fbpx
Le paradoxe de l'abondance en Ukraine concours Miss Ukraine

Le paradoxe de l'abondance en Ukraine

30 mai 2021

Cher Ami,

 

Cela fait déjà un moment que je voulais vous parler de cet étrange phénomène. 

Depuis 6 années que nous observons des couples se faire et se défaire dans le laboratoire de notre agence matrimoniale, à la longue, on découvre des choses fascinantes.

La psychologie humaine est insondable.

Aujourd'hui j'aimerais décortiquer un effet corollaire du fameux syndrome du magasin de jouet dont je vous ai déjà fréquemment parlé.

Rappelez-vous, il s'agit de cet état d'euphorie et de perte de contrôle qui gagne les hommes en arrivant en Ukraine décontenancés par l'abondance de jolies femmes célibataires.

Un peu comme un enfant de 5 ans qui rentre pour la première fois dans un magasin de jouets et qui en ressort en larme.

 

Submergé par ses émotions...

 

Ne riez pas, cela arrive même à des hommes parfaitement équilibrés et avec une longue expérience.

Rappelez-vous d'Ulysse qui s'attache au mat de son navire pour ne pas succomber aux chants des sirènes.

C'est le même principe.

 

***

 

Maintenant que vous vous êtes remémoré ce concept, voyons comment l'abondance de jolies femmes disponibles et célibataires peut vous mener de manière paradoxale vers la solitude.

 

Pour cela, étudions un cas bien réel:

Jean-Pascal arrive en Ukraine sur un voyage de groupe avec l'agence CQMI et fait ses 8 rencontres organisées avec une assistante.

Comme JP est assez instinctif, il a rapidement conclu que sa préférée est Anna, avec laquelle tous les indicateurs sont au vert. 

Ils s'entendent à merveille. 

Au restaurant, il a bien remarqué à quel point Anna se préoccupe de son bien-être. Elle s'intéresse réellement à lui et pour de bonnes raisons.

Il a enfin trouvé une femme qui lui plait vraiment et qui le respecte réellement pour ce qu'il est.

Quelle sensation et quel bonheur à vivre !

En plus, l'ambiance dans le groupe est au beau fixe. 

Il a vraiment pris une bonne décision de venir à Kiev avec le CQMI.

  

***

 

Au final, sur 8 rencontres avec des femmes toutes plus belles les unes que les autres, JP a été flatté d'apprendre par son assistante que toutes, absolument toutes, auraient souhaité le revoir pour une seconde rencontre.

Quand on pense que chez lui en France, après avoir passé plus de 5 ans sur des sites de rencontre gratuits, il n'a jamais réussi à rencontrer une femme qui lui plaise.

Et ici en Ukraine à Kiev, en moins de 4 jours, il a rencontré 8 femmes avec qui il aurait pu faire un bout de chemin. 

Cela le laisse songeur... 

En l'espace de quelques jour, JP sent quelque chose se passer en lui, dans ses tripes.

"Finalement, je ne suis pas si mal que ça..." 

"Je plais aux femmes...quand même" 

JP est plus souriant, il donne des conseils aux autres participants du groupe qui ont des difficultés.

 

Il se sent bien, littéralement en train de renaitre.

 

JP est un homme nouveau!

  

***

  

Au bout d'une semaine à Kiev, avec Anna, ils ont visité quelques parcs, des musées, des restaurants.

Ils ont fait également la visite guidée de Kiev avec Nadia. 

Anna s'est fortement attachée à JP qui se comporte en véritable gentleman.

Pour elle aussi, c'est réellement un sentiment nouveau de passer du temps aux côtés d'un homme bien qui la traite avec respect.

Elle n'en demande pas plus, après avoir passé une dizaine d'années aux côtés d'un homme violent et alcoolique. 

Bref, pour l'instant tout va bien.

 

C'est le grand beau fixe...pour nos 2 tourtereaux.

 

***

 

Le temps passe et les 2 amoureux décident de se revoir en France chez JP. 

Leur relation devrait logiquement passer à une nouvelle étape.

 

Après tout, JP s'est inscrit dans une agence matrimoniale pour une vie de couple et pour le mariage.

 

JP a acheté les billets d'Anna, il l'attend.

Il se souvient de Kiev et de son voyage avec une grande ferveur, comme le début d'un nouveau départ dans sa vie d'homme.

Il se souvient du regard des femmes ukrainiennes sur lui, sur sa modeste personne. 

Lui qui est un parfait inconnu dans sa ville.

Pour les femmes françaises, c'est un peu comme s'il était invisible ou même transparent.

 

Son opinion de lui-même a changé depuis qu'il a découvert l'Ukraine et qu'il est entré dans le magasin de jouets.

 

***

 

Quand Anna arrive en France, elle est fatiguée du voyage, après avoir fait un déplacement éreintant en bus de chez elle jusqu'à Kiev avant de prendre l'avion.

Elle est brisée de fatigue.

JP constate avec surprise qu'elle n'est plus aussi belle qu'il se l'imaginait dans ses souvenirs de Kiev. 

Elle a changé.

 

Ou bien est-ce lui qui a changé ?

 

Maintenant qu'il sait être un homme désirable en Ukraine, son niveau d'exigence envers une femme n'est plus le même. 

Après tout, il a beaucoup de choses à offrir.

Sa retraite permet de vivre confortablement dans le sud de la France, pas loin de la mer méditerrannée.

Sa maison n'est pas luxueuse, mais confortable. 

Il mérite une belle femme ukrainienne. 

Elle devra être parfaite !

Comme lui.

 

***

 

Finalement, le voyage d'Anna en France n'aura pas vraiment été un succès.

Ils se sont séparés de manière définitive peu de temps après le retour d'Anna en Ukraine. 

 

Ni lui ni elle n'ont vraiment compris ce qui s'était passé en France.

 

Il y a eu quelques incompréhensions sur des différences culturelles, mais rien de bien méchant. 

 

Anna l'a trouvé changé...

"Ce n'était plus le même...Il avait changé" 

JP l'a trouvée changée...

"Elle était moins belle, moins attirante, plus exigeante, moins ci, plus ça..."

 

Les feux de l'amour ont fait place aux aléas du quotidien de la vie à 2 avec une femme qui ne parle pas sa langue dans un pays qui n'est pas le sien...

 

JP s'est lassé de son jouet.

 

Il en veut un autre :-)

 

Le magasin de jouet n'est qu'à 3 heures d'avion, ce n'est pas si loin après tout.

 

***

 

Conclusion: 

Cette histoire s'est passée il y a 5 ans. 

Depuis ce temps-là, JP est toujours célibataire. 

Chaque année, en été, il fait un voyage en Ukraine.

Il va faire des rencontres à Kiev, Odessa, Kherson ou même Kharkov, selon ses envies du moment.

Il a essayé différentes agences matrimoniales et sites de rencontre en Ukraine mais cela donne toujours le même résultat. 

Un départ en fanfare qui finit en queue de poisson après quelques mois de relation.

Un feu de paille qui s'éteint rapidement.

 

C'est le syndrome de la traversée du désert qui est un corollaire du syndrome du magasin de jouets.

 

Est-ce que cette histoire vous parle ? 

Si oui, j'aimerais bien faire profiter tout le monde vos commentaires respectifs.

  

Je vous souhaite un bon week-end en santé !

 

Antoine.

 

Vos Commentaires

 

Denis :

 

Antoine Bonjour 

Je partage votre avis sur la question. 

En France les rencontres restent complexes malgré que je vis en couple...

Les hommes ont du mal à trouver leurs âmes sœurs en France à cause de l 'inhumain grandissant au sein des mœurs...l'Artifice se mêle dans les rouages de la société nourrit par la spéculation des systèmes d'information.

Ulysse)) .. très peu lise..

Une bonne volonté ne nuit jamais que si  celle-ci s'accommode du juste "milieu"... loin du gain. 

L' abondance.. péjoratif non !.. pas flatteur pour ses pauvres femmes en quête d'amour. 

Bien à vous. 

 

***

 

Alain

 

Ce que vous dites là , c'est ce qui m'arrive: je suis marié à une jeune femme Malgache, qui est âge de 32 ans que moi, nous sommes rentré en France, de Madagascar, que depuis 4 ans, et maintenant , j'ai appris avec le temps, qu'il y a des millions de femmes disponible à qui je pourrais plaire.....Bien sur il y a d'autres raisons de divorcer.....Mais celle-ci est non négligeable....

Alors, actuellement, je vois de très belle femme Chinoise avec un physique incroyablement jeune, bardées de diplôme, qui sont cataloguée de reste.....( en chine après 30 ans une femme ne trouve plus d'époux) Alors ces femmes , se tourne vers nous les Européens, l'Amérique du Nord et même l'Afrique.....Ces femmes qui se disent coquines,  sont très riches, et sont prêtes à coucouner leur homme , pourvu, qu'il leur apporte respect, fidélité, Amour tendresse....Donc un French-Lover, de 71 ans, avec un âge physique de 50, il a toute ses chances..... 

 

***

 

Freddy

 

Bonjour Antoine.

Cette histoire de Antoine, je l'ai vécue de nombreuses fois chez moi en Belgique.. Probablement une des raisons qui fait que à 60 ans, je suis seul comme une âme en peine... Il m'est arrivé souvent d'avoir une relation et de me dire au bout de quelques temps que je mérite mieux... C'est certainement une des causes pour lesquelles je souhaite quitter la Belgique. Dans un pays autre que le mien je pense que je serai plus conscient et plus respectueux de ce que j'ai... Du moins, je l'espère.. ?

 

***

 

Marc

 

Bonjour et merci Antoine ! 

               merci pour cette analyse.   Je pense, après avoir lu ton récit, que quand Anna a rejoint Jean-Pascal en France, elle n’avait pas changé ; pas au point de faire changer d’avis un homme qui aurait été prêt à s’investir; à donner de sa personne dans l’édification de fondations pour un foyer heureux. Au lieu de cela,

Jean-Pascal s’est accroché à ce qui avait flatté son égo. Ce qui flatte l’égo ne dure jamais bien longtemps. Anna est une personne de grande valeur ! elle mérite mieux !!! 

                                    Bonne semaine !!! -Marc-

 

***

 

François

 

Antoine,

Je ne placerais pas cela dans le paradoxe de l’abondance mais dans la confrontation à la réalité.

Se retrouver à deux, c’est vivre avec l’autre au quotidien , avec ses qualités, ses défauts, son caractère, ses envies, la gestion de son temps.

Il y a le rêve et puis savoir basculer dans un projet de vie avec l’autre en lui proposant une existence loin des paillettes des premières rencontres. Une femme n’est pas un petit animal en peluche qu’on retrouve le soir détendue et souriante : il faut lui offrir une vraie vie. La sortir, l’écouter, la (re)conforter, s’occuper d’elle, et surtout veiller à ce qu’elle ne bascule pas dans le vague à l’âme loin des siens.

Etre avec l’autre, c’est se confronter à la vraie vie.

Ce n’est pas qu’un défaut masculin. J’ai écumé les sites de rencontres avec la totalité des femmes s’imaginant trouver l’homme idéal, une forme de Prince charmant uniquement dévolu à leurs seuls désirs, comme si l’autre n’existait pas, cantonné à la seule fonction de sacrifice pour elles !

Une liste à la Prévert des qualités attendues chez l’autre. Combien de fois me suis-je dit « Je vois ce qui est recherché, mais moi là dedans, je deviens quoi ? ».

Bien des gens fuient le monde réel et n’en veulent pas, préférant l’imaginaire et la représentation de l’idéal, aux contraintes de la vie de couple, aux consensus, aux partages.

Il et elle auront rêvé un temps : peut-être, au fond d’eux-mêmes, ne recherchent ils que cela ? Une vie facile et sans contraintes comme la fiction de la télé ou du cinéma.

Des esprits infantiles : l’Homme se complait dans son esprit éthéré.

 

***

 

Gregory

 

Salut Antoine,

Le sujet me semble très intéressant

J’espère que ça n’arrive pas a tout les mecs….

Bon dimanche

 

***

 

Pierre

 

Tu as raison Antoine.  

Combien de fois j’ai regretté de ne pas avoir discuté avec Natalyia . Combien de fois je regarde son profil.   Et quelle stupidité , puisque nous savons qu’il y’a ce « magasin de jouets » . Alors qu’en fait il faudrait juste se limiter à ce que nous sommes 

 

***

 

Pierre

 

Bonjour Antoine, 

Même si cette histoire ne me parle pas directement, j’en profite pour d’abord commenter mon expérience actuelle, ensuite ce que m’inspire celle de JP.

Je suis Français, j’habite en Espagne depuis 2 ans. J’ai tout laissé tombé pour changer de vie. Et enfin je vie. Je suis depuis 3 mois avec une Brésilienne de mon âge, elle a tout laissé tombé il y a 6 ans et ne voulait plus d’homme Brésilien. Tu vois les similitudes... Elle a fait seule tous les papiers, elle est maintenant bi nationale.  Elle a sa voiture, elle est indépendante. On ne parle ni l’un ni l’autre notre langue maternelle, mais on en partage deux autres. On est donc chacun sur un même pied d’égalité et ça c’est vraiment important. Nous n’avons pas la même culture, et parfois il me faut faire des efforts de tolérance. Elle est adorable et prend soin de moi comme jamais personne ne l’a fait. On est très amoureux. Mais souvent je pense à cette expérience de recherche avec CQMI. Je ne mesurais pas à quel point ce n’est pas simple de vivre avec une personne de culture différente bien que proche. Alors que là elle est parfaitement intégrée et qu’il n’y a aucune barrière.

Ce qui m’amène à l’expérience de JP. D’après ce que tu dis, il n’a vu que le physique (ça revient tout le temps), il s’est trouvé flatté, il a fait le gentleman pour plaire, mais ce n’en est pas un. C’est un égoïste égocentrique. Il faut certainement que sa femme se réveille le matin déjà maquillée...

Comme beaucoup, il ne se rend absolument pas compte à quel point il faut soutenir une personne qui a tout quitté pour vous. On dit souvent que celui qui est chez lui a le pouvoir. JP était chez et tout est facile pour lui. Les efforts ne sont pas partagés. Quand on a tous deux quitté son propre pays, on s’en rend mieux compte. Ce n’est pas par hasard si les Ukrainiennes sont si sensibles au fait d’être appuyées dans leur nouvelle vie. Toutes m’ont bien dit qu’elles ne le feront qu’à conditions d’être bien certaines que le gars sera à la hauteur. Bref, s’arrêter au physique d’une femme que l’on va déraciner est puéril.

 

***

 

Gilles

 

Bonne fin de dimanche à toi Antoine , sans en mettre une "tartine" j' ai constaté que nous devons tout vivre dans nos vie, mais qu' il n' y a pas de programme défini. Pour ceux qui n' ont pas connus une adolescence et une vie de jeunes gens remplie d' émotions et de découvertes, ils en fort possible qu' il vivent cette période par la suite, plus tard, et bien souvent après un divorce, un décès , une maladie, etc. Dans ce cas, il faut à la fois un certain temps, et un temps certain, pour que lors de ce repas, à la carte chargée, arrivé au dessert, le ou la convive puisse choisir un seul dessert, avec un choix éclairé, le savourer pour en rester sur une appréciation qualitative; en fait la cerise sur le gâteau qui est la ou le partenaire idéal et recherché ! Si c' est le souhait primordial. J' ai consté assez souvant ce cursus de vie autour de moi. 

telle est ma réponse, et bien sûr, qui n' engage que moi, je ne suis pas un psy, juste un constat d' observations.

Très cordailement,

Gilles. 

 

***

 

Hervé

 

Bonjour Antoine 

Bien sûr que ça doit nous parler,  en tout cas,  moi, ça me cause ?

Comment ne pas succomber à la tentation ?

Toutes ces femmes sont aussi belles et brillantes les unes que les autres,  avec des valeurs que les européennes ont perdues depuis belle lurette. 

Le fait d'avoir donner l'occasion aux adhérentes de pouvoir solliciter notre attention ( j'avais milliter en ce sans a cette époque auprès du CQMI ? ), m'a  permis de revoir ma position initiale quand à mes critères de recherche. 

Au fur et à mesure des échanges ma position a de nouveau changée...pourquoi ?

J'avais succomber m'étais éloigné de mon objectif ?

Une brève remise en question sur ce rex, 

et me voilà aujourd'hui en relation avec Tatiana,  jeune quadragénaire Ukrenienne avec qui je viens de passer une grosse semaine en Ukraine entre les Carpates (34h de train couchette aller/retour en tête à tête,  rien de mieux pour voir si ça colle ou pas...) et Kiev. 

Je pense que nous en sommes malheureusement tous là.  Au départ peut sûr de notre capacité à séduire aux vues des échecs essuyes avec les femmes de nos pays respectifs  et puis cette confiance revient , le tempsaidant ,grâce aux différents conseils des lives et autres du CQMI,(  j'ai quasiment tout lu et vu ? ) et aux sollicitations de ces dames. C'est alors que le catalogue s'ouvre ??

Heureusement pour moi certains de mes critères étaient immuables,  ce qui m'a permis de garder la tête plus ou moins froide et de refuser beaucoup de demandes .

Me voilà donc de retour en France,  après quelques péripéties avec les transports, mais bon c'est le jeux..

Nous planifions dès à présent notre prochaine rencontre avec Tatiana,  normalement dans 2 mois maximum. 

J'espère que mon témoignage amènera de l'eau à ton moulin.  

A ta disposition, si besoin. 

 

Au plaisir 

 

***

 

Louis

 

J'en suis tellement d'accord et ces normal pour un homme de devenir étourdi à voir tous c'est belle femme sauf que en a Ukraine les femme sont la pour une relation à long term et nous devons respecter ces femmes qui sont ci précieuse car de bonne épouse qui on pour but d'avoir un homme pour une relation à long term same sont devenu très rare..

Car il y a d''autre pays comme la Thailand ou dans plusieurs pays de l'Asie du Sud East ou on ce fais aborder à chaque coin de.rue par une jolie asiatique pour avoir des relations sexuel la c'est vraiment comme un magasin de jouet car s'en est un . 

Cessons de vivre pour notre Ego et apprenons à donner et à respecter pour moi je crois que c'est le fondement pour trouver une relation c'est pas facile car moi-même j'y travaille toujours

Louis

 

***

Olivier

 

Bonsoir Antoine,

 

Ayant lu votre dernière lettre de ce dimanche, je la trouve très intéressante et surtout riche d'informations et d'enseignements (comme la plupart d'ailleurs ?). Aussi, permettez moi d'y répondre avec ce petit mot et modestement d'essayer d'apporter ma pierre à l'édifice.

En fait, quand je disais : "riche d'enseignements", je pense que le cas de JP que vous citez peut, de prime abord, prêter à sourire. Mais au delà, il nous concerne à peu près tous à des degrés divers et d'une certaine façon c'est assez inquiétant et donc beaucoup moins drôle. Car oui, je pense que cette anecdote que vous citez est liée d'une certaine façon à la nature humaine.

Dans ces conditions, comment évitez cet écueil dans lequel semble être tombé JP ? Écueil redoutable qui, vous l'avez montré, peut mener à un échec répété sur plusieurs années …

 

En fait, au delà de ce cas, il y a réellement, je crois des fondamentaux de la psychologie masculine ou féminine.

Une première réponse consisterait donc bien sûr à être "informé", ce que vous avez fait en nous racontant son histoire. A être "conscient des choses", je dirais. Néanmoins, (comme en tout domaine hélas …) je pense que cela ne suffit pas. S'il suffisait à l'humanité de simplement tenir une information un minimum rationnelle pour agir en conséquence de façon tout aussi rationnelle, de façon saine et équilibrée, sans doute celle ci aurait-elle fait des progrès immenses depuis des milliers d'années …

 

Non, il y a autre chose.

Un travers psychologique qui je pense relève vraiment d'un atavisme profond.

Il y a bien sûr ce que vous appelez "le syndrome du petit garçon dans le magasin de jouet". En gros, le sentiment grisant que toutes les frustrations, tous les désirs, contenus et refoulés à la maison, dans la salle de jeu,  peuvent brutalement (potentiellement en tout cas) être satisfaits. Bien sûr, il y a de quoi avoir un tourbillon dans le cerveau. 

Mais il y a en plus un corollaire redoutable : le sentiment inconscient qui se distille dans un coin de la tète que "le mieux, le encore mieux", est toujours possible. D'où, après un premier émerveillement, une sorte d'infantilisation, d'insatisfaction permanente qui apparaissent, une quête du "toujours plus".

Mais, quelque part est-il besoin d'aller en Ukraine ou en Europe de l'Est pour cela ? N'est ce pas le travers que l'on pourrait reprocher aux sites de rencontres tout près de chez soi ?

 

C'est un premier (gros) point. Mais, à mon sens, il y a aussi, je crois, d'autres phénomènes qui entrent en jeu et qui viennent aggraver la problématique.

En gros, je me souviens avoir lu quelque part que les hommes qui avaient beaucoup de succès féminins avaient une haute estime d'eux mêmes. 

Ou plutôt, plus exactement, les hommes qui passaient de peu à beaucoup de succès féminins augmentaient leur taux de confiance et estime de soi en proportion.

En gros, cela agissait un peu comme une drogue !

Mais cela ne s'arrête pas là. J'avais lu également que pour les femmes, c'est exactement l'inverse ! Une femme qui aurait tendance à multiplier les aventures, à céder trop facilement aurait tendance, au contraire, à voir son estime d'elle même baisser.

En gros, une clef qui ouvre toute les serrures, c'est une "master- key". Une serrure que n'importe quelle clef peut ouvrir, c'est une piètre serrure…

Enfin, avez vous entendu parler de "l'effet Coolidge", anecdote du nom d'un président des Etats Unis d'avant guerre ? Sinon, je vous invite à aller voir de quoi il s'agit sur Wikipédia par exemple. De prime abord, cela peut là aussi prêter à sourire, mais là encore c'est très sérieux et des études ont même été menées sur le sujet. 

Tout cela relèverait de ce que l'on peut appeler la psychologie évolutionniste ou darwinienne et donc d'un atavisme qui nous viendrait du fond des âges.

Et quoiqu'il en soit cela expliquerait peut-être cette forme d'insatisfaction permanente d'une partie de la population masculine, qui sait ?

Voila pour ma modeste analyse du phénomène que vous décrivez avec le cas de JP. 

Phénomène qui m'a incité à vous écrire cette lettre et qui pourrait me toucher aussi sans doute car, encore une fois, je pense qu'à des degrés divers cela nous concerne tous. 

Car en résumé, l'analyse est une chose mais  savoir éviter les travers psychologiques qui nous ont été programmés par la nature, par des millions d'années d'évolution, savoir "éviter l'écueil" donc en est une autre.

Comment faire ? Avoir suffisamment de contrôle sur soi même, se faire conseiller par un coach ou simplement un ami ? J'avoue ne pas avoir la réponse à cette question.

J'en profiterais également pour commenter également une de vos précédentes lettres que j'ai trouvé aussi très éclairante.

C'est assez fascinant mais moi-même j'avais pris l'habitude de traduire la citation de R. De Niro par l'expression : " Quand il y a un doute, c'est qu'il n'y a pas de doute".

Là encore, je trouve que c'est une formule un peu familière mais qui garde l'avantage d'être très percutante. Elle peut s'appliquer à beaucoup de domaines de la vie mais elle convient aussi très bien à celui de la rencontre et de la relation amoureuse.

En gros, si dès le départ, il y a une petite "anguille sous roche", un petit hiatus qui se glisse dans un coin du cerveau, une petite déviation de quelques dixièmes de degrés sur le gyroscope de la trajectoire, on peut être sûr, qu'à l'arrivée, l'écart sera considérable. Et si la relation a pu connaitre un développement assez long sur la durée, allant peut-être jusqu'au mariage, ce "petit hiatus" entre deux personnalités finit par réapparaitre, souvent amplifié et le divorce est alors souvent inévitable.

Mais soyons positif ! 

Cette expression n'est-elle pas aussi un éloge de l'intelligence émotionnelle et intuitive ? L'amour, le grand amour, n'est-il pas à la fois un pari, un défi  et précisément une intuition absolue qui défie tous les doutes et toutes les analyses ?

Le problème est qu'au début on est souvent comme sur un nuage, on voit le ciel avec des petites lunettes roses, quitte à en redescendre brutalement quelques temps plus tard. 

Là encore, vaste question ! … 

Avant de conclure cette missive, je voudrais vous donner quelques nouvelles de moi même et en même temps vous faire part de quelques unes de mes interrogations.

Peut-être vous souvenez vous de moi, mais nous avons eu la chance d'échanger quelques lettres comme celle ci au début de l'année 2020.

Néanmoins, j'ai bien remarqué que vous aviez singulièrement changé votre politique commerciale avec la crise du Covid. Aussi, cette règle est-elle toujours aussi intangible ?

A vrai dire, ce changement est intéressant et semble ouvrir beaucoup de nouvelles opportunités mais en même temps il me laisse perplexe. Je ne vois plus exactement le coté "communauté" qu'avait le CQMI et que j'avais pu remarquer autrefois. Pour tout dire, votre site me parait avoir évolué comme un simple site de rencontres (internationales) et si certaines nouvelles formules apparaissent intéressantes, l'ensemble me parait à vrai dire beaucoup plus "froid", impersonnel.

Et puis, j'aimais bien aussi les rendez vous avec vos "Live" du dimanche soir sur You-Tube. Avec le temps, je conçois que tout cela ait pu finir par lasser mais pourquoi ne pas passer à une fréquence mensuelle par exemple ?

Et que dire des interviews de quelques unes de vos charmantes adhérentes en Ukraine et qui à elles seules expliquaient quelquefois des adhésions ? Voila bien quelque chose qui manque aussi….

Plusieurs fois, vous faisiez remarquer que certains messieurs s'inscrivaient quelquefois après avoir vu un seul profil, comme s'ils étaient tombés amoureux à distance, de façon virtuelle. Vous souligniez également, même si les heureuses exceptions existent, les dangers d'une telle démarche sur la route vers le succès. Sans doute est ce l'écueil opposé de celui rencontré par JP. 

Je dois dire néanmoins que c'est un peu mon cas et j'ai d'autant plus envie de pouvoir m'abonner au Cqmi après avoir vu le profil d'Olga (15091) et, même si c'est un peu ridicule, je me languis de pouvoir la rencontrer.

Hélas ! Cela m'amène à ma dernière interrogation. L'actualité internationale est malheureusement assez lourde et encore plus particulièrement en Europe de l'Est, Ukraine et Belarus.

Il y a la crise sanitaire du covid bien sûr.

Mais au delà, pour ces pays, les tensions politiques avec l'Europe occidentale sont réelles. (Après les bruits de bottes dans l'Est de l'Ukraine, je suppose que vous avez entendu parler de l'avion détourné à Minsk …)

Personnellement, je dois dire que je préfère employer l'expression Europe occidentale et non pas UE car, comme le pape Jean Paul II, je pense que notre continent est un et qu'à ce titre il doit pouvoir enfin respirer avec ses deux poumons.

Mais hélas, nous n'en prenons pas le chemin. Tout cela donne l'impression qu'un nouveau rideau de fer est en train de tomber et c'est vraiment désespérant.

Voici donc ma dernière grande interrogation. 

Traverser le continent pour y retrouver une amie réelle, une fiancée, une épouse peut-être, bien sûr je dirai oui les yeux fermés. Et j'imagine que, quelles que soient les difficultés, pour les "cœurs vaillants", il y a toujours une solution…

En revanche, avec toutes ces conditions, avec toutes ces contraintes, ces restrictions aussi bien sanitaires que politiques, ces dangers peut-être, peut- on encore voyager en Ukraine ou au Bélarus pour simplement aller y flirter, y faire de simples rencontres, y concrétiser au mieux quelques messages échangés, quelques vidéos par Skype ?

 

  Bien cordialement,

 

***

 

Michel

 

Bonjour Antoine

Cette histoire est pour moi assez criante de vérité. Que cherche cet homme ? une validation ou bien une construction familiale ? Il s'attache à ce qui est de moins important, l'apparence ! Où est l'Amour ?  Où est l'estime mutuelle ? Où est le respect de l'autre avec ses faiblesses et  ses travers ? Où sont les projets ?

Excitation n'est pas amour, qui se construit lentement car la découverte mutuelle prend du temps. 

Je suis célibataire mais pas en solitude.  Mieux vaut être seul que mal accompagné, mais mieux vaut être bien accompagné que seul, encore faut il savoir passer/sublimer les obstacles et GRANDIR.

Ce sont mes 2 cents.

Michel

PS j'attends que le corona circus s'arrête, que les criminels qui nous dirigent soient pendus pour crimes contre l'humanité et après je me mets en quête si  je n'ai pas trouvé d'ici là.

 

***

Babinus

 

 

bonjour Antoine,

bonne analyse

pour le Monsieur, effectivement il devient pour lui même le roi du monde et donc beaucoup plus exigeant

par contre pour la dame il y a plein de critères tristesses variables voir insoupsonnables

Ramenez par exemple une fille pauvre de Thailande avec un joli niveau de vie en France : ... elle ne sera pas Heureuse !

et voici les raisons :

il n' y a plus le soleil, qui ne lui manquait pas la bas, mais lui manque ici (pour la mer c'est pareil)

il n'y a plus les temples et sa religion

il n'y a plus ses copines

il n'y a plus sa famille

il y a la langue, les amis français  qui lui font bien comprendre que c'est la chance de sa vie

il n'y a plus son pays, car même si son pays est très pauvre ... on l'aime

Voilou !

... j'ai eu cette expérience en me mariant avec une Ukrainienne qui habitait une zone de guerre et passait des heures quotidiennes à se lamenter de ne pas voir sa famille

 

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 431 fois Dernière modification le jeudi, 03 juin 2021 12:05