fbpx
Elizaveta 18435
Tamila 15083
Svetlana 18170
Darya 17916
Ekaterina 18091
Valeriya 17620

QUIZZ gratuit : Ais-je une Chance avec une Femme Russe ?

Les femmes russes à Tours sont certainement plus nombreuses que vous ne pourriez le penser. Si vous êtes un familier du centre-ville vous en rencontrez probablement chaque jour sans y faire attention. Elles sont toujours bien habillées, polies, et très belles, c’est donc difficile de les rater. Mais au fait comment se passe l’intégration en France des femmes de Russie, d’Ukraine, de Moldavie ou de Biélorussie ? Une chose est certaine, si elles arrivent seules en France, elles ne tarderont pas à se mettre en couple avec un homme français. L’exemple de Hervé ci-dessous en vidéo qui parle de ses rencontres avec des femmes russes est un très bon exemple. Dans la première vidéo, nous vous présentons 3 femmes slaves, de Russie et Biélorussie qui parle des différences entre les cultures de leurs pays respectifs et la culture francophone. Très intéressant !

 

Femmes russes immigrées : Natalia de Moscou, Halina de Minsk en Biélorussie et Olga de Vladivostok en Russie 

Ce qui est le plus étonnant c’est de constater que même en vivant dans un milieu ultra féministe en France, ces 3 belles jeunes femmes russophones ont conservé des valeurs familiales solides. Le travail ne doit en aucun cas représenter la valeur principale d’une femme slave. Rien n’est comparable avec le bonheur de la vie de famille et de voir ses enfants grandir, pense Olga. Combien de fois nous avons reçu des appels au CQMI de la part d’hommes français qui souhaitent rencontrer une femme russe, ukrainienne, enfin slave, qui habite déjà à Tours. Le but étant bien sûr de s’éviter un voyage dans les pays slaves et de devoir contribuer à un processus de parrainage, qui leur semble trop long et risqué. Pourtant, aller à la rencontre de sa future épouse dans son pays slave, n’est-ce pas une preuve éclatante de votre intérêt pour le pays dont elle est issue ? Certes les femmes d’origine russe sont de très belles femmes élégantes qui savent s’habiller élégamment en toute circonstance mais ce n’est pas la seule de leurs nombreuses qualités. Avez-vous remarqué leur calme, leur douceur et leur respect pour l’homme. Ne pensez-vous pas que votre vie serait plus heureuse aux côtés d’une femme slave qui vous met en valeur et qui s’occupe de vous ?

Où trouver des femmes russes à Tours ?

Association France-Russie,
29 ter rue Grand’cour,
37700 Saint-Pierre-des-Corps
02 47 44 09 77

 

Histoire Yulia à Tours

Pour la première fois de sa vie, Julia part en vacances à l'étranger, en France, pour l'homme qu'elle aime et qui deviendra bientôt son mari. Elle est retournée chez son bien-aimé avec sa fille et a donné naissance à un autre enfant dans un autre pays. Dans le cadre d'une série de documents sur des compatriotes partis à l'étranger, on publie le récit d'une femme russe sur sa vie en France.

Mon histoire de changement a commencé en 2013 : je suis partie en vacances en France pendant deux semaines chez mon Français préféré, que j'ai rencontré en Russie. À 26 ans, j'avais fait des études supérieures, une fille de cinq ans et un emploi. Jusqu'alors, je n'étais jamais allée à l'étranger : je n'avais tout simplement pas de passeport et, travaillant comme caissière dans une agence de voyages, je ne rêvais que de voyager dans les pays d'outre-mer.

Après mon retour en Russie, j'ai rapidement suivi mon bien-aimé aux États-Unis, où il était parti travailler. J'ai passé trois mois aux États-Unis, après quoi j'ai commencé à préparer mon mariage et mon déménagement définitif en France.

En avril 2014, déjà mariée à mon Français, ma fille et moi avons déménagé dans la petite ville de Tours.

Au début, bien sûr, quelque chose était ennuyeux, quelque chose était surprenant. Par exemple, il m'a fallu beaucoup de temps pour m'habituer au fait qu'en France, il est de coutume de s'asseoir à table avec toute la famille. Au début, attendre mon mari du travail pour le dîner était très angoissant. Et même s'il est venu plus tôt, il ne s'est pas assis à la table avant 20 heures.

La qualité de la nourriture a été immédiatement frappante - la nourriture dans les magasins était très bonne. Les poissons les plus frais, les crevettes, les moules, les homards, de nombreux produits locaux... Et le choix de fromages était incroyable ! Je voulais tout essayer en même temps. Au début, j'ai converti tous les prix en roubles et j'ai été surpris par le coût élevé, mais ensuite j'ai comparé les salaires en Russie et en France et j'ai cessé de m'embêter avec les calculs.

Je ne vois que des avantages dans le système scolaire local. En France, la scolarisation est obligatoire à partir de six ans, donc ma fille, à son arrivée, a immédiatement intégré le groupe supérieur du collège. C'était une école de ville normale. Elle ne parlait ni ne comprenait aucun français. Mais je ne craignais pas qu'elle ne réussisse pas. Oui, c'était dur au début, mais elle s'en est sortie. Elle s'est fait des amis dès le premier jour et a même réussi à communiquer avec eux. Un an plus tard, elle parlait couramment le français sans accent.

Il est intéressant de noter que dans les écoles françaises, chaque année, on change les enseignants et la composition des classes. De cette façon, les enfants ne s'habituent pas à un seul enseignant, apprennent quelque chose de nouveau et trouvent de nouveaux amis beaucoup plus facilement.

Pendant les trois années passées en France, nous n'avons pas acheté de manuels ou de cahiers. Seulement un sac à dos. Les écoles donnent tout, des manuels scolaires aux crayons en passant par les règles. Nous n'avons eu à payer que pour la cantine. Le coût dépendait de la déclaration d'impôt annuelle : nous avons, par exemple, payé quatre euros pour le déjeuner. Et c'était le taux maximum ! Les déjeuners scolaires sont très variés : les enfants reçoivent d'abord une collation de légumes, puis un repas chaud - généralement de la viande ou du poisson avec un accompagnement. Après tout, on ne manquera pas de servir du fromage et de la baguette fraîche, et pour finir, un dessert sous forme de pâtisseries ou de fruits.

 woman 1274056 640

Quant à moi, je profitais de mon nouveau logement et n'étais pas pressé de chercher un emploi. Premièrement, je ne parlais pas français et, deuxièmement, avec un diplôme russe de professeur d'anglais, il est peu probable que quelqu'un m'ait engagé. J'ai dû confirmer ma formation, étudier davantage, suivre des cours supplémentaires et éventuellement travailler dans une école, ce que je ne voulais vraiment pas faire. Mon mari n'a jamais fait pression sur moi pour que je travaille ou ne m'a jamais présenté de factures.

 

Après avoir vécu un an à Etampa, nous avons décidé d'acheter un appartement et avons choisi la belle ville médiévale de Chartres pour y vivre. Elle est également proche de Paris, où nous allions souvent le week-end. Ma fille a dû changer d'école, mais là encore, tout s'est bien passé, sans aucun problème, car elle parlait déjà très bien le français.

De mon côté, je comprenais la langue locale, mais je ne pouvais pas tout dire. Mon mari et moi communiquions principalement en anglais à la maison, et cela a vraiment nui à mon apprentissage du français. Je n'ai pas suivi de cours pour apprendre une nouvelle langue, mais j'ai essayé de l'apprendre par moi-même. Petit à petit, mon mari et moi sommes passés à un mélange d'anglais et de français, avec quelques mots de russe qui se glissent de temps en temps. A mon avis, personne ne comprend notre langue à part nous deux !

Aujourd'hui, je parle couramment le français, même si je ne comprends pas tout à fait comment j'y suis parvenu. Je ne regardais pas la télévision et ne lisais pas de livres français, mais apparemment, le simple fait de parler aux vendeurs dans une boulangerie m'a beaucoup aidé.

Après avoir déménagé dans une nouvelle ville, je suis tombée enceinte. Naturellement, j'ai dû m'inscrire à l'hôpital. En France, tous les médecins reçoivent dans leur propre cabinet, situé dans des maisons ordinaires. N'allez à l'hôpital que dans les cas les plus graves. Le premier trimestre de la grossesse s'est déroulé sous la surveillance d'un thérapeute personnel, qui a prescrit des tests et surveillé l'état de santé. Au cours du deuxième trimestre, j'étais déjà inscrite à la maternité, où j'étais déjà observée par un gynécologue-obstétricien. Je n'ai pas eu besoin d'examens pour m'inscrire, comme dans les hôpitaux russes. Pas d'ECG, pas d'ophtalmologiste ou d'oto-rhino-laryngologiste. 

En plus d'une prise de sang mensuelle, un contrôle de la toxoplasmose est nécessaire ici : en France, on mange de la viande avec du sang et du fromage fabriqué avec du lait non pasteurisé, ce qui augmente le risque d'attraper la maladie. Je n'entrerai pas dans les détails du processus, mais je dirai qu'après avoir accouché en Russie, mon deuxième accouchement m'a semblé tout simplement parfait. Les sages-femmes étaient très attentives et toutes les cinq minutes, elles s'intéressaient à mon bien-être et essayaient de m'encourager.

Mon mari était présent lors de l'accouchement, ce qui est hors de question ici. Les hommes français se distinguent des Russes en ce que, dès la naissance, ils aident leur femme à s'occuper de leur bébé. En France, il n'y a pas de division entre les affaires des femmes et celles des hommes, il y a une égalité ici, donc le père se lève la nuit pour un bébé qui pleure et change sa couche, sans essayer d'éviter les tâches "non masculines".

J'ai passé ma troisième année en France à m'occuper de mon fils nouveau-né. Mon mari était souvent en déplacement pour son travail, et je devais me rendre moi-même une fois par mois chez le pédiatre.

Pendant ces trois années, je n'ai pas pu trouver de petites amies françaises. Mais j'avais des amis russes qui vivaient dans ma ville de Tours. C'est dommage que je les aie connus six mois avant de quitter la France. Elles étaient également toutes mariées à des Français, chacune d'entre elles ayant sa propre histoire d'amour.

 

Les parents de mon mari vivaient à quatre heures de route. Nous n'avions donc pas à compter sur les grands-mères. Les grands-mères françaises ne sont pas comme les russes. Ils ne viendront pas vous voir tous les jours pour vous aider avec le bébé. De nombreux Russes se plaignent que les beaux-parents français ne les aident pas du tout à s'occuper de leurs petits-enfants. Ils ne les emmènent même pas en vacances. Tous ne sont pas comme ça, mais beaucoup le sont.

Dans mon cas, j'ai eu beaucoup de chance : dès le premier jour, les parents de mon mari ont accepté la fille de mon premier mariage comme la leur. Pendant toutes les vacances scolaires, ils l'ont emmenée chez eux, la couvrant de cadeaux à chaque fois. Lorsque notre fils est né, ils ont commencé à venir nous rendre visite plus souvent et sont restés avec nous pendant quelques jours pour nous aider. Mes amis russes vivant en France ont été surpris par cette attitude des grands-parents français. 

 

Vous hésitez encore à acheter votre billet d’avion pour Kiev en Ukraine ou Saint-Pétersbourg en Russie pour aller rencontrer les plus belles femmes russes au monde ? C’est parce que vous avez sans doute mal écouté le reportage vidéo sur nos 3 belles jeunes femmes de l'Est. Olga vous explique que les hommes français s’entretiennent mieux que les hommes russes. Elles ont remarqué que vous vous habillez mieux avec plus de gout et de style que les hommes en Russie et en Biélorussie. Les hommes français font plus de sport et font attention à leur poids pour ne pas avoir de kilos en trop. Saviez-vous par exemple que l’espérance de vie des hommes en Russie est de presque 20 années inférieure à celle des hommes en France ? Vous avez donc une chance unique de faire la différence avec votre bonne forme physique et votre belle apparence. Les femmes slaves en général vont chercher un homme qui sera fiable et définitivement prêt à fonder une famille dans un modèle avec des rôles traditionnels dans lesquels l’homme a un rôle de chef de famille capable de subvenir aux besoins de sa famille.

Hervé 50 ans

Faites comme Pierre et inscrivez-vous dans une agence matrimoniale sérieuse pour rencontrer une femme russe à Tours.

Pour Rencontrer une femme russe à Tours :

Agence Matrimoniale CQMI

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Skype : Antosha71
Facebook et Instagram : @Agencecqmi
YouTube : https://www.youtube.com/cqmica
Live tous les Dimanches à 20 heures !