Whatsapp : +1 514-794-5053

Whatsapp : +1 514-794-5053

Le premier arrêt pour tout visiteur à Moscou. La Place Rouge reste, comme elle l'a été pendant des siècles, le cœur et l'âme de la Russie. Peu d'endroits dans le monde portent le poids de l'histoire autant que la place centrale de Moscou. De la cathédrale Saint-Basile du XVIe siècle - l'une des pièces d'architecture les plus célèbres du monde - à la pyramide du mausolée de Lénine, la Place Rouge est riche en symboles du passé turbulent et intrigant de la Russie. Il s'agit d'une place idéale pour organiser une première rencontre amoureuse avec une femme russe.

moscow red square

Histoire de la Place Rouge

La Place Rouge a commencé comme un bidonville, un bidonville de cabanes en bois regroupées sous les murs du Kremlin qui abritait une collection de colporteurs, de criminels et d'ivrognes dont le statut les a laissés en dehors des frontières officielles de la ville médiévale. Elle a été nettoyé sur les ordres d'Ivan III à la fin des années 1400, mais elle est restée la province de la foule, le lieu des exécutions publiques et de l'agitation de la populace, jusqu'à bien plus tard dans l'histoire.

Le nom de la place n'a rien à voir avec le communisme ou avec la couleur de beaucoup de ses bâtiments. En fait, il dérive du mot "krasnyi", qui signifiait jadis "beau", et n'est devenu "rouge" qu'en russe contemporain. Le nom est devenu officiel au milieu du XVIIe siècle - auparavant, il s'agissait de la place de la Trinité, en raison de la cathédrale de la Trinité, prédécesseur de Saint-Basile. Populairement, elle était aussi connue sous le nom de "Place du Feu", reflétant le nombre de fois où le Moscou médiévale fut brûlé. Pendant les invasions mongoles et tartare, c'était le lieu de combats féroces, et jusqu'à la fin du XVIIe siècle, les canons se tenaient prêts à défendre la place.

La Place Rouge a pris son essor au XXe siècle, alors qu'elle était le lieu de défilés militaires officiels démontrant au monde entier la puissance des forces armées soviétiques. Deux d'entre eux resteront à jamais gravés dans notre mémoire. La première a été le défilé du 7 novembre 1941, lorsque des colonnes de jeunes cadets ont marché à travers la place et ont continué tout droit jusqu'au front, qui se trouvait à moins de 50 km de Moscou. Le deuxième fut le défilé de la victoire le 24 juin 1945, lorsque deux cents étendards nazis furent jetés devant le mausolée et piétinés par les commandants soviétiques pour célébrer la victoire. L'année 2000 a vu le retour des troupes sur la Place Rouge, avec un défilé pour marquer le 50e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Cependant, depuis la Perestroïka, l'accent n'est plus mis sur les défilés pompeux, et la Place Rouge est de plus en plus utilisée pour les concerts de rock, les grands spectacles de musique classique et toute une gamme d'événements de grande envergure allant des défilés de mode aux festivals d'art du cirque. Moscou a fêté le nouveau millénaire sur cette place  avec un énorme feu d'artifice et une fête de rue.

Aujourd'hui, il est difficile de penser à un endroit qui est plus aimé des Moscovites et des visiteurs de la ville. La beauté variée de l'architecture et l'atmosphère magique de la place démentent l'histoire souvent brutale et sanglante de la place, mais la combinaison fait de la Place Rouge un endroit vraiment fascinant où vous voudrez revenir encore et encore.

saint basils cathedral moscou

1. Cathédrale Saint-Basile

Bien qu'il soit connu de tous sous le nom de Saint-Basile, ce bâtiment légendaire est officiellement appelé "La cathédrale de l'Intercession-de-la-Vierge-sur-le-Fossé". L'alternative populaire se réfère à Basile le Bienheureux, un "saint fou" moscovite qui a été enterré sur le site (dans la cathédrale de la Trinité qui s'y trouvait autrefois) quelques années avant que le bâtiment actuel ne soit érigé.

La cathédrale a été commandée par Ivan le Terrible pour marquer la prise de Kazan par les forces mongoles en 1552. Elle fut achevée en 1560. C'est à peu près toute l'histoire authentique que l'on connaît au sujet de ce célèbre point de repère, mais il existe des dizaines de légendes. On ne sait rien des bâtisseurs, Barma et Postnik Yakovlev, sauf leurs noms et la légende douteuse qu'Ivan les auraient renduaveugles pour qu'ils ne puissent rien créer de comparable. Les historiens sont unanimes à dire qu'il ne s'agit que de folklore urbain.

Les spécialistes de l'architecture sont encore aujourd'hui incapables de s'entendre sur l'idée directrice qui sous-tend la structure. Soit les créateurs rendaient hommage aux églises de Jérusalem, soit, en construisant huit églises autour d'une neuvième centrale, ils représentaient le symbole médiéval de l'étoile à huit pointes. Le concept original de la cathédrale de l'Intercession nous a été caché sous des couches d'ajouts stylistiques et de nouvelles églises ajoutées au bâtiment principal. En fait, lors de sa construction, la cathédrale était entièrement blanche pour correspondre à la pierre blanche du Kremlin, et les coupoles en oignon étaient dorées plutôt que multicolores et à motifs comme c'est le cas aujourd'hui.

Au XVIIe siècle, un clocher à toit en croupe a été ajouté, la galerie et les escaliers ont été recouverts d'un toit voûté, et les coupoles à casque ont été remplacées par des coupoles décorées. En 1860, lors de la reconstruction, la cathédrale a été peinte avec un design plus complexe et intégré, et est restée inchangée depuis.

Pendant un certain temps en Union soviétique, il a été question de démolir la cathédrale Saint-Basile,  principalement parce qu'elle entravait les plans de Staline pour des défilés en masse sur la Place Rouge. Elle n'a été sauvée que grâce au courage de l'architecte Pyotr Baranovsky. Lorsqu'on lui ordonna de préparer le bâtiment pour la démolition, il refusa catégoriquement et envoya au Kremlin un télégramme extrêmement brutal. La cathédrale est restée debout, et les efforts de conservation de Baranovsky lui ont valu cinq ans de peine.

La cathédrale est aujourd'hui un musée. Au cours des travaux de restauration dans les années soixante-dix, un escalier en bois en colimaçon a été découvert à l'intérieur d'un des murs. Les visiteurs empruntent maintenant cette route pour entrer dans l'église centrale, avec son extraordinaire toit de tentes et une belle iconostase du XVIe siècle. Vous pouvez également vous promener le long de la galerie étroite et sinueuse, couverte d'une belle peinture à motifs.

Un service par an a lieu dans la cathédrale, le jour de l'intercession en octobre.

Heures d'ouverture : Tous les jours de 11h00 à 17h00, fermé le mardi.

2. La cathédrale de Kazan

Cette petite mais charmante cathédrale a été construite au XVIIe siècle sur le côté nord de la place près de la porte de la Résurrection. Elle a été construite pour commémorer la bataille qui à fini par repousser les envahisseurs polonais et en l'honneur de l'icône de la Vierge de Kazan. C'est l'une des icônes les plus vénérées de Moscou qui a été liée plus d'une fois à la lutte pour protéger la Russie de ses ennemis. En 1812, pendant les guerres napoléoniennes, un service de prière a été organisé devant l'icône pour plaider pour la sécurité du pays, prière qui à même été assisté par le grand commandant russe, le maréchal Mikhaïl Koutouzov.

Le bâtiment est un cube surmonté d'un groupe de coupoles et entouré d'une galerie. Dans l'angle nord-ouest, il y a un clocher, et dans le nord-est, la chapelle d'Averkiy Ierapolskiy. La cathédrale a été restaurée entre 1925 et 1933 par le grand architecte-restaurateur Pyotr Baranovsky. Cependant, cela n'a pas empêché les autorités soviétiques de prendre la décision en 1936 de faire démolir la cathédrale.

Heureusement, grâce à Baranovsky, les plans du bâtiment ont survécu et, en 1989, un de ses anciens élèves, Oleg Zhurin, a pris en charge le projet de reconstruction de la cathédrale. Ce fut la première église à être reconstruite dans le Moscou postcommuniste. Le 4 novembre 1990, le Patriarche Aleksei II pose la première pierre du nouveau bâtiment, et trois ans plus tard, la cathédrale retrouve toute sa splendeur d'antan.

kremlin Moscou

3. Le mur du Kremlin

Sous le régime communiste, la Place Rouge a également servi de cimetière. Immédiatement après la prise de contrôle de Moscou en 1917 par les bolchéviks, deux tombes identiques ont été construites sous le mur du Kremlin pour contenir les restes de 240 victimes de la Révolution d'Octobre. L'Église orthodoxe russe était contre le plan, mais cela n'a fait aucune différence. La Place Rouge est devenue une nécropole. C'est devenu une tradition d'enterrer les héros soviétiques près des murs du Kremlin. Le commissaire aux postes et télégraphes V. Podbelskiy a été l'un des premiers, avec Inessa Armand et le journaliste américain John Reid. L'espace sous les murs s'est vite épuisé, et à partir de 1925 les VIPs ont été enterrés à l'intérieur même du mur. Plus de 100 personnes y sont enterrées, dont Charles Rutenberg, le premier secrétaire général du Parti communiste américain, Maksim Gorky, Yuri Gagarin, et une foule de marshals et de ministres.

Le premier buste en granit a été posé ici en 1919 après la mort de l'un des principaux dirigeants de la Révolution, Iakov Sverdlov. Il a été bientôt suivi par Frunz, Dzerzhinsky, Kalinin, Zhdanov, etc. Après avoir partagé le mausolée avec Lénine pendant quelques années, le corps de Staline a été déplacé dans cette zone également. Le dernier homme à être enterré sous les épinettes bleues fut Yuri Chernenko, secrétaire général pendant moins d'un an, qui devint ici le douzième des "Apôtres du Parti".

4. Le Mausolée de Lénine

Pour l'enterrement du Père de la Révolution, il fallait organiser quelque chose de spécial. Immédiatement après sa mort en 1924, un mausolée en bois a été érigé sur la place. En 1929, l'architecte Aleksei Shchusev a été chargé de concevoir une maison plus durable pour le corps. Le résultat, dévoilé un an plus tard, est est une pyramide trapue mais attrayante en couches de granit rouge, gris et noir qui s'harmonise remarquablement bien avec les bâtiments du Kremlin derrière elle. Dans les années 1930, des plates-formes de granit ont été ajoutées sur les côtés du mausolée, ce qui a permis aux représentants du gouvernement d'inspecter les défilés, un spectacle qui est devenu célèbre dans le monde entier à l'époque soviétique.

Alors que le mausolée est relativement petit de l'extérieur, il a des profondeurs cachées. Il y a deux étages souterrains à la structure, qui abritait une aire de repos pour les VIP et les gardes du Kremlin, et le laboratoire qui servait autrefois à superviser le processus d'embaumement. Malheureusement, même s'ils ne sont apparemment plus utilisés, ils ne sont pas ouverts au public.

Malgré l'attention d'une équipe de scientifiques - et en laissant de côté les rumeurs selon lesquelles il a été remplacé il y a longtemps par un modèle en cire - Lénine n'est pas le plus frais des cadavres. Fini le temps où les citoyens impatients faisaient la queue pour apercevoir le grand chef. Cependant, si vous souhaitez voir le corps, le processus est loin d'être simple. Tout d'abord, vous devez laisser les sacs et les caméras - pas de tournage à l'intérieur - dans les vestiaires de la tour Kutayfa. Ensuite, vous rejoignez la file d'attente qui longe le mur du Kremlin. Les visiteurs sont toujours en mouvement, de sorte que vous ne pouvez passer que quelques minutes à l'intérieur du mausolée avant d'être expulsé par les gardes. La chambre funéraire est très sombre et, les jours ensoleillés, le contraste soudain peut être déconcertant. Néanmoins, il s'agit d'une nécessité morbide pour les visiteurs de Moscou. Après des années de rumeurs et de controverses sur le sort du corps de Lénine, le mausolée a été rouvert en avril 2005, et il semble qu'il le restera dans l'avenir.

Heures d'ouverture : tous les jours de 10h00 à 13h00, fermé le lundi et le vendredi.

5. La statue de Minin et Pozharsky

Cette célèbre statue commémore le prince Dmitri Pozharsky et le boucher Kuzma Minin, les chefs de la milice qui ont repoussés l'invasion polonaise de 1612, à l'apogée du "Temps des Troubles". Conçue par l'architecte I. Martos, elle fut érigée en 1818 et devint la première sculpture monumentale de Russie. L'un des bas-reliefs montre les gens de Novogorod amenant leurs fils à être armés - Minin a forcé la ville à fournir des fonds et à combattre les hommes en tenant leurs femmes en otage. L'autre montre les Polonais fuyant le Kremlin, poursuivis par les troupes russes. Sur le fronton sont inscrits ces mots : "Au citoyen Minin et au prince Pozharsky, d'une Russie reconnaissante".

La statue se trouvait autrefois au centre de la Place Rouge, la figure de Minin pointant vers le Kremlin. Cependant, elle a été déplacée en 1930, après la construction du mausolée de Lénine - la rumeur veut que le geste de Minin, qui incite à la révolte, paraissait plutôt ambigu par rapport à l'emplacement de la tombe du grand chef. En fait, la raison du déplacement de la statue était plus simple que cela - son emplacement interférait avec les plans de Staline pour les défilés militaires de masse.

Articles en rapport : 

* Moscou : tout ce qu'il faut savoir pour préparer un voyage à Moscou 

Moscou est une destination merveilleuse où il est définitivement bon de se rendre ! Mais pour passer un bon séjour romantique à Moscou (lien vers l'article 01-02-Les lieux romantiques à Moscou), capitale de la Russie, une planification minutieuse peut faire toute la différence.

* Les théâtres et salles de concert à Moscou

Moscou est considérée à juste titre comme l'une des capitales mondiales du théâtre, même si le patrimoine théâtral de la ville ne remonte qu'au milieu du XVIIIe siècle, à la fondation de la Maison de la comédie dans le village de Preobrazhensky.