handicapantes, les voyages fatigants et coûteux, tout cela peut être vraiment un point négatif, qui compliquera aussi les contacts de votre future épousée avec sa famille, vos futurs voyages, ses retours au pays en famille. Plus que tout autre peuple, les Russes ont un mal du pays qui peut être une vraie problématique, et dans le cas de l’organisation d’une véritable expédition pour que votre dulcinée rejoigne Omsk ou Vladivostok, je vous laisse méditer sur les complications et le financement. Dernière chose, s’il existe des réseaux mafieux en Ukraine, il existe en plus grand nombre des réseaux russes d’escrocs à l’amour. Nous ferons bientôt un nouvel article sur le cas particulier de la croqueuse de diamants, dont nous avons déjà un peu parlé. Il y aura probablement plus de risques à rencontrer une Ukrainienne candidate au confort, mais aussi plus de risques à découvrir une candidate russe… spécialiste dans l’art de la duperie, de l’escroquerie et des coups pendables.

7- Alors femmes russes ou ukrainiennes ?

Comme vous l’aurez compris cela n’a en réalité pas une grande importance, surtout si vous comprenez qu’en Ukraine, à l’Est du Dniepr se trouvent en réalité une majorité de Russes dans ce pays. La différence se situerait sur la question, femme française ou belge ? L’idée qu’il y aurait une supériorité de la femme ukrainienne sur la russe ou vice et versa est absolument ridicule. Cependant, pour éviter des problèmes d’organisation de leurs voyages, les candidats à l’amour devraient choisir l’un ou l’autre pays, avant de construire leur projet autour de l’Ukraine ou de la Russie. La Russie plus exotique en quelque sorte à ses attraits, et aussi en France par exemple un immense capital de sympathie, il y a une vraie osmose entre femme russe et homme français. Toutefois, cette osmose est aussi très vraie entre l’homme francophone et la femme ukrainienne. Selon l’idée que vous vous ferez de votre future rencontre, de votre future femme, selon aussi vos moyens et votre localisation, les Canadiens choisiront plutôt les Ukrainiennes, les Européens auront le choix, mais les plus à l’aise financièrement devraient plutôt se pencher sur la Russie, voyages plus chers, financement des visas et des à côté plus onéreux à cause de standards de vie proches ou supérieurs à l’Occident (par exemple à Moscou). Les hommes moins argentés, et aussi plus pressés ou qui seraient dans une certaine peur de la Russie, choisiront avec avantage l’Ukraine, avec des femmes tout aussi belles, intelligentes et attachantes, et même selon la légende avec plus de caractère ! Et donc plus de saveurs…

Vous ne manquerez pas d’explorer le site du CQMI pour découvrir les profils de nos adhérentes. Le site permet de sélectionner un pays, une tranche d’âge et vous découvrirez alors les femmes qui sont inscrites. Vous garderez à l’esprit que nous ne voulons pas mentir à notre clientèle et que nous conseillons une différence d’âge optimale de 2 à 15 ans, que ces femmes soient russes ou ukrainiennes. La base de profils comporte actuellement environ 1 400 profils, vous prendrez garde à écouter les conseils d’Antoine, qui a expliqué il y a peu que jamais il n’aurait choisi le profil de Borislava… actuellement son épouse. Bien conseillé, ouvert d’esprit, il aura choisi un profil moins « top model », d’une femme au demeurant magnifique, aux charmes réels et qui l’aura rendu heureux au-delà de ce qu’il avait imaginé. Alors si vous étiez vous aussi audacieux ? Si pour une fois vous choisissiez des femmes, de vraies femmes et non des caricatures de magazines de mode ?

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 315 fois