Téléphone : 514-569-6333

Téléphone : 06 15 09 43 47

Communication par skype avec votre femme russe Communication par skype avec votre femme russe Agence de rencontre CQMI

Communication par Skype avec votre femme russe ou ukrainienne

6 janvier 2016

Séduire les femmes slaves d'une manière naturelle et spontanée, devenir un homme charismatique et séduisant ce n’est pas tellement difficile. La séduction, au fond, n’est rien d’autre qu’une forme spécifique de communication. Heureusement de nos jours, la technologie rend une relation à distance beaucoup plus gérable avec des moyens tels que le téléphone ou Skype qui permettent de téléphoner ou d’organiser des visioconférences via Internet gratuitement. Par contre, le manque d’expérience en relation à distance entraîne bien souvent de grossières erreurs de communication qui réduisent à néant vos chances de séduire une femme ukrainienne ou russe. Afin que vous évitiez des erreurs de communication par Skype, l’agence matrimoniale CQMI vous propose quelques conseils utiles pour vous aider vraiment à réussir à séduire votre dulcinée de l’Europe de l’Est. Mais avant d’avancer nos conseils, sachez qu’il existe beaucoup d’autres moyens que Skype pour communiquer avec une femme à distance.

Les différents moyens de communication à votre disposition.

Si Skype est le plus connu des moyens internet gratuits pour communiquer avec des gens sur Internet, c’est loin d’être le seul et les autres méritent d’être connus. Skype c’est en effet une vieille histoire puisque quasiment le premier système de communication à distance apparut sur Internet en 2003. Son apparition coïncidait avec un développement exponentiel d’Internet dans les foyers. Avant 2000, peu de foyers étaient équipés d’Internet, mais en quelques années, des millions de gens connectèrent leurs habitations à la toile. C’est Microsoft, géant américain de l’informatique qui a développé l’application Skype. Il est devenu le plus populaire des programmes gratuits de communication en quelques mois, mais est hélas atteint de tares pour ainsi dire secrètes qui font de lui un outil peu sécurisé, bien pratique mais désormais montré du doigt. Skype doit en effet être téléchargé, installé et garde des traces de ce que vous faites avec lui. C’est un logiciel non transparent qui a fait l’objet d’un énorme scandale plus ou moins étouffé, lorsqu’en juillet 2013, le grand quotidien britannique The Guardian révélait qu’il était une composante du programme de surveillance et d’espionnage américain PRISM. Ceci faisait suite à des problèmes de sécurité purs au milieu des années 2000, programme friable aux attaques virales, encodages de vos conversations non sûr, sans parler donc du collectage d’informations à des niveaux plus ou moins importants. C’est l’éternel débat de la protection de votre vie privée, de votre famille, et de vos données personnelles. La grande faiblesse de Skype c’est justement son installation sur votre ordinateur, le stockage de données, l’enregistrement de tout ce qui se passe, de tout ce que vous faites ou dites.

Loin de faire de la politique, nous vous encourageons donc à plus de prudence à l’Agence CQMI, en vous penchant sur d’autres programmes gratuits aussi efficaces, plus simples, non listés dans les outils de surveillance de PRISM et qui ont été créés justement pour des raisons citoyennes. Nous vous recommandons donc deux programmes, l’un s’appelle APPEAR IN, l’autre JITSI MEET. Leur grande force est : 1) vous n’avez rien à installer sur votre ordinateur, 2) pas d’installation pas de failles pour s’attaquer à votre ordinateur par un quelconque virus ou cheval de Troie, aucune possibilité de contaminer votre PC, 3) pas d’installation, aucun enregistrement et stockage de données personnelles, de vos conversations, une fois la conversation terminée, comme le dit l’adage, les écrits restent, les paroles s’envolent, 4) cryptage de vos conférences, signifiant de plus que même si l’on souhaitait s’introduire dans votre conversation, l’aspect éphémère de cette dernière, par sa nature, à savoir démarrage de la conversation et son entière disparition à la fermeture, font que les probabilités des efforts consentis pour casser les codes d’encryptages de gens malveillants sont nuls (vous n’êtes pas des espions !). Il existe cependant un petit malus, mais qui dans le cas de vos discussions avec une femme ukrainienne ou russe ne vous dérangera pas : contrairement à Skype où vous pouvez organiser des conférences avec beaucoup de gens, ici vous n’aurez la possibilité que d’inviter 4 interlocuteurs. Cet outil ne peut donc pas servir dans des domaines professionnels, comme des conférences massives, des forums, des réunions, mais reste à l’usage de deux, trois ou quatre personnes, dans l’intimité, nous n’en demandons pas plus !

Comment fonctionnent Appear In et Jitsi Meet ? Vous cherchez leur page dans votre moteur de recherche, vous créez une conversation, vous validez votre caméra et micro, vous copiez le lien, vous l’envoyez à votre contact par messagerie ou un autre moyen. Votre interlocuteur clique sur le lien, valide à son tour caméra et micro et vous voilà en contact, vous pouvez aussi enlever la caméra pour juste une conversation type téléphone. A l’étape de création de la conversation, vous devez taper un nom, qui fera de votre lien à envoyer un lien unique, par exemple @agencecqmi, et le tour sera joué. Cependant, veillez à toujours choisir un nom différent, ainsi vous aurez une sécurité maximale, le petit désagrément étant de toujours envoyer un nouveau lien, car personne (et c’est bien), n’est enregistré sur l’un ou l’autre des logiciels (ce qui vous protège aussi du point de vue sécurité et pistage de votre IP). Voici les liens :

Appear In, pour une conversation facile

Jitsi Meet, pour une conversation tout aussi facile

Vous devrez savoir qu’il existe bien d’autres moyens de se contacter en visioconférence : via Facebook (pour le coup également programme phare de PRISM, peu sûr et dangereux pour vos données personnelles), qui vous permet de lancer une conversation personnelle. Si vous avez un compte Gmail (donc Google, également dans PRISM), que votre interlocuteur en possède un, vous pouvez vous appeler en visioconférence via le programme attaché qui se nomme HangOut. A noter qu’Appear In et Jitsi Meet fonctionnent encore mieux avec des téléphones portables. Niveau des téléphones, le fameux Whatsapp programme de messagerie instantanée a été fondé en 2009 et a été racheté par Facebook en 2014 (c’est un des principaux outils de surveillance du programme PRISM, lui aussi !). En décembre 2017, à cause de failles importantes, la CNIL en France a mis en demeure Whatsapps pour des transferts illégaux de données personnelles (à des fins non connues). Mais d’autres sont aussi disponibles comme Messenger, ou Viber, tous deux épinglés pour leur défaut de sécurité, citons enfin Snapchat avec les mêmes inquiétudes de sécurité (notamment le piratage de masse du 31 décembre 2013, 4,6 millions de victimes tout de même !). Vous prendrez juste conscience que la sécurité sur Internet est importante et l’affaire de tous. En vous lançant dans une recherche sérieuse d’une compagne et épouse slave, vous aurez à utiliser toutes sortes de moyens de communication. Ils sont géniaux puisqu’ils vous rapprochent et qu’au XXIe siècle vous avez la chance via Internet de découvrir une femme sérieuse et aimante à des milliers de kilomètres de chez vous. Mais ils sont ce qu’ils sont… et votre vie privée n’a pas de prix, surtout si d’aventure vous étiez une personne avec des responsabilités : père de famille divorcé, chef d’entreprise, cadre supérieur, fonctionnaire de l’État, etc. Un petit rien et votre vie privée pourrait être étalée en public, sans parler des nombreuses malveillances, chantages et autres (comme le vol de données bancaires, de codes, de mots de passe etc.).

 

Tenez compte des particularités du pays d’où vient votre femme slave .

Mais passons à des conseils moins techniques et parlons désormais des dangers d’une conversation virtuelle via des visioconférences avec des femmes slaves. En général, l’adhérent francophone commencera par regarder nos vidéos sur notre chaîne YouTube, ou arpentera le site de l’Agence matrimoniale CQMI. Par la suite, une fois le pas franchi, l’adhérent choisira un, trois ou huit profils qui lui auront plu, et demandera à l’agence d’envoyer une demande de contact aux femmes concernées. Elles accepteront ou pas. Avec celles qui auront accepté, l’adhérent entamera donc une conversation au départ épistolaire, via une messagerie et une adresse électronique. Il pourra s’exprimer dans sa langue si sa prétendante comprend le français, en anglais ou dans une autre langue commune, mais souvent vous passerez par nos services pour traduire les correspondances. Par la suite, vous aurez sans doute envie de voir en « vrai » cette femme, afin de vous pincer vous-mêmes pour vérifier que vous ne rêvez pas, car déjà vous aurez sans doute été charmé par son profil, ses photos, les réponses à vos lettres. La correspondance virtuelle avec une femme ukrainienne ou russe que vous avez choisie est en effet une étape très importante qui vous donnera la possibilité de connaître votre potentielle bien-aimée d’avantage. Vous devrez d’abord tenir compte du décalage horaire possible. Si vous êtes Français, Belge, Luxembourgeois ou Suisse, votre décalage horaire avec une femme ukrainienne sera quasi nul, à savoir aucun décalage ou une petite heure. Mais si vous êtes Américain ou Canadien, Québécois, la différence sera importante, soit potentiellement 7 heures ou plus de décalage, encore plus si votre correspondante se trouvait être Russe. Il existe 7 heures de décalage entre Montréal et Moscou, 9 heures à Ekaterinbourg etc. Cette première difficulté pour les personnes très éloignées aura bien sûr des conséquences que ne connaîtront pas les Européens. Car en plus de vos activités professionnelles, il vous faudra respecter le sommeil de ces dames, et bien sûr vous rendre bien compte des difficultés d’organisations pour vous connecter ensemble, les fins de semaines et jours fériés devenant alors cruciaux.

Par ailleurs, lorsque vous communiquez par Skype avec une femme russe , ou Ukrainienne, il ne faut pas négliger les différences culturelles entre l’Europe de l’Est et l’Amérique du Nord, l’Europe Occidentale ou même l’Afrique du Nord. Ces différences sont très nombreuses et parfois souterraines. Vous aurez du mal à imaginer ce fossé avant votre départ, et d’autant plus si vous n’aviez jamais mis les pieds en dehors de votre zone de confort, à savoir votre pays, les pays voisins, ou arpentés massivement par les touristes (comme le Maroc à l’hospitalité légendaire). Vous vous rendrez compte sur place que de nombreuses choses sont très différentes. Aussi dans un début de dialogue ne parlez pas des détails de votre divorce et évitez de critiquer les femmes de votre pays. Il est évident que si vous êtes un homme qui a vécu maritalement ou en concubinage avec une ou plusieurs femmes dans votre existence, que vous avez divorcé ou connu des séparations difficiles, l’interrogation de votre correspondante et interlocutrice viendra vite de vous poser les questions de votre vie antérieure, des échecs, de votre divorce, de ses problématiques. Mais c’est un terrain très dangereux. S’il est d’usage dans le monde occidental de s’étaler sur ce genre de considérations, cela sera moins le cas dans le monde slave. Il serait préférable au contraire, d’expliquer votre motivation à trouver la femme de votre vie dans les pays de l’Europe de l’Est. Faites également attention à votre humour avec les femmes slaves. Le fait que les Russes ne sourient pas beaucoup dans la vie de tous les jours ne signifient pas qu'ils n'ont pas le sens de l'humour, mais bien qu'ils ne sourient pas sans raison et encore moins aux étrangers. Il faudrait savoir que l’humour dans chaque culture est différent. Le sens de l'humour des femmes russes ou ukrainiennes est également différent. Elles préfèrent en général les blagues fines, avec un humour indirect. Écoutons sur ce thème général le témoignage d’Hervé :

« Je n’ai pas moi-même pris conscience des premières différences entre mon monde, la France et les pays de l’Est, même si j’avais justement pas mal voyagé. Dans un premier temps en 2008, j’ai cherché mon épouse d’abord en Ukraine, puis vite en Russie. Je n’avais pas de connaissances sur l’Ukraine, plus sur la Russie, mais cela restait académique, des références historiques et classiques, j’avais cependant une assez bonne connaissance de la géographie. L’étape du contact virtuel a été assez bizarre. J’avoue avoir eu de l’appréhension les premières fois et je me refusais à parler avec les femmes avec qui nous n’avions pas franchi une certaine étape d’intensité de lettres. Ce fut une bonne décision. Mais elle montra sa limite une première fois, lorsque je rencontrais par Skype une première femme ukrainienne de Lvov. Nous parlions en langue anglaise, ce qui était déjà un petit barrage, mais j’appréciais de voir en vrai ces femmes, de vérifier leur réalité et la véracité aussi des photos. Je me rendais cependant vite compte de difficultés autres, de gênes, d’un aspect légèrement falsifié. Après quelques rencontres, cette femme s’était totalement oubliée dans l’aspect virtuel, et j’avais du mal aussi à y faire face. Je n’ai jamais su si elle était soûle parfois, mais je sentais que son enthousiasme dépassait la norme, la situation était étrange, et après un premier incident où elle commença de se dévêtir, je coupais définitivement le contact. J’ai compris alors que la visioconférence, en plus des lettres, de la situation, de la recherche amoureuse pouvait créer des situations anormales, qu’il fallait s’en tenir à des conversations courtes, courtoises, simples et espacées. Ce fut le cas avec ma future épouse russe et je m’en félicitais par la suite. De mon côté je fis cependant une erreur importante, je parlais longuement de mon divorce, mon interlocutrice me posa bien des questions, j’en fis de même car elle était divorcée. Je trouvais cela normal. En réalité, cela l’était de mon côté, mais pas du sien. J’ai su des mois plus tard que j’avais inquiété fortement ma future femme. Plus tard ce fut un sujet de conversation qui revenait parfois en douce, je me rendis compte qu’en fait j’avais été à la fois maladroit, imprudent et qu’en mettant très tôt sur la table une histoire aux ondes si négatives qu’un divorce, j’avais mis en danger notre possible relation. S’il y a une chose que j’ai compris c’est qu’il aurait fallu être discret, en dire seulement le strict nécessaire. Nous étions allés cependant tellement vite, qu’en fait en nous écrivant deux fois par jour une lettre, parfois de 2, 3 ou 4 pages, nous avions beaucoup parlé de notre passé. Bien trop. C’est en fait quelque chose, surtout notre vie amoureuse d’avant, qui devrait rester dans l’ombre de notre mémoire. Après tout, ce qui était important c’est de construire avec une femme un amour grand comme ça ! Nous y avons réussi mais j’ai bien vu que cette liberté de langage, ces bavardages avaient été autant de mines à retardement que j’avais semé sur ma route. Dieu merci, cet amour justement qui s’est installé entre nous était grand comme je l’avais imaginé, nous pûmes éviter les mines, parfois non sans difficultés ! Ce dont j’avais envie c’est que ma femme connaisse tout de moi, absolument tout. J’ai tout dit. Quelque fois cependant, il faudrait un jardin secret, comme nous en avons tous un, mais je pense quand même que ma grande honnêteté a payé, j’ai dit par exemple là où j’avais été mauvais et en torts dans ma vie passée, sans doute, en étant honnête à 200 %, j’avais aussi désamorcé les mines ».

IMG 4683

Les femmes russes apprécient l’honnêteté. 

Lorsque vous communiquez par Skype pour la première fois avec une femme slave, il faut toujours être détendu et avoir confiance en vous-même. Au moins, il faut réussir à sourire et d’avoir l’air heureux. L’un des points essentiels dans votre communication par Skype avec une femme de l’Europe de l’Est est votre regard. Beaucoup de choses passent par le regard. Alors, il ne faut pas que ce dernier soit fuyant, même si vous vous trouviez impressionnés, mais plutôt insistant. Cette connexion à travers le regard vous permettra de montrer à votre femme russe ou Ukrainienne que vous apportez de l’intérêt à ce qu’elle dit et de créer un contact beaucoup plus fort entre vous deux. Si vous voulez demander quelque chose lors de votre communication par Skype, posez votre question franchement, sans détours, avec beaucoup de courtoisie. L’honnêteté réside également bien sûr dans vos intentions. Il est évident que dans une certaine mesure vous vous retrouverez dans le cas de clore des contacts, ou qu’une ou plusieurs prétendantes le fasse à votre encontre. Chaque adhérente ou adhérent qui se trouve membre de l’Agence matrimoniale CQMI est en effet ici pour découvrir sa seconde moitié, sa future épousée, parfois la mère de ses enfants. Si vous vous trouviez dans la situation de penser que la femme qui se trouverait avec vous, ne sera pas votre future épouse, vous ferez preuve de tact, mais aussi de fermeté, en expliquant sans vous perdre dans des considérations insultantes, virulentes ou vaseuses, les raisons succinctes qui vous font refermer ce contact.

En effet, vous pourriez bien apprécier le physique d’une adhérente, la trouver même à votre goût, ou penser carrément qu’elle débarque d’un rêve éveillé, mais il faudra surtout vous poser les questions essentielles : est-ce que vous vous voyez dans le futur avec cette femme ? Est-ce que dans les regards, dans les gestes, les mouvements vous vous sentez à l’aise en face de cette femme ? Avez-vous au contraire des doutes, une impression bizarre, un sentiment mitigé, une unique attirance physique ? Dans les premiers temps, c’est souvent les photographies qui vous auront amené au contact de cette femme. Après l’étape épistolaire, la rencontre et le contact sur Internet en visioconférences, sera un autre moyen de jauger votre attirance, vos affinités, votre compatibilité. Mais elle restera forcément de façade, seule la rencontre réelle vous mettra en situation. En effet, la rencontre des « vos corps », la possibilité de voir réellement la couleur des yeux de votre prétendante, les odeurs, les vêtements, les détails de notre physique, notamment ce qui sera vu avec difficulté via une webcam, les mains, le bas du corps, une multitude de détails, fera ou non que l’alchimie sera au rendez-vous ou non. Vous prendrez donc garde à conserver une réserve, une barrière fine mais réelle, à garder un sang-froid et une intelligence de la situation pour comprendre que l’étape « Skype » n’est justement qu’une troisième étape venant après les photos, le profil, les lettres, mais avant le voyage et là où les rencontres confirmeront (ou pas) un amour naissant. Au contraire, si quelque chose, une impression, un sentiment, un doute, vous aura assailli lors d’une de ces étapes, notamment lors de la rencontre en visioconférence, vous ferez part honnêtement et rapidement de vos réserves et de la fin de vos communications. Si à un moment, cette femme vous faisait des demandes de cadeaux, se comportait de manière légère jusqu’à l’indécence, ou tout autre comportements étranges ou bizarres, vous auriez également le devoir de nous avertir à l’agence afin que nous prenions les mesures nécessaires.

IMG 1561

Gardez un contact permanent avec la femme ukrainienne ou russe.

Gardez toujours le contact avec votre femme slave. Un manque de communication peut entraîner des malentendus, des disputes, voire une rupture due à la relation à distance. Contactez-la ou les femmes russes ou ukrainiennes que vous avez choisies le plus souvent possible, idéalement chaque jour, ou tous les deux jours. Si vous n’aimez pas écrire, il faudra vous contraindre et prendre conscience que si vous n’avez pas de temps à consacrer à votre future aimée, vous ne méritez certainement pas de la rencontrer un jour. Cependant n’oubliez pas que dans une relation à distance la régularité est plus importante que la quantité de vos contacts. Malgré tout c’est très important d’entretenir ce contact quotidien et n’hésitez pas à lui raconter vos journées en détail. Cela vous permettra de maintenir une connexion émotionnelle avec ce qui pourrait bien être votre future femme. Écoutons de nouveau Hervé, marié depuis 10 ans avec une Russe, l’ayant rencontré par une agence :

« Les contacts Skype ou visioconférences ne sont pas nécessaires tous les jours. C’est même finalement trop, vous pourriez perdre une prudence et vous trouver déçu, désarçonné lors d’une première rencontre. Cependant, vous devriez écrire tous les jours, ou tous les deux jours à votre ou vos prétendantes. Dans mon cas je travaillais, j’avais repris des études par correspondance à un haut niveau, j’avais mes enfants un week-end sur deux. Je trouvais le temps d’écrire à ces femmes tous les jours, ce qui me permit d’ailleurs d’éliminer plusieurs d’entre-elles qui ne tinrent pas la route. L’une d’elle perdit patience après seulement trois semaines et alors que j’étais prêt à me rendre bientôt à sa rencontre dans un délai de maximum deux mois, elle me mit en demeure de venir de suite. Je passais mon chemin, conscient qu’avec une telle patience, et après avoir montré un tel caractère, l’histoire avait avorté avant d’avoir commencé. Une autre de Tcheboksary n’avait pas d’internet à la maison, une jeune infirmière, bien que motivée, la fréquence molle de ses lettres fut la raison qu’elle se trouva éliminée avant même que je pense à aller la voir. Car je poursuivais le contact avec d’autres femmes, mais son contact prenait du retard, un grand retard par rapport aux autres. Je lui souhaitais bonne chance dans sa recherche et poursuivait mon chemin. Une autre qui habitait Moscou mais était originaire de Vladimir avait un bon contact avec moi, puis ce fut un silence de trois semaines. Elle reprit contact affolée en m’expliquant que son ordinateur avait flanché. En trois semaines, j’avais avancé loin et ma future épouse et moi nous avions beaucoup communiqué entre temps. Le destin avait décidé pour nous, je souhaitais aussi de la chance à cette jeune femme. Une dernière enfin, qui était de Kazan, et qui m’avait indiqué n’être jamais venu en Europe, m’envoya lors d’une visioconférence une photo d’elle… en Allemagne. C’est dans un fil long de conversation que je découvrais son mensonge, je n’ai jamais cherché à savoir pourquoi elle m’avait menti, elle m’affirma en fait être déjà venue en Suède et en Allemagne pour rencontrer des hommes, avoir eu peur de le dire. Peut-être avait-elle peur et était-elle honnête pour de vrai ? Je ne prenais pas le risque, c’était trop dangereux et je clôturais le contact. Au final je dois dire que je fis bien d’être tenace, d’écrire souvent à toutes, de les voir sur Skype de temps en temps, je retenais l’erreur de celle tombée en pâmoison, puis je passais à l’objectif dernier, le voyage. C’est là que vous pourrez concrétiser ou non, et je ne parle ici pas du tout de sexe, je parle de sentiments, d’affinités et d’osmoses. En conclusion Skype m’aura alors permis d’éliminer des personnes qui ne me correspondaient pas, la correspondance d’autres, et puis il y a le destin ! ».

Articles reliés :

Skype translator pour réussir votre première rencontre

Skype le piège

Inscrivez-vous dès maintenant sur http://www.cqmi.ca/fr/inscription et nous vous appellerons pour planifier une première rencontre gratuite.

Avec l’Agence matrimoniale CQMI, vous pourriez découvrir que votre future épouse originaire de l’Europe de l’Est, ne serait pas très loin, que ce bonheur auquel vous aspirez se trouverait déjà sur votre perron… il vous suffirait d’un peu d’audace et de beaucoup d’amour !

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 21248 fois Dernière modification le lundi, 16 juillet 2018 11:39